viaLibri Requires Cookies CLICK HERE TO HIDE THIS NOTICE

Recently found by viaLibri....

Epitome du theatre du monde
à Anvers: De l'imprimerie de Christofle Plantin, 1588. Fine. De l'imprimerie de Christofle Plantin, à Anvers 1588, petit in-8 à l'italienne (15x10,5cm), (8f.) 94f. (2f.), relié. - First complete edition of 94 cards. This is the third edition in French, partly original as revised, corrected and augmented eleven cards. First published in Latin in 1570 in Antwerp (two editions in the same year under the title Theatrus Orbis Terrarum) and Dutch in 1577, the text was translated into French from 1579. This first French edition, published under the world title mirror, had only 72 cards. It was later reissued in 1583 with 83 cards. It was only in 1588 that published the complete final version of his 94 cards and now called Epitome of the theater world. Each card has, opposite, a text on the history, topographic data and anecdotes to own the mentioned area of ??the world. A useful table alphabetical cards is at the end of volume. Our edition also includes a foreword by writer and holder of the privilege Philip Galle (1537-1612), followed by an allegorical engraving featuring Prudence, Truth and God's Omnipotence and a speech from the sea by Ortelius . XVIII Binding in full sheepskin marbled fawn back to three nerves decorated with boxes, nets and gilded finials and a part of title of Havana morocco, all red edges. Caps, corners and a headbox restored resume gilding. A small burn affecting a few letters of the text devoted to Egypt. Ex-dono in pen on the title page. Some handwritten annotations of the time on the sidelines. very fresh copy First illuminator, bookseller and vendor cards, Abraham Ortelius (1527-1598), with its collector knowledge, decided to undertake a cartographer career. He was in fact very marked by his meeting in 1554 with Gerard Mercator (1512-1594), where he became so close that the latter, preparing his famous atlas also will push its publication so as not to harm his friend that he felt great work. Thus, May 20, 1570, appeared a Latin version of the first book printed at the author's expense, at Gilles Coppens in Antwerp. The sale price of the atlas was high: 30 guilders at the time of publication; Max Rooses (1839-1914), curator of the Plantin-Moretus Museum, also said that the atlas of Ortelius was the most expensive book in the sixteenth century. However, this collection, having asked several years of rigorous and intense work immediately was a great success and became a Topographic nearly ten years before the publication of the Mercator Atlas. Maps circulated previously in isolation or combined in random and artificial compilations. Ortelius was thus the first to propose a coherent set of maps formats, ladders and aesthetics uniform, that is to say, scientifically sound, thus creating the first modern atlas encyclopedic. Voluntarily reduced size of the collection allow easy handling and convenient, useful to science as an amateur: "The set was designed to meet the two main types of readers. Amateur and cultivated man of business attentive to the functionality of the card Space was managed economy to meet the pragmatism of the second, while tastes of the first were flattered by exquisite typography, by recourse to the symbolic language of the emblem and scholarly references on the history of places and people. the Theatrum orbis terrarum was therefore a book to rigorous construction which offered all its readers the best positive way to see represented the known world "(Erika Giuliani," 5 - Set collection "views of cities" at the end of the Renaissance: the Civitates orbis terrarum (1572-1617) ", in Isabelle Pantin et al., formatting of knowledge in the Renaissance, Armand Colin "Research", 2013, p. 103-126). Erika Giuliani also points out that this company was successful because it brought together the best craftsmen of the time: "Being not only an illuminator and a card dealer, but also a collector and friend of Mercator and a member of the circle of Plantin, allowed him to select the best copys, to form what would become a publishing model and unrivaled reference work for scholars recommended Ortelius Theatrum to have in their library and consult it when they read the Bible or the history books. " (Op. Cit.) The fact Ortelius makes appeal to the talent of the Plantin editor to publish the French version of his book is not surprising: in fact, it was one of the emblematic figures of the rise of the illustrated science book the Renaissance. It was at that moment that geographers rediscovered the work of Claudius Ptolemy (90-168) and began mapping, either in the service of science, but to the conquests (research and development of new routes, upgrading ships ...). We then attended a total re-evaluation of the medieval worldview, based on more precise astronomical and terrestrial measurements. The atlas Ortelius is just part of this resurgent topographic approach, always maintaining the same rigorous and immutable order of Geography of Claudius Ptolemy: England, Spain, France, Germany, Switzerland, Italy, Greece, Central and Eastern Europe up 'Russia, Asia and Africa. It was not until 1507 and the work of Martin Waldseemüller (1470-1520) for the map of America is born; it will include the first to give a representation of the Atlantic Ocean in full and thus greatly extend the work of Ptolemy. The representation of Waldseemüller was however partial and was limited to the south-west coast of the continent. More precise and scope, Ortelius map is based on that of Diego Gutiérrez published in 1562 and offers a much broader vision, especially in North America. On the other Ortelius map appears between New France, discovered in 1523 by Giovanni da Verrazzano (1485-1528) who, commissioned by François I, was commissioned to explore the area between Florida and Newfoundland to discover access to the Pacific ocean. The scale of Ortelius is correct for certain territories and oversized for others (Tierra del Fuego, New Guinea, Mexico and Australia and the Antarctic continent which only one block called terra australis nondum cognita) that had yet mostly been achieved since the 1520s Regarding North America, its shape much closer to the one we know today. Toponomy virtually not yet Christianized, it leaves appear in many Native American names (Culia, Tiguex and Tecoantepec ...). The cartographer is also the first to represent Baja California as a peninsula, the North West coast of America being only sketched beyond California. It is further noted that the descriptions focus on rivers and coastlines, showing ignorance of inland unexplored. Note also the presence of somewhat surprising legends, including Patagonia "patagonum regio ubi sunt incole Gigantes" (ie region of Patagonia where the inhabitants are giants). Other indications of the same type out the conditions for discovering certain lands, the name of famous explorers, etc. In the area of ??the extreme North American, the author says "Ulterius septentrionem versus hec regiones incognite adhuc sunt," ie "Further north these regions are still unknown." This information may suggest Ortelius is prudent and careful not indicate on its maps of the explored area. However, there are the presence of the cities of Cibola and Quivira, two legendary Cities of Gold, located in California from the browser narrative Francisco Vázquez de Coronado (1510-1554) who went looking for them in 1541. The work of Ortelius, emblematic of the Renaissance, however, is still full of medieval folk tradition. It combines scientific rigor of the map plots captions and descriptions inspired by stories and travelogues sometimes mixed fantasies. - [FRENCH VERSION FOLLOWS] Première édition complète des 94 cartes. Il s'agit de la troisième édition en français, en partie originale car revue, corrigée et augmentée de onze cartes. D'abord publié en latin en 1570 à Anvers (deux éditions la même année sous le titre Theatrus orbis terrarum), puis en hollandais en 1577, le texte fut traduit en français à partir de 1579. Cette première édition en français, parue sous le titre du Miroir du monde, ne comportait que 72 cartes. Elle fut ensuite rééditée en 1583 avec 83 cartes. Ce n'est qu'en 1588 que paraîtra la version définitive complète de ses 94 cartes et désormais intitulée Epitome du theatre du monde. Chaque carte présente, en regard, un texte traitant de l'histoire, des données topographiques et d'anecdotes propres à la région du monde évoquée. Une table alphabétique des cartes se trouve en fin de volume. Notre édition comporte également une préface du graveur et détenteur du privilège Philippe Galle (1537-1612), suivie d'une gravure allégorique mettant en scène la Prudence, la Vérité et l'Omnipotence de Dieu et d'un Discours de la mer par Ortelius. Reliure du XVIIIème siècle en pleine basane fauve marbrée, dos à trois nerfs orné de caissons, filets et fleurons dorés ainsi que d'une pièce de titre de maroquin havane, toutes tranches rouges. Coiffes, coins et un caisson de tête restaurés avec reprise de dorure. Une petite brûlure affectant quelques lettres du texte consacré à l'Égypte. Ex-libris à la plume sur la page de titre. Quelques annotations manuscrites de l'époque en marge. Exemplaire très frais. D'abord enlumineur, libraire et vendeur de cartes, Abraham Ortelius (1527-1598), fort de ses connaissances de collectionneur, décida d'entreprendre une carrière de cartographe. Il fut très marqué par sa rencontre en 1554 avec Gérard Mercator (1512-1594), dont il deviendra si proche que ce dernier, préparant lui aussi son célèbre atlas, repoussera sa publication afin de ne pas porter préjudice à son ami dont il estimait grandement les travaux. C'est ainsi que le 20 mai 1570 parut une première version latine de l'ouvrage, imprimée aux frais de l'auteur, chez Gilles Coppens à Anvers. Le prix de vente de l'atlas était élevé : 30 florins au moment de sa parution ; Max Rooses (1839-1914), conservateur du musée Plantin-Moretus, raconte d'ailleurs que l'atlas d'Ortelius était le livre le plus cher du XVIème siècle. Cependant, ce recueil, ayant demandé plusieurs années d'un travail rigoureux et intense, connut immédiatement un grand succès et devint une référence cartographique près de dix ans avant la parution de l'atlas de Mercator. Les cartes géographiques circulaient jusqu'alors de manière isolée ou réunies dans des compilations aléatoires et factices. Ortelius fut donc le premier à proposer un ensemble cohérent de cartes aux formats, aux échelles et à l'esthétique uniformes, c'est-à-dire scientifiquement fiables, donnant ainsi naissance au premier atlas encyclopédique moderne. Le format volontairement réduit du recueil permettait une manipulation facile et pratique, utile au scientifique comme à l'amateur : « L'ensemble était conçu pour satisfaire les deux principaux types de lecteurs : l'amateur cultivé et l'homme de métier attentif à la fonctionnalité de la carte. L'espace était géré avec économie pour répondre au pragmatisme du second, tandis que les goûts du premier étaient flattés par une typographie raffinée, par un recours au langage symbolique de l'emblème et par des notices érudites sur l'histoire de lieux et de peuples. Le Theatrum orbis terrarum était donc un livre à la construction rigoureuse qui proposait à tous ses lecteurs la meilleurs façon positive de voir représenté le monde alors connu» (Erika Giuliani, 5 - Mettre en collection des « vues de villes » à la fin de la Renaissance : les Civitates orbis terrarum (1572-1617), in Isabelle Pantin et al., Mise en forme des savoirs à la Renaissance, Armand Colin « Recherches », 2013, p. 103-126). Erika Giuliani souligne également que cette entreprise fut couronnée de succès car elle rassemblait les meilleurs artisans de l'époque : « Le fait d'être non seulement un enlumineur et un marchand de cartes, mais aussi un collectionneur, ami de Mercator, et membre du cercle de Plantin, lui avait permis de choisir les meilleurs exemplaires, pour constituer ce qui deviendrait un modèle éditorial et un ouvrage de référence inégalé : Ortelius recommandait aux érudits d'avoir le Theatrum dans leur bibliothèque et de le consulter quand ils lisaient la Bible ou des livres d'histoire. » (op. cit.) Le fait qu'Ortelius fasse appel au talent de l'éditeur Plantin pour publier la version française de son ouvrage n'a rien d'étonnant : ce dernier fut l'une des figures emblématiques de l'essor du livre scientifique illustré à la Renaissance. C'est à ce moment même que les géographes redécouvrirent le travail de Claude Ptolémée (90-168) et mirent la cartographie, non plus au service de la science, mais à celui des conquêtes (recherche et création de nouvelles routes maritimes, perfectionnement des navires...). On assista alors à une totale réévaluation de la conception médiévale du monde, basée sur des mesures astronomiques et terrestres plus précises. L'atlas d'Ortelius s'inscrit justement dans cette démarche topographique renaissante, respectant toujours le même ordre rigoureux et immuable de la géographie de Claude Ptolémée : Angleterre, Espagne, France, Allemagne, Suisse, Italie, Grèce, Europe centrale et orientale jusqu'à la Russie, Asie et Afrique. Il fallut attendre 1507 et les travaux de Martin Waldseemüller (1470-1520) pour que la carte de l'Amérique voit le jour ; il sera notamment le premier à donner une représentation de l'océan atlantique en entier et ainsi à prolonger considérablement les travaux de Ptolémée. La représentation de Waldseemüller n'était cependant que partielle et se limitait à la côte sud-ouest du continent. Bien plus précise et étendue, la carte d'Ortelius s'inspire de celle de Diego Gutiérrez parue en 1562 et en propose une vision beaucoup plus large, notamment de l'Amérique du Nord. Sur la carte d'Ortelius apparaît entre autres la Nouvelle-France, découverte en 1523 par Giovanni da Verrazzano (1485-1528) qui, missionné par François Ier, fut chargé d'explorer la zone entre la Floride et Terre-Neuve afin de découvrir un accès à l'océan pacifique. L'échelle d'Ortelius est correcte pour certains territoires et surdimensionnée pour d'autres (Terre de Feu, Nouvelle-Guinée, Mexique ainsi que l'Australie et le continent antarctique qui ne font qu'un seul bloc appelé terra australis nondum cognita) qui avaient pourtant, pour la plupart, été atteints depuis les années 1520. Concernant l'Amérique du Nord, sa forme se rapproche grandement de celle que nous lui connaissons aujourd'hui. La toponymie n'étant quasiment pas encore christianisée, elle laisse apparaître de nombreuses appellations amérindiennes (Culia, Tiguex et Tecoantepec...). Le cartographe est aussi le premier à représenter la Basse-Californie comme une péninsule, la côte nord-ouest de l'Amérique étant seulement esquissée au-delà de la Californie. On remarquera en outre que les légendes se focalisent sur les rivières et les littoraux, montrant la méconnaissance des terres intérieures encore inexplorées. On notera également la présence de légendes quelque peu surprenantes, notamment en Patagonie : « Patagonum regio ubi incole sunt gigantes » (soit Région de la Patagonie où les habitants sont géants). D'autres indications du même type précisent les conditions de découverte de certaines terres, le nom d'explorateurs fameux, etc. Dans la zone de l'extrême Nord-américain, l'auteur indique « Ulterius septentrionem versus hec regiones incognite adhuc sunt », c'est-à-dire « Plus au Nord ces régions sont encore inconnues ». Cette indication peut laisser penser qu'Ortelius est prudent et soucieux de n'indiquer sur ses cartes que des lieux explorés. Cependant, on distingue la présence des villes de Quivira et Cibola, deux des mythiques Cités d'Or, placées en Californie d'après le récit du navigateur Francisco Vásquez de Coronado (1510-1554) qui partit à leur recherche en 1541. L'ouvrage d'Ortelius, emblématique de la Renaissance, est toutefois encore empreint de la tradition folklorique médiévale. Il mêle à la rigueur scientifique des tracés cartographiques, des légendes et des descriptions inspirées de témoignages et récits de voyages parfois mêlés de fantasmes.
      [Bookseller: Librairie Le Feu Follet]
Last Found On: 2017-06-22           Check availability:      IOBABooks    

LINK TO THIS PAGE: www.vialibri.net/years/items/10408051/1588-ortelius-abraham-epitome-du-theatre-du-monde

Browse more rare books from the year 1588


      Home     Wants Manager     Library Search     561 Years   Links     Contact      Search Help      Terms of Service     


Copyright © 2017 viaLibri™ Limited. All rights reserved.