viaLibri Requires Cookies CLICK HERE TO HIDE THIS NOTICE

Recently found by viaLibri....

Réunion de documents scolaires (Collège Chalon-sur-Saône) EDITION ORIGINALE ENVOI AUTOGRAPHE
s.l.: S.n, 1921. Fine. S.n, s.l. S.d 1921-1924, formats divers, en feuilles. - Meeting valuable educational documents: essays, books and school reports, good points notebooks. Eight statements from December 1921 to April 1924 notes A school report (2nd and 1st B) A book of good points, the clever cover was made by the father of Maurice Blanchot An invitation to the entry meeting of students of the French Action An honor roll (1st B) Two distributions solenelles price (1st and 2nd B) September demand slips books at the store of the Strasbourg University Library A subject typed French composition for the Graduate Certificate in June 1927 A subject typed Latin version for Graduate Certificate in June 1927 A French assignment (1st B) Fables of La Fontaine (10pp., 17x22cm) Eight Latin versions Two themes and a German version Five philosophy essays: - The emotional logic (8 pp; 17x22cm.) - The role of affective elements in the association of ideas (8 pp; 17x22cm.) - The role of emotional and motor elements in attention (8 pp; 17x22cm.) - "Any real sense loses its force, insofar it intellectualize" (8 pp; 17x22cm.) - What is a theoretical science and applied science? (8 pp;. 17x22cm) We have given these documents to Michael Holland, researcher and professor of French literature at St Hugh's College, Oxford, author of several works on Maurice Blanchot Before that say: Essays on Blanchot appeared in 2015 at Hermann. His detailed analysis is forthcoming in Cahiers Maurice Blanchot under the direction of Danielle Cohen-Levinas. We use excerpts from this study to present these previously unknown and unpublished documents. The discretion of Blanchot on his youth and the almost total lack of biographical material forced the few biographers Blanchot many assumptions about the path of the most secret writer of the twentieth century. The school report and other documents in this set and can trace the tuition Blanchot. Holland notes that there "until 1921 Blanchot continued his studies at home, under the guidance of his father, Isidore, literature teacher who offered private lessons to children from wealthier families. [...] The small collection of "Satisfaction Testimonials" and "Honor Citations" signed "Professor / I. Blanchot" are precious and touching record of these years. » Blanchot then made "studies for three years at the College of Chalon-sur-Saône Boys [...] [and] has passed its trough in 1924 and not in 1922 [...] He chose the training provided by Section B (live Latin-Languages) [...] He chose to complete his studies in philosophy class. A school report covering the three years of schooling in Chalon has a very detailed picture of the young student. After a year in which the Second Progress "Good or Very Good student" to "excellent student" can be clearly observed in some subjects [...] Only downside to this brilliant picture: the disease. [...] It is noted that it is the first course that seem to have been affected by this episode. » in the light of these, Michael Holland puts next "Blanchot's career and that of Jean-Paul Sartre, Henri IV to Louis-le-Grand finally came to Ulm Street ENS 1924. Even golf champion, same rewards and same honors, each is an outstanding student. And it is found in Imagination Sartre published in 1936 but began during its preparation Psychology Certificate 1927, the same interest in the ideas of Ribot who sprinkles his essays. [...] Four essays psychology, a philosophy and literature offer valuable insight into what the young Blanchot was able during the year that he was preparing his bachelor's degree. By his comments on the sidelines of essays from Blanchot his philosophy teacher, Mr. Bochot shows that he knew he was dealing with an exceptional mind, sometimes unruly but capable of analysis and critical acute. » Michael Holland then provides a detailed analysis of the various work of Blanchot, including correlated with the writings of Ribot, highlighting the knowledge and early critical young Blanchot. It also notes in these early works the premises of a thought that soon will mark the literary critic of the twentieth century. Here are some excerpts of his work, giving an overview of the quality and interest of the student dissertations Blanchot: "This essay follows closely the argument of the article" The emotional logic "of Th. Ribot published in the Philosophical Magazine in 1904." "The more daring is the claim that the affective similarity is also the basis of some associations of states of consciousness. The "emotional tone" brought by the joy, sadness becomes a center of attention grouping of states of consciousness without rational relationship between them, a pivot around which agitate unexpected groupings. It is the artist who is the first recipient of this analogy sensations that brings such a man born blind to explain the Scarlet comparing it to the sound of a trumpet (eg which originated in Locke and is regularly quoted in the nineteenth century). Rejecting embryological and anatomical explanations for these associations Blanchot says that "the psychological explanation seems the only good", adding: "This way to feel a bit special is not, however, the privilege of a few eccentric or imbalanced, not to mention the fantastic designs or even surprising sentiments expressed some symbolist and decadent, we find even among the people, and perhaps especially among the people, that singular sensibility others cultivate and refine, as a precious rarity " . » "Having concluded that in many cases the cause of our associations is the emotional disposition and not elsewhere, Blanchot goes further: the emotional tone that accompanies associated performances can also strengthen their relationship. Here Blanchot brings in its reasoning author close but different from both Th Ribot. American philosopher William James. " "From here, the idea of" emotional affinity "that connects what comes to mind our current arrangements inspired Blanchot examples more personal (" When we are sad ... The happy man today ... tomorrow ... my enthusiasm bankruptcy of my happiness ") .. "Blanchot disputes the Ribot drawing on his personal experience considered equal to everyone. » "Here, as in essays devoted to Th. Ribot there is dissatisfaction Blanchot before the established dualisms, attention to identify a third position that complicates relations. Here it is with the work of Edmond Goblot (1858-1935) Blanchot continued his analysis. » "When studying in La Fontaine's fable, Blanchot says," we must be placed at two points of view. " "Why is this option?" meets his teacher. In literature as philosophy, we can see, the same concern to go beyond simple outlook characterizes the approach of the young student. » "It is in relation to that company as" the old storyteller gauloiseries has remained himself. " From there to suggest that such an example has inspired the novelist Blanchot who will work a few years later, there is only one step. But to understand the young nationalist who will soon (if not already) forge commitments we continue to blame him, it should be noted that what makes La Fontaine really a French poet, is to be "The only perhaps in his time who saw through our forests poor woodcutter all covered with branches," the only one to have found a way under "cold and shiny shell of the words" to trouble the heart by show. In short - and this is evident in all the essays of this period - the concern that animates the young Blanchot, and inspire her pronouncements he will regret later, is deeply human. His teacher asks: "Why do you sacrifice lyricism?". This is because now, for Blanchot, writing is out of the prescribed frameworks, whether moral or aesthetic, and get in front of the crisis, in the 1920s, began to make man the The challenge of complex and formidable powers. » More than relics of his childhood, these documents are a valuable record of the education and training of one of the best minds of our time. - [FRENCH VERSION FOLLOWS] Précieuse réunion de documents scolaires : rédactions, carnets et bulletins scolaires, carnets de bons points. Huit relevés de notes de décembre 1921 à avril 1924 Un livret scolaire (2nde et 1ère B) Un carnet de bons points, dont la couverture astucieuse a été confectionnée par le père de Maurice Blanchot Une invitation à la réunion de rentrée des étudiants de l'Action Française Un tableau d'honneur (1ère B) Deux distributions solenelles de prix (2nde et 1ère B) Sept bordereaux de demande des livres au magasin de la bibliothèque universitaire de Strasbourg Un sujet dactylographié de composition française pour le certificat d'études supérieures de juin 1927 Un sujet dactylographié de version latine pour le certificat d'études supérieures de juin 1927 Un devoir de français (1ère B) sur les Fables de La Fontaine (10pp., 17x22cm) Huit versions latines Deux thèmes et une version allemande Cinq dissertations de philosophie : - La logique affective (8 pp. ; 17x22cm) - Le rôle des éléments affectifs dans l'association des idées (8 pp. ; 17x22cm) - Le rôle des éléments affectifs et moteurs dans l'attention (8 pp. ; 17x22cm) - "Tout sentiment réel perd sa force, dans la mesure où il s'intellectualise" (8 pp. ; 17x22cm) - Qu'est-ce qu'une science théorique et une science appliquée ? (8 pp. ; 17x22cm) Deux ensembles manuscrits de leçons de philosophie de 22 et 18 feuillets recto-verso à l'écriture très dense, sans doute plus tardifs que les devoirs précédents. Nous avons confié ces documents à Michael Holland, chercheur et professeur de littérature française au St Hugh's College à Oxford, auteur de plusieurs travaux sur Maurice Blanchot dont Avant dire : Essais sur Blanchot paru en 2015 chez Hermann. Son analyse détaillée paraîtra prochainement dans les Cahiers Maurice Blanchot. Nous utilisons ici quelques extraits de cette étude pour présenter ces documents inédits et jusqu'alors inconnus. La grande discrétion de Blanchot sur sa jeunesse et l'absence presque totale de documents biographiques ont contraint les rares biographes de Blanchot à de nombreuses suppositions sur le parcours du plus secret écrivain du XXème siècle. Le livret scolaire et divers autres documents dans cet ensemble permettent ainsi de retracer la scolarité de Blanchot. Holland y relève que « jusqu'en 1921 Blanchot a poursuivi ses études à domicile, sous la direction de son père, Isidore, professeur de lettres qui offrait des cours privés à des enfants de familles aisées. [...] La petite collection de "Témoignages de Satisfaction" et de "Citations d'Honneur" signés "Le professeur / I. Blanchot" sont la précieuse et touchante trace de ces années. » Blanchot a ensuite fait des « études pendant trois ans au Collège de Garçons de Chalon-sur-Saône [...] [et] a donc passé son bac en 1924 et non pas en 1922 [...] Il a choisi la formation offerte par la Section B (Latin-Langues vivantes) [...]  Il a choisi de terminer ses études en Classe de Philosophie. Un livret scolaire couvrant les trois années de sa scolarité à Chalon présente une image très détaillé du jeune élève. Après une année de Seconde où le progrès de "Bon ou Très Bon élève" à "Excellent élève" peut s'observer clairement pour certaines matières [...] Seule ombre à ce tableau brillant : la maladie. [...]  On constate que ce sont les cours de Première qui semblent avoir été affectés par cet épisode. » à la lumière de ces éléments, Michael Holland met en regard « la carrière de Blanchot et celle de Jean-Paul Sartre qui, d'Henri IV à Louis-le-Grand est finalement entré à l'ENS de la rue d'Ulm en 1924. Même parcours de champion, mêmes récompenses et mêmes honneurs, chacun est un élève hors pair. Et l'on constate dans L'Imagination de Sartre, publié en 1936 mais commencé pendant sa préparation du Certificat de Psychologie vers 1927, un même intérêt pour les idées de Théodule Ribot qui parsème ses dissertations. [...] Quatre dissertations de Psychologie, une de Philosophie et une de Littérature offrent un aperçu précieux de ce dont le jeune Blanchot était capable pendant l'année où il préparait son baccalauréat. Par ses commentaires en marge des dissertations de Blanchot son professeur de philosophie, M. Bochot montre bien qu'il savait qu'il avait affaire à un esprit exceptionnel, parfois indiscipliné mais capable d'analyses et de critiques d'une grande acuité. » Michael Holland propose ensuite une analyse détaillée des divers travaux de Blanchot, en corrélation notamment avec les écrits de Ribot, qui met en relief les connaissances et le précoce esprit critique du jeune Blanchot. Il relève également dans ces travaux de jeunesse les prémisses d'une pensée qui marquera bientôt la critique littéraire du XXème siècle. Voici quelques extraits de son travail, donnant un aperçu de la qualité et de l'intérêt des dissertations de l'élève Blanchot : « Cette dissertation suit de près l'argument de l'article "La Logique affective" de Th. Ribot paru dans la Revue philosophique en 1904. » « Plus hardie est l'affirmation que la similitude affective est aussi à la base de certaines associations d'états de conscience. Le "ton émotionnel" apporté par la joie, la tristesse devient un centre d'attention groupant des états de conscience sans rapport rationnel entre eux, un pivot autour duquel s'agitent des groupements inattendus. C'est l'artiste qui est le premier bénéficiaire de cette analogie des sensations qui amène par exemple un aveugle-né à expliquer le rouge écarlate en le comparant au son d'une trompette (exemple qui a son origine chez Locke et qui est régulièrement cité au XIXème siècle). Rejetant des explications embryologiques et anatomiques de ces associations Blanchot affirme que "l'explication psychologique paraît la seule bonne" avant d'ajouter : "cette manière de sentir un peu spéciale n'est point, cependant, le privilège de quelques excentriques ou déséquilibrés, sans parler des conceptions fantastiques ni même des sentiments surprenants qu'expriment certains symbolistes et décadents, on rencontre, même chez le peuple et peut-être surtout chez le peuple, cette sensibilité singulière que d'autres cultivent et raffinent, comme une rareté précieuse". » « Ayant conclu que dans bien des cas la cause de nos associations réside dans la disposition affective et non ailleurs, Blanchot va plus loin : le ton émotionnel qui accompagne des représentations associées peut aussi renforcer leur liaison. Ici, Blanchot fait entrer dans son raisonnement un auteur proche mais aussi bien différent de Th. Ribot : le philosophe américain William James ». « À partir d'ici, l'idée de l'"affinité émotionnelle" qui relie ce qui nous vient à l'esprit à nos dispositions actuelles inspire à Blanchot des exemples de plus en plus personnels (« Quand nous sommes tristes... L'homme heureux... aujourd'hui mon enthousiasme... demain la faillite de mon bonheur »).. « Blanchot conteste la thèse de Ribot en faisant appel à son expérience personnelle considérée comme égale à celle de tout le monde. » « Ici comme dans les dissertations consacrées à Th. Ribot on constate l'insatisfaction de Blanchot devant les dualismes établis, son souci de dégager une troisième position qui en complique les relations. Ici c'est à l'aide des travaux d'Edmond Goblot (1858-1935) que Blanchot poursuit ses analyses. »   « Lorsqu'on étudie la fable chez La Fontaine, dit Blanchot, "il faut se placer à un double point de vue". "Pourquoi cette option ?" répond son professeur. En littérature comme on philosophie, on le constate, le même souci d'aller au-delà des perspectives simples caractérise l'approche du jeune élève. »  « C'est par rapport à cette société que "le vieux conteur de gauloiseries a su rester lui-même". De là à suggérer qu'un tel exemple ait inspiré le Blanchot romancier qui se mettra à l'œuvre peu d'années plus tard, il n'y a qu'un pas. Mais pour comprendre le jeune nationaliste qui va bientôt (si ce n'est déjà fait) forger des engagements qu'on continue de lui reprocher, on notera que ce qui fait de La Fontaine un poète vraiment français, c'est d'avoir été "le seul peut-être en son temps qui ait vu passer par nos forêts le pauvre bûcheron tout couvert de ramée", le seul à avoir trouvé le moyen, sous "la froide et brillante enveloppe des mots", de troubler le cœur par ce spectacle. Bref - et c'est manifeste dans toutes les dissertations de cette période - le souci qui anime le jeune Blanchot, et qui lui inspirera des prises de position qu'il regrettera par la suite, est profondément humain.  Son professeur demande : "Pourquoi sacrifiez-vous le lyrisme ?". C'est parce que déjà, pour Blanchot, écrire c'est sortir des cadres prescrits, qu'ils soient moraux ou esthétiques, et aller au-devant de la crise qui, dans les années 1920, commence à faire de l'homme l'enjeu de puissances complexes et redoutables. »    Plus que des reliques de son enfance, ces documents constituent une trace précieuse de l'éducation et de la formation d'un des esprits les plus éclairés de notre temps.
      [Bookseller: Librairie Le Feu Follet]
Last Found On: 2017-06-22           Check availability:      IOBABooks    

LINK TO THIS PAGE: www.vialibri.net/years/items/10424846/1921-blanchot-maurice-reunion-de-documents-scolaires-college-chalon

Browse more rare books from the year 1921


      Home     Wants Manager     Library Search     561 Years   Links     Contact      Search Help      Terms of Service     


Copyright © 2017 viaLibri™ Limited. All rights reserved.