The viaLibri website requires cookies to work properly. You can find more information in our Terms of Service and Privacy Policy.

Displayed below are some selected recent viaLibri matches for books published in 1915

        Herbst am Schmalsee. Ölgemälde.

      1915 - Bildmaß: 65 x 50 cm ( Höhe x Breite ), alt gerahmt. Unten rechts mit *H. Steen* signiert und 1915 datiert. Verso mit altem Klebezettel *Am Schmalsee - H. Steen, Fisssau bei Eutin*. Öl auf Leinwand, alt gerahmt ( Rahmenmaß: 77 x 62 cm. Der Rahmen etwas berieben, das Bild gering fleckig - insgesamt aber gut erhalten. ( Bitte beachten: Hierfür ist kein Versand möglich - hier bitte nur Selbstabholung in meinem Ladengeschäft ). ( Pic erhältlich // webimage available )( Please notice: No shipment possible ) [Attributes: Signed Copy; Hard Cover]

      [Bookseller: Antiquariat Friederichsen]
 1.   Check availability:     ZVAB     Link/Print  


        IL DIARIO DELLA NOSTRA GUERRA - Bollettini ufficiali dell'Esercito e della Marina.

      Ravà & C. Editori, 1915 - 1919. (Codice MG/5555) In 16º 42 fascicoli 30-50 pp. ognuno circa. Raccolta completa, tutto il pubblicato, dal n. 1 (1 luglio 1918) al n. 42 (1 gennaio 1919). Con una o più cartine in ogni numero. Tutti in brossura originale, copertina illustrata da Aroldo Bonzagni. In buono stato, qualche lieve strappetto, brunitura fisiologica della carta. Collezione estremamente rara, non presente in nessuna biblioteca italiana. Cfr. ICCU. Euro 470.00 ~~~ SPEDIZIONE IN ITALIA SEMPRE TRACCIATA

      [Bookseller: Bergoglio Libri d'Epoca]
 2.   Check availability:     maremagnum.com     Link/Print  


        "Arlequin-La dernière fête".

      1915Gouache et mine de plomb sur carton, cachet au verso de la succession Erté, 1915, 24 x 15.5cm. Romain de TIRTOFF, (Saint-Pétersbourg 1892-1990 Paris) dit ERTE (ses deux initiales R. et T.) arriva à Paris en 1912 et se consacra, dès lors et ce pendant plus de 75 ans, à l'illustration de costumes pour la mode et le spectacle, à la création de bijoux et d'accessoires, à la conception de meubles et de décors. "Erté, inventeur de la femme moderne (...). La femme d'Erté transfère dans son costume ses sentiments et sa morale : sa pudeur dans ses voiles, sa sensualité dans ses perles, son sexe dans ses plumes (...)". (Roland Barthes "Erté", Franco Maria Ricci, 1973). William Randolph Hearst, cherche à concurrencer Vogue en insoufflant à son magazine Harper's Bazar une marque de fabrique. C'est grâce à sa longue collaboration avec ERTÉ, un ancien assistant de Paul Poiret, que le style si caractéristique d'Harper's Bazar est trouvé. Magnifique costume de théâtre, dans la veine Art-Déco, mêlant la fantaisie, la grâce et la légèreté. Le costume essentiellement composé de noir et de blanc, irradie grâce au large col doré et est illuminé par la touche de corail. Le costume aide à l'integration du caractère du personnage. "[Le costume] au service du rôle, devient l'ornement de la situation. Mais Erté combine toujours à l'obsession du drame et de l'irréel, l'amour du faste, du luxe et de l'élégance. cette préciosité est omniprésenste dans son oeuvre". (in Erté, 75 ans de création 1911-1986, catalogue du Centre Culturel de Boulogne-Billancourt, 1986). Titre du costume, du spectacle et de la date annotés au verso. Traces de papier collant et très léger manque de papier au verso, infimes salissures et usures.

      [Bookseller: Librairie Chrétien]
 3.   Check availability:     Livre-rare-book     Link/Print  


        The Thirty-Nine Steps (First UK Edition, bound in blue calf leather)

      William Blackwood and Sons, Edinburgh and London 1915 - First UK Edition, and correct first. Bound in recent polished blue calf, with gilt titles and rule, marbled endpapers, and original front board and backstrip cloth bound in at the rear. Fine condition. One of the cornerstone espionage novels of the twentieth century, immortalized on film by Alfred Hitchcock in 1935, and basis for a recent (and very successful) Broadway play. [Attributes: First Edition; Hard Cover]

      [Bookseller: Royal Books, Inc., ABAA]
 4.   Check availability:     AbeBooks     Link/Print  


        [Manuscrit] Le Régiment de Hussards N° 2, deuxième "du Corps" dans la Guerre de 1870-71, contre la France. Document pour servir à lhistoire de ce Régiment auquel il est dédié par MACKENSEN Lieutenant autrefois au 2ème, maintenant au 1er Régiment de Hussards "du Corps". Adjudant à la 1ère Brigade de Cavalerie.

      In-4, 310 ff., demi chagrin rouge à coins, dos à nerfs orné. Traduction manuscrite inédite du "Journal" du lieutenant Mackensen, futur maréchal en 1915, qui devait être de lentourage de Guillaume II et considéré par Adolphe Hitler. En 1870, le lieutenant Mackensen est jeune officier au Régiment de Hussards N° 2, deuxième du "Corps" depuis moins dun an (on désigne par "du corps" les troupes qui forment la Garde des Souverains des divers États de lEmpire). Ce journal débute le 16 juillet 1870 date de la mobilisation du régiment dans le 10ème Brigade de Cavalerie, sous le commandement du colonel VON KROSIGK. Cette 10ème Brigade formait avec les 8ème et 9ème Brigades (généraux-majors VON HONTHEIM et VON BERNHARDI) la 4ème Division de Cavalerie sous les ordres de Son Altesse le Prince Albert de Prusse (élément de la IIIème Armée). De par la forme même du "Journal", les événements sont détaillés, souvent heure par heure, dans un espace topographique précis. Ils sont envisagés dun point de vue militaire et tactique. Des alentours de Wissembourg à Woerth, la marche sur la Moselle, puis la Marne, la capitulation de Sedan, les combats de Dannemois, Toury, Artenay, la prise dOrléans, la victoire du Mans, lentrée dans Alençon, etc... Larmistice intervient lorsque le régiment est à Fresnay-sur-Sarthe mais le journal se poursuit jusquau 24 juin 1871, de nouveau à Posen et Lissa "lorsque le train train journalier peut être repris". Nombreux détails sur les déplacements, les stratégies, les personnages en présence. Parmi ceux-ci : le général Von Bernhardi, les colonels Von Schanroth et Winterfeld, les capitaines Blummenthal, Poncet et Ludendorff, les lieutenants Bermann, Molard et Pressentin, etc... Ne sont oubliés ni les descriptions de paysages ni les conditions climatiques. Cette vision intrinsèque est dautant plus intéressante que le point de vue est prussien et témoigne de lunification du nouvel Empire dans un sentiment patriotique "allemand". Le récit est complété de 5 annexes : Ordre de bataille de la 4ème Division de Cavalerie ; Liste des Officiers du Régiment immédiatement avant, pendant et immédiatement après la mobilisation ; Tués du Régiment et décorés du Régiment ; Essai de catalogue des faits et gestes du Régiment pendant les 6 mois de guerre (tableau) ; Données sur leffectif en chevaux du Régiment.Cette traduction de ce journal, rédigée dune écriture très lisible, ne fut jamais publiée, ni aucune autre traduction semble-t-il. Les mémoires de Mackensen furent publiés à Berlin, en 1892, sous le titre : "Schwarze Husaren, Geschichte des 1. Leib-Husaren-Regiments Nr 1 und des 2. Leib-Husaren-Regiments Kaiserin Nr 2."

      [Bookseller: Jacques Chaminade]
 5.   Check availability:     Livre-rare-book     Link/Print  


        [Photographies de la Grande Guerre].

      1915-1917 Album in-4 (38 x 27 cm) de 42 photographies contrecollées. 42 photographies de la Grande Guerre rares aux formats 21 x 28 cm et 16 x 22 cm, prises entre 1915 et 1917 (Verdun), légendées à la main sauf les huit dernières : Juin 1915 Canon contre avion près de Machemont dans l'Oise ; La Chapelle de Tilloloy ; Intérieur de Tilloloy ; L'Eglise de Marquivillers (Somme Avril 1915) ; Les Tranchées de la Rue des Boucaudes devant Lassigny (Août 1915) ; Le village de Marquivillers Cavaliers du 25eme Dragons, aux Tranchées devant Lassigny (Avril 1915) ; L'Echelle St Auvin ; Avion boche descendu dans nos lignes près de Cambronne (Oise Août 1915) ; Le Château de l'Echelle St Auvin ; A Guerbigny (Mars 1915) ; 25e Dragons, 7e escadron Braisnes (21 juillet 1915) ; Le Christ de l'Eglise de Marquivillers ; En Argonne le 1er janvier 1916, « à l'ouvrage Rocq » ; Au ravin de la Houyette (Dans le Boyour Beaumanoir Argonne, Janvier 1916) ; Compiègne (Août 1915) ; Un minier non éclaté à la Houyette ; Poste de commandement en Argonne ; PC qui vient de recevoir un minen (5 janvier 1916) Verdun (27 février 1916) ; Le PC de la 5e. Dans le bois de Récicourt ; La vallée de la Biesme (Argonne) ; Construction d'abris (25 février 1916) ; Le colonel de Barbe et le docteur Montagne ; Verières (22 février 1916) ; Verdun. Pendant l'attaque du 6 mars ; Verdun. A la côte 675 ; Au Nord du bois bourru. 5 mars 1916 ; Le village de Marre ; Le Fort de la belle epine, 7 mars 1916 ; La soupe dans les bois ; On construit l'abri des téléphonistes ; Paul de Villeneuve devant son PC ; En reconnaissance au Bois-Bourru 1er mars 1916. Les 8 dernières ne sont pas légendées.

      [Bookseller: Bonnefoi Livres Anciens]
 6.   Check availability:     Livre-rare-book     Link/Print  


        The Mill: Plans and Construction by C. G. B.

      Westfield, NY, 1915. Photograph album, (18 x 27 cm), with ninety-seven black-&-white photographs (6 x 10 cm) pasted on rectos and versos of the first seventeen leaves. The pre-published blank album has neatly handwritten captions, and the photographs capture the landscape, surveyal, excavation, machinery, and building of a basket manufactory near Cassadaga Lake, in the center of the Chautauqua-Erie grape belt. Long before the Welch's Grape Juice Company relocated to Chautauqua County and incorporated in Westfield in 1893, the landscape between Lake Erie and the escarpment of the Allegheny Plateau had been transformed by cultivation of grape vines, most especially the cultivar of the North American fox grape known as Concord. An ancillary economical development in the region was the proliferation of basket factories. A manufactory begun by the Stoddard family of Busti may have been established before the Civil War. By the late 1870s basket factories were operating in Gerry (George Noble), Forestville (W.F. Miller), Portland (W.E. Dudley), Ripley (W.B. Rickenbrode), and Stockton (Frederickson & Bussing), in addition to Westfield itself (Andrew Burns; Dexter Morse), a locality known as a specialist in fruit and vegetable transport baskets as much as for its production of grape juice. In 1897 the Grape Union reported to the New York State Agricultural Society that it had shipped more than twelve and one-half million baskets of grapes from Chautauqua County. A principal mode of export was the Dunkirk, Allegheny Valley and Pittsburgh Railroad (D.A.V.& P.R.R.), a snow-covered line of which is identified in the present album (in a photograph of scrub timber near Cassadaga Lake). Much clearer is a stretch of track running alongside the completed mill, in a photograph dated July 15, 1915, evidently the same track holding train cars pictured in two more photographs showing the loading and unloading of basket stock. The appreciation for landscape aside, the majority of the photographs track the stages of construction in some considerable detail, from the excavation of the boiler room to the laying of concrete masonry blocks, from the installation of the peeling lathe to the raising of the ventilation stack with a gin pole. For the moment, The Westfield Factory and its builders have a bifurcated existence, vividly represented in these carefully arranged images yet lost among the mislaid pages of history. The conceivers and executors of the project are provisionally known to us as W.A.B. and C.G.B., as the captions of two of the photographs have it. The second of the two sets of initials corresponds to that credited on the title page, and it is tempting to suppose that he may be the Charles standing in front of the mill in another photograph near the end, where the completed buildings of the enterprise are shown off. A detailed photographic record of the transition of an industry to mechanized production, and also of the dreams of an American businessman coming to fruition. The original commercial binder is a bit age toned, otherwise very near fine condition.

      [Bookseller: Rabelais - Fine Books on Food & Drink]
 7.   Check availability:     Biblio     Link/Print  


        CHRISTMAS CAROL

      London and Philadelphia: William Heinemann and J. B. Lippincott Co., 1915. LIMITED DE LUXE EDITION SIGNED BY ARTHUR RACKHAM, one of only 525 hand-numbered copies. This limited edition is printed on significantly larger paper then the trade issue. With 12 tipped-in haunting colour plates, 18 black and white illustrations and line drawings by Arthur Rackham, endpapers designed and illustrated by the artist. 4to, publisher’s de luxe full vellum, beautifully decorated and lettered in gilt on on both the spine and the upper cover in Christmas motif, t.e.g. xv, 147 pp. A very bright, fine and desirable copy of this limited edition, the text very fine indeed without spot or flaw, the plates all pristine with tissue-guards intact, the vellum fresh and bright, without ties as often, some spotting to the end-leaves as often. The elusive limited signed edition of an extraordinary piece of literature, surely one of both Charles Dickens' and Arthur Rackham’s best books. ONE OF THE GREATEST COMBINATIONS OF AUTHOR AND ILLUSTRATOR YET PUBLISHED. The artist successfully incorporated the ‘Phiz’ and Cruikshank styles into his own to create striking renditions of Victorian London with ample room to uniquely evoke ghostly fantasy images as well. His almost characterized depictions of Scrooge, features chiseled and grotesque, are as bone-chilling as his fantastic entourages of moaning ghouls. The muted, shadowed atmospheric tones so characteristically Rackham, support Dickens’ eerie tale wonderfully. Some examples of Rackham’s emerging special talent for silhouette are also included.

      [Bookseller: Buddenbrooks, Inc.]
 8.   Check availability:     Biblio     Link/Print  


        Carnet de notes manuscrit relatant les souvenirs de Michel Vladimirovitch des Aubrys, Officier russe de la 3ème Brigade (5eme Régime Spécial) du corps expéditionnaire Russe en France. [Notes manuscrites rédigées par son gendre Charles Pelletier Doisy du 15 février 1968 au 29 janvier 1981 ] Membre du 16e Régiment de tirailleur européen sous les ordres du général Denikine, 2 janvier 1915 à juin 1916, sous les ordres du premier colonel Von Bode (officier en retraite provenant de la garde et rappelé à l'activité, tué dans les Carpates), le régiment a été pris par un lieutenant-colonel du régiment (qui sera tué dans la retraite qui a commencé le 20 avril 1915). La retraite a duré jusqu'à la fin du mois de septembre 1915. Blessé début mars 1915 sérieusement en fin mars 1915 mon beau-père a rejoint à nouveau son régiment en août 1915 . Son 6e Colonel est Birioukoff, ancien de l'Ecole Pavlovsky (poitrinaires en traitement d'Allemagne en août 1914 ; les Allemands l'avaient laissé retourner en Russie, le considérant comme inapte à tout service militaire - il avait commandé la Compagnie de Sa Majesté à l'école Pavlowsky). Lors de l'offensive Broussilov en juin 1916, chaque compagnie était disposée en deux lignes, chaque bataillon en deux lignes de compagnie, ainsi jusqu'à la division. La division fournissait 16 vague d'assaut. Derrière il y avait une division de tirailleurs finlandais. Mon beau-père commandait la 14e compagnie du quatrième bataillon. Le général avait mis en première ligne deux mauvais bataillons qui devaient profiter de l'effet de surprise. Le bombardement a duré de 4 heures de l'après-midi jusqu'au lendemain à cinq heures du matin. La 14e compagnie était derrière la 16e, qui était munie de planches pour sauter la tranchée ennemie qui devait être nettoyée par ce qui venait derrière. Avant le pont de Loutzk les attaquants étaient devenus une cohue où toutes les unités étaient mélangées. À cheval, brandissant son sabre, le lieutenant-colonel Simonoff, d'origine grecque, criait "en avant". Mon beau-père l'a rejoint et a rallié ses hommes. Au pas de course ils ont traversé le pont qui franchit la Styr et ont pris Loutzk (7 juin 1916 nouveau style). Par la suite Simonoff a commandé le sixième régiment de la division russe en France. Le 21 juin 1916, mon beau-père quittait la quatrième division pour rejoindre le cinquième spécial en formation à Ekaterinburg. Le grand état-major avait envoyé dans les régiments l'ordre de lui faire parvenir le nom des gradés et hommes de telle compagnie. Pour le 16e cet ordre a touché la sixième compagnie qui était commandée par le lieutenant Pravosoudovitch. Mon beau-père était son second mais avait été détaché de la 14e compagnie. Il était alors lieutenant titulaire du sixième régiment de tirailleurs, épaulettes grenat avec deux étoiles et le chiffre d'Alexandre III brodé. La moitié des soldats de la sixième compagnie était titulaire d'une décoration de Saint-Georges. Lorsque le colonel Narbouth a vu arriver cette compagnie à Ekaterinburg il dit "ce sera ma première compagnie". Narbouth était un officier de tirailleurs finlandais et commandait le cinquième spécial. Embarquement à Arkhangelsk sur le Earl of Forther [Forfare]. C'était un charbonnier qui avant la guerre de 1914 avait fait la navette entre l'Afrique du Sud et Sainte-Hélène. Équipage de nègre, chinoise et lascars encadrés par des Anglais. Dans le cinquième spécial mon beau-père commandait la quatrième compagnie. Mon beau-père occupait 600 m de front à gauche de la route d'Auberive. À sa droite il y avait la compagnie de Tchernia, Pratchik, Parvosoudovitch. ... Le chef d'état-major de la brigade était le lieutenant-colonel prince Mourouzi (aviateur) qui a pris mon beau-père comme aide de camp. 10 jours après est arrivé le titulaire du poste d'aide de camp du chef d'état-major Romanoff descendant des Stroganoff âgé de 30 ans, lieutenant de réserve de cavalerie. Il est arrivé d'un régiment de cosaque du Kouban avec leur splendide uniforme. Était propriétaire de la maison Ipatieff. Très riche. Propriétaire d'une mine d'or filonienne située à 20 km d'Ekaterinebourg. A invité ses camarades un pique-nique et les a conduits à la mine dans des calèches. L'ours a été acheté à ce moment par Pratchik et a été marqué sur le rôle de la compagnie comme soldat. Le commandant de la brigade est arrivé ; c'était un ancien tirailleur de Finlande Marouchevsky. Il avait une très jolie femme et une belle-soeur laide mais charmante qui était infirmière dans la partie du lycée Michelet réservée aux blessés russes. Le drapeau du régiment a été confectionné dans le quartier chinois de Moscou. Suivant l'usage ce drapeau portait l'icône du patron du premier colonel : Saint Vladimir (Wladimir Narbouth était lithuanien). ... En automne 1917 aux alentours de la révolution d'octobre mon beau-père était à l'hôtel Albany dans le restaurant. Installé à une table à quatre places avec deux officiers des tirailleurs de la famille impériale (quatrième). Le maître d'hôtel est venu leur demander d'accepter à leur table un officier seul. Il s'agissait de Toukhatchevsky. En parfait état physique, très réfléchi, ne faisant pas de phrases inutiles. « Il n'y a rien à faire ici, je rentre en Russie pour soulever le pays et rétablir les Romanoff ». « On ne peut pas soulever les soldats. Il n'y a pas de cadres sans officiers ». Toukhatchevsky est retourné en Russie avec des idées contre-révolutionnaires. La suite été racontée à mon beau-père par le prince Dolgoroukoff. Arrivée en Russie à Petrograd, Toukhatchevsky, est allé voir le colonel de son régiment (il avait grade de général) ce dernier est hébergé par un ancien adjudant du régiment Siniavski demeurant dans un quartier ouvrier de Petrograd. Toukhatchevsky est venu voir son chef de corps à plusieurs reprises. « Actuellement c'est la vague de foncer trop tôt pour réagir » disait le général. « Excellence me considérait comme totalement libre ». « Oui ». « Eh bien excellence je m'engage chez Trotski ». Par la suite ce général a émigré à Bruxelles et c'est là qu'il a rencontré le prince Dolgoroukov. ... [Formation : mon beau-père] était le plus petit de la première compagnie. On était affecté dans une compagnie en fonction de sa taille. Camarades : Oger de Rancourt, voisin de lit un poméranien baron Von Krause dont le père commandait une division de tirailleurs sibériens.. ... La plupart des élèves sortaient d'école de cadets. Mon beau-père sortait du lycée et lorsqu'on lui demandait d'où venez-vous il répondait « de la gare ». Trois officiers par compagnie. Le lieutenant Boris Junger lieutenant ancien. Est devenu chef de l'école militaire sous les bolcheviques. ... [ suivent de très nombreuses notes éparses ] Mon beau-père a vu la division sauvage pendant deux semaines pendant que la brigade a été attachée au groupement Keller. Les meilleurs régiments de la division sauvage étaient ceux de l'Azerbaïdjan. Noël 1915 sur le front stabilisé. 1916 a assisté à la fraternisation. Un aspirant autrichien est venu manger avec mon beau-père. L'aspirant était habillé en velours côtelé. ... mon beau-père a eu la Dragonne de Sainte-Anne au début de 1915 lorsqu'il a pris plus de prisonniers autrichiens que sa compagnie ne comportait d'hommes. ... après la révolution de février 1917 mon beau-père a rejoint le troisième bataillon de volontaires russes. Ce bataillon avait la valeur d'une compagnie ait été rattaché au 174e régiment d'infanterie. Commandé par Ieskie. Petit à petit les effectifs ont fondu. Depuis quelques mois les officiers ne touchaient plus de solde. Finalement lorsqu'il ne restait plus que la moitié des effectifs, les hommes et les officiers ont été envoyés en renfort à la Légion russe. Les officiers étaient en surnombre et la légion russe n'en avait pas besoin. C'est alors que mon beau-père s'est engagé à la légion. Durant la courte période comprise entre ce moment où le troisième bataillon de volontaires russes a été dissout le moment où il s'est engagé à la légion étrangère, il a commandé une section de mitrailleuses au 174e RI. Un jour il avait été passé en revue par un général qui lui a demandé ce qu'il allait faire. Mon beau-père a répondu qu'il allait s'engager à la légion étrangère. Le général n'a rien répondu mais mon beau-père était depuis huit jours au camp de Valbonne lorsqu'une lettre est venue d'en haut précisant qu'il devait être engagé comme sous-lieutenant à titre étranger. En 1918 Bordeaux avec des légionnaires. 11 novembre 1918 Casablanca puis Dakar avec des permissionnaires sénégalais. Rencontre le futur général Groussard qui le détacha dans la coloniale et il est envoyé dans une compagnie de méharistes. Le piano d'oncle Boris à Moscou était un Zimmermann fabriqué à Moscou dans un immeuble à trois étages où l'on donnait des concerts une fois par semaine. Certains de ces concerts étaient gratuits. Les Cosaques jouaient le rôle des CRS. Ils portaient secours aux juifs à la fin des pogroms. Les juifs n'étaient pas des voleurs et lorsqu'on désirait faire une affaire sûre et honnête l'on s'adressait à un juif. ... Châtiments corporels dans l'armée impériale russe : Dans un ordre du jour de 1916, le grand-duc Nicolas ordonne et rappelle l'emploi des châtiments corporels. En juin 1916 lors de la constitution du cinquième régiment spécial russe à Ekaterinburg, un soldat s'est absenté irrégulièrement la nuit pour aller voir sa famille. Le colonel Narbouth a donné l'ordre que ce soldat soit fouetté et à chargé le lieutenant Des Aubrys à veiller à l'exécution de cet ordre. ... Capitaine Lastovietsky commandant le second bataillon du 16e tirailleur. Il avait perdu sa jambe au début de la guerre de 1914. Ensuite il s'était échappé de l'hôpital pour rejoindre son régiment. Il était décoré de la croix de saint Georges et portait les aiguillettes de Fliguel Adjutant (aides de camp de l'empereur). ... Au début de 1915 il s'est trouvé avec sa compagnie de 250 hommes devant une montagne tenue par les Autrichiens. Il faisait froid et la neige couvrait le sol. Ayant reçu l'ordre d'attaquer mon beau-père n'a pas exécuter cet ordre. Le lieutenant-colonel Lastovietsky est venu le trouver et lui a dit " tu es bien jeune pour commencer à ne pas exécuter les ordres que tu reçois ». Les hommes étaient à bout et mon père représentait à lui seul tout l'encadrement de la compagnie. « Mes hommes ont peur » a-t-il dit mais Lastovietsky lui a rétorqué qu'en face l'ennemi avait aussi peur. Pour le couvrir Lastovietsky a dit à ses chefs que mon père avait conservé sa compagnie intacte malgré les difficultés qu'il avait eues à surmonter. ... Mon beau-père est né dans la garde de marchandises de Riazan. La maison où logeait son grand-père M. Lermontoff comportait deux niveaux. Au rez-de-chaussée vivait un ingénieur des ponts et chaussées d'origine polonaise. Il se chamaillait toujours avec la fille lorsqu'il la croisait dans l'escalier. Il paraît qu'elle avait toujours une goutte qui lui pendait du nez. Pendant la guerre il l'a retrouvée dans le train de Kiev à Moscou. Elle était devenue une jolie jeune fille qui revenait de Paris où elle faisait des études pour devenir professeur de français. .. Pour quitter Kharbin vers 1902 Baba Liola a fait des centaines de kilomètres en traîneau pour atteindre Tchita d'où partait le transsibérien. Un billet de deuxième classe coûtait 300 roubles. C'était le même prix que pour aller d'Odessa à Vladivostock en bateau. Baba Liola a fait une traversée. Elle a vécu peu de temps au Japon. Le Prince Khilkoff était ingénieur en chef des ponts et chaussées et ami de M. Lermontov. il était le directeur général de la section orientale du transsibérien en Sibérie et en Chine. ... Dimitri de Watazzi était de petite taille. Ancien officier de la division de cavalerie du Caucase. Le général Youdenitch passant son régiment en revue aurait dit devant lui « ce ne sont pas des officiers que l'on m'envoie mais des enfants ». ... J'ai parlé aujourd'hui avec mon beau-père de la famille Goutchkoff. Son parâtre était Fedor Ivanovitch Goutchkoff, frère jumeau de Nicolas Ivanovitch (le maire de Moscou). Ils étaient de quelques années plus âgés que Alexandre Ivanovitch qui sera ministre de la guerre dans le gouvernement Kerenski. Fedor et Alexandre ont fait la guerre des Boers. Alexandre boitait parce qu'il avait été blessé à la jambe et était resté longtemps prisonnier en Angleterre. Fedor avait fait l'académie militaire. Alexandre de Moscou et était sorti dans un régiment du corps des grenadiers de Moscou. Ensuite il s'était fait admettre, moyennant finances, dans les cosaques du Kouban. Les trois frères étaient membres du parti octobriste c'est-à-dire qu'ils étaient des monarchistes partisans d'un régime parlementaire à l'anglaise. Les Goutchkoff appartenaient à la classe des marchands. Sous quel règne ? Peut-être sous celui de Catherine la Grande. Un serf du nom de Goutchkoff avait acheté son émancipation et était parti à Moscou travailler dans un atelier de tissage. À force d'économiser il a pu racheter l'émancipation d'autres serfs de son village et monter son propre atelier de tissage où il a fait fortune. Nicolas avait épousé une demoiselle Botkine. Les Botkine étaient une autre famille de la classe des marchands qui avaient fait fortune dans le commerce du thé. ... Pendant la bataille de la San et après le début de la retraite mon beau-père était blessé au poumon. La balle autrichienne qui était entrée sous le bras gauche est restée bloquée dans l'omoplate. Sous le choc il a perdu conscience et ne se souvient pas de son évacuation en cacolet. A repris conscience à Stangy Sambor. Il s'est retrouvé dans la salle d'une maison où il y avait huit lits. Les brancardiers étaient très efficaces et appartenaient à une secte les "Malakan" qui ne devaient pas porter d'armes. Le médecin de cet hôpital était polonais. Il lui a désigné un blessé inconscient et lui a dit que c'était un officier juif descendant des rois de Judée et qu'il appartenait à un régiment de cavalerie de la garde. Le temps que mon père est resté dans cet hôpital, Rozok-Kviat a repris conscience. Mon beau-père ne lui a pas parlé. Il m'a dit qu'il était plein de morgue sans doute parce qu'il avait eu à se défendre. Le docteur a fait transporter mon beau-père dans sa chambre." ...

      1 carnet de notes format in-12, avec environ 43 ff. manuscrits (certains autre feuillets coupés): Voici le détail d'une partie de ces notes : Membre du 16e Régiment de tirailleur européen sous les ordres du général Denikine, 2 janvier 1915 à juin 1916, sous les ordres du premier colonel Von Bode (officier en retraite provenant de la garde et rappelé à l'activité, tué dans les Carpates), le régiment a été pris par un lieutenant-colonel du régiment (qui sera tué dans la retraite qui a commencé le 20 avril 1915). La retraite a duré jusqu'à la fin du mois de septembre 1915. Blessé début mars 1915 sérieusement en fin mars 1915 mon beau-père a rejoint à nouveau son régiment en août 1915 . Son 6e Colonel est Birioukoff, ancien de l'Ecole Pavlovsky (poitrinaires en traitement d'Allemagne en août 1914 ; les Allemands l'avaient laissé retourner en Russie, le considérant comme inapte à tout service militaire - il avait commandé la Compagnie de Sa Majesté à l'école Pavlowsky). Lors de l'offensive Broussilov en juin 1916, chaque compagnie était disposée en deux lignes, chaque bataillon en deux lignes de compagnie, ainsi jusqu'à la division. La division fournissait 16 vague d'assaut. Derrière il y avait une division de tirailleurs finlandais. Mon beau-père commandait la 14e compagnie du quatrième bataillon. Le général avait mis en première ligne deux mauvais bataillons qui devaient profiter de l'effet de surprise. Le bombardement a duré de 4 heures de l'après-midi jusqu'au lendemain à cinq heures du matin. La 14e compagnie était derrière la 16e, qui était munie de planches pour sauter la tranchée ennemie qui devait être nettoyée par ce qui venait derrière. Avant le pont de Loutzk les attaquants étaient devenus une cohue où toutes les unités étaient mélangées. À cheval, brandissant son sabre, le lieutenant-colonel Simonoff, d'origine grecque, criait "en avant". Mon beau-père l'a rejoint et a rallié ses hommes. Au pas de course ils ont traversé le pont qui franchit la Styr et ont pris Loutzk (7 juin 1916 nouveau style). Par la suite Simonoff a commandé le sixième régiment de la division russe en France. Le 21 juin 1916, mon beau-père quittait la quatrième division pour rejoindre le cinquième spécial en formation à Ekaterinburg. Le grand état-major avait envoyé dans les régiments l'ordre de lui faire parvenir le nom des gradés et hommes de telle compagnie. Pour le 16e cet ordre a touché la sixième compagnie qui était commandée par le lieutenant Pravosoudovitch. Mon beau-père était son second mais avait été détaché de la 14e compagnie. Il était alors lieutenant titulaire du sixième régiment de tirailleurs, épaulettes grenat avec deux étoiles et le chiffre d'Alexandre III brodé. La moitié des soldats de la sixième compagnie était titulaire d'une décoration de Saint-Georges. Lorsque le colonel Narbouth a vu arriver cette compagnie à Ekaterinburg il dit "ce sera ma première compagnie". Narbouth était un officier de tirailleurs finlandais et commandait le cinquième spécial. Embarquement à Arkhangelsk sur le Earl of Forther [Forfare]. C'était un charbonnier qui avant la guerre de 1914 avait fait la navette entre l'Afrique du Sud et Sainte-Hélène. Équipage de nègre, chinoise et lascars encadrés par des Anglais. Dans le cinquième spécial mon beau-père commandait la quatrième compagnie. Mon beau-père occupait 600 m de front à gauche de la route d'Auberive. À sa droite il y avait la compagnie de Tchernia, Pratchik, Parvosoudovitch. ... Le chef d'état-major de la brigade était le lieutenant-colonel prince Mourouzi (aviateur) qui a pris mon beau-père comme aide de camp. 10 jours après est arrivé le titulaire du poste d'aide de camp du chef d'état-major Romanoff descendant des Stroganoff âgé de 30 ans, lieutenant de réserve de cavalerie. Il est arrivé d'un régiment de cosaque du Kouban avec leur splendide uniforme. Était propriétaire de la maison Ipatieff. Très riche. Propriétaire d'une mine d'or filonienne située à 20 km d'Ekaterinebourg. A invité ses camarades un pique-nique et les a conduits à la mine dans des calèches. L'ours a été acheté à ce moment par Pratchik et a été marqué sur le rôle de la compagnie comme soldat. Le commandant de la brigade est arrivé ; c'était un ancien tirailleur de Finlande Marouchevsky. Il avait une très jolie femme et une belle-soeur laide mais charmante qui était infirmière dans la partie du lycée Michelet réservée aux blessés russes. Le drapeau du régiment a été confectionné dans le quartier chinois de Moscou. Suivant l'usage ce drapeau portait l'icône du patron du premier colonel : Saint Vladimir (Wladimir Narbouth était lithuanien). ... En automne 1917 aux alentours de la révolution d'octobre mon beau-père était à l'hôtel Albany dans le restaurant. Installé à une table à quatre places avec deux officiers des tirailleurs de la famille impériale (quatrième). Le maître d'hôtel est venu leur demander d'accepter à leur table un officier seul. Il s'agissait de Toukhatchevsky. En parfait état physique, très réfléchi, ne faisant pas de phrases inutiles. « Il n'y a rien à faire ici, je rentre en Russie pour soulever le pays et rétablir les Romanoff ». « On ne peut pas soulever les soldats. Il n'y a pas de cadres sans officiers ». Toukhatchevsky est retourné en Russie avec des idées contre-révolutionnaires. La suite été racontée à mon beau-père par le prince Dolgoroukoff. Arrivée en Russie à Petrograd, Toukhatchevsky, est allé voir le colonel de son régiment (il avait grade de général) ce dernier est hébergé par un ancien adjudant du régiment Siniavski demeurant dans un quartier ouvrier de Petrograd. Toukhatchevsky est venu voir son chef de corps à plusieurs reprises. « Actuellement c'est la vague de foncer trop tôt pour réagir » disait le général. « Excellence me considérait comme totalement libre ». « Oui ». « Eh bien excellence je m'engage chez Trotski ». Par la suite ce général a émigré à Bruxelles et c'est là qu'il a rencontré le prince Dolgoroukov. ... [Formation : mon beau-père] était le plus petit de la première compagnie. On était affecté dans une compagnie en fonction de sa taille. Camarades : Oger de Rancourt, voisin de lit un poméranien baron Von Krause dont le père commandait une division de tirailleurs sibériens.. ... La plupart des élèves sortaient d'école de cadets. Mon beau-père sortait du lycée et lorsqu'on lui demandait d'où venez-vous il répondait « de la gare ». Trois officiers par compagnie. Le lieutenant Boris Junger lieutenant ancien. Est devenu chef de l'école militaire sous les bolcheviques. ... [ suivent de très nombreuses notes éparses ] Mon beau-père a vu la division sauvage pendant deux semaines pendant que la brigade a été attachée au groupement Keller. Les meilleurs régiments de la division sauvage étaient ceux de l'Azerbaïdjan. Noël 1915 sur le front stabilisé. 1916 a assisté à la fraternisation. Un aspirant autrichien est venu manger avec mon beau-père. L'aspirant était habillé en velours côtelé. ... mon beau-père a eu la Dragonne de Sainte-Anne au début de 1915 lorsqu'il a pris plus de prisonniers autrichiens que sa compagnie ne comportait d'hommes. ... après la révolution de février 1917 mon beau-père a rejoint le troisième bataillon de volontaires russes. Ce bataillon avait la valeur d'une compagnie ait été rattaché au 174e régiment d'infanterie. Commandé par Ieskie. Petit à petit les effectifs ont fondu. Depuis quelques mois les officiers ne touchaient plus de solde. Finalement lorsqu'il ne restait plus que la moitié des effectifs, les hommes et les officiers ont été envoyés en renfort à la Légion russe. Les officiers étaient en surnombre et la légion russe n'en avait pas besoin. C'est alors que mon beau-père s'est engagé à la légion. Durant la courte période comprise entre ce moment où le troisième bataillon de volontaires russes a été dissout le moment où il s'est engagé à la légion étrangère, il a commandé une section de mitrailleuses au 174e RI. Un jour il avait été passé en revue par un général qui lui a demandé ce qu'il allait faire. Mon beau-père a répondu qu'il allait s'engager à la légion étrangère. Le général n'a rien répondu mais mon beau-père était depuis huit jours au camp de Valbonne lorsqu'une lettre est venue d'en haut précisant qu'il devait être engagé comme sous-lieutenant à titre étranger. En 1918 Bordeaux avec des légionnaires. 11 novembre 1918 Casablanca puis Dakar avec des permissionnaires sénégalais. Rencontre le futur général Groussard qui le détacha dans la coloniale et il est envoyé dans une compagnie de méharistes. Le piano d'oncle Boris à Moscou était un Zimmermann fabriqué à Moscou dans un immeuble à trois étages où l'on donnait des concerts une fois par semaine. Certains de ces concerts étaient gratuits. Les Cosaques jouaient le rôle des CRS. Ils portaient secours aux juifs à la fin des pogroms. Les juifs n'étaient pas des voleurs et lorsqu'on désirait faire une affaire sûre et honnête l'on s'adressait à un juif. ... Châtiments corporels dans l'armée impériale russe : Dans un ordre du jour de 1916, le grand-duc Nicolas ordonne et rappelle l'emploi des châtiments corporels. En juin 1916 lors de la constitution du cinquième régiment spécial russe à Ekaterinburg, un soldat s'est absenté irrégulièrement la nuit pour aller voir sa famille. Le colonel Narbouth a donné l'ordre que ce soldat soit fouetté et à chargé le lieutenant Des Aubrys à veiller à l'exécution de cet ordre. ... Capitaine Lastovietsky commandant le second bataillon du 16e tirailleur. Il avait perdu sa jambe au début de la guerre de 1914. Ensuite il s'était échappé de l'hôpital pour rejoindre son régiment. Il était décoré de la croix de saint Georges et portait les aiguillettes de Fliguel Adjutant (aides de camp de l'empereur). ... Au début de 1915 il s'est trouvé avec sa compagnie de 250 hommes devant une montagne tenue par les Autrichiens. Il faisait froid et la neige couvrait le sol. Ayant reçu l'ordre d'attaquer mon beau-père n'a pas exécuter cet ordre. Le lieutenant-colonel Lastovietsky est venu le trouver et lui a dit " tu es bien jeune pour commencer à ne pas exécuter les ordres que tu reçois ». Les hommes étaient à bout et mon père représentait à lui seul tout l'encadrement de la compagnie. « Mes hommes ont peur » a-t-il dit mais Lastovietsky lui a rétorqué qu'en face l'ennemi avait aussi peur. Pour le couvrir Lastovietsky a dit à ses chefs que mon père avait conservé sa compagnie intacte malgré les difficultés qu'il avait eues à surmonter. ... Mon beau-père est né dans la garde de marchandises de Riazan. La maison où logeait son grand-père M. Lermontoff comportait deux niveaux. Au rez-de-chaussée vivait un ingénieur des ponts et chaussées d'origine polonaise. Il se chamaillait toujours avec la fille lorsqu'il la croisait dans l'escalier. Il paraît qu'elle avait toujours une goutte qui lui pendait du nez. Pendant la guerre il l'a retrouvée dans le train de Kiev à Moscou. Elle était devenue une jolie jeune fille qui revenait de Paris où elle faisait des études pour devenir professeur de français. .. Pour quitter Kharbin vers 1902 Baba Liola a fait des centaines de kilomètres en traîneau pour atteindre Tchita d'où partait le transsibérien. Un billet de deuxième classe coûtait 300 roubles. C'était le même prix que pour aller d'Odessa à Vladivostock en bateau. Baba Liola a fait une traversée. Elle a vécu peu de temps au Japon. Le Prince Khilkoff était ingénieur en chef des ponts et chaussées et ami de M. Lermontov. il était le directeur général de la section orientale du transsibérien en Sibérie et en Chine. ... Dimitri de Watazzi était de petite taille. Ancien officier de la division de cavalerie du Caucase. Le général Youdenitch passant son régiment en revue aurait dit devant lui « ce ne sont pas des officiers que l'on m'envoie mais des enfants ». ... J'ai parlé aujourd'hui avec mon beau-père de la famille Goutchkoff. Son parâtre était Fedor Ivanovitch Goutchkoff, frère jumeau de Nicolas Ivanovitch (le maire de Moscou). Ils étaient de quelques années plus âgés que Alexandre Ivanovitch qui sera ministre de la guerre dans le gouvernement Kerenski. Fedor et Alexandre ont fait la guerre des Boers. Alexandre boitait parce qu'il avait été blessé à la jambe et était resté longtemps prisonnier en Angleterre. Fedor avait fait l'académie militaire. Alexandre de Moscou et était sorti dans un régiment du corps des grenadiers de Moscou. Ensuite il s'était fait admettre, moyennant finances, dans les cosaques du Kouban. Les trois frères étaient membres du parti octobriste c'est-à-dire qu'ils étaient des monarchistes partisans d'un régime parlementaire à l'anglaise. Les Goutchkoff appartenaient à la classe des marchands. Sous quel règne ? Peut-être sous celui de Catherine la Grande. Un serf du nom de Goutchkoff avait acheté son émancipation et était parti à Moscou travailler dans un atelier de tissage. À force d'économiser il a pu racheter l'émancipation d'autres serfs de son village et monter son propre atelier de tissage où il a fait fortune. Nicolas avait épousé une demoiselle Botkine. Les Botkine étaient une autre famille de la classe des marchands qui avaient fait fortune dans le commerce du thé. ... Pendant la bataille de la San et après le début de la retraite mon beau-père était blessé au poumon. La balle autrichienne qui était entrée sous le bras gauche est restée bloquée dans l'omoplate. Sous le choc il a perdu conscience et ne se souvient pas de son évacuation en cacolet. A repris conscience à Stangy Sambor. Il s'est retrouvé dans la salle d'une maison où il y avait huit lits. Les brancardiers étaient très efficaces et appartenaient à une secte les "Malakan" qui ne devaient pas porter d'armes. Le médecin de cet hôpital était polonais. Il lui a désigné un blessé inconscient et lui a dit que c'était un officier juif descendant des rois de Judée et qu'il appartenait à un régiment de cavalerie de la garde. Le temps que mon père est resté dans cet hôpital, Rozok-Kviat a repris conscience. Mon beau-père ne lui a pas parlé. Il m'a dit qu'il était plein de morgue sans doute parce qu'il avait eu à se défendre. Le docteur a fait transporter mon beau-père dans sa chambre." ... Passionnant carnet de notes relatant les souvenirs d'un témoin de l'émigration russe en France (carnet de présentation modeste, avec traces de colles au premier plat). Une partie des notes du présent carnet a fait l'objet d'une communication dans le bulletin intérieur de l'union de la noblesse russe (n°118), mais même pour les faits que l'on y retrouvera, la saveur de la transcription des réponses de Michel des Aubris demeure entière.

      [Bookseller: SARL Librairie du Cardinal]
 9.   Check availability:     Livre-rare-book     Link/Print  


        Les Amours. Bois (156) et cuivres (16) dessinés et gravés par Émile BERNARD Lillois. Cinquante Sonnets de Pierre de Ronsard Vandomois.

      P, Ambroise Vollard 1915, in-4 en feuilles (33,4 x 25 cm) de (228) pp. non foliotées, couverture rempilée avec une eau-forte sur le haut du plat supérieur (en sus des 16 à pleines pages); à l'origine : chemise + étui, ici absents - rousseurs sur tête et témoins - deux, trois piqûres ou rousseurs au premier sonnet sur 4 pages et au sonnet IX sur 2 pages. Tirage à 250 exemplaires, un des 25 sur beau papier Hollande (N°38) à la forme, filigrané au titre de l'ouvrage, avec les seize eaux-fortes tirées sur papier Japon et en sanguine (sauf "L'Amour" tiré en noir sur fond teinté), après 25 exemplaire de tête sur Japon et avant 200 sur Hollande (les eaux-fortes étant tirées sur le même papier que les textes). Les textes et les 156 bois sont tirés en ocre brune. Émile BERNARD - Peintre post-impressionniste associé à l'école de Pont-Aven et écrivain (sous le pseudonyme de Jean Dorsal) Lille 1868 - Paris 1941. A 16 ans, en 1884, entre à l'atelier de Fernand Cormon, où il se lie d'amitié avec Louis Anquetin et Henri de Toulouse-Lautrec; pendant l'hiver 1886-87, rencontre avec Vincent Van Gogh à Paris; il traverse alors une période pointilliste. En août 1888, a lieu la véritable rencontre avec Gauguin. Bernard est à Pont-Aven avec sa sœur Madeleine, c'est cette année, à 20 ans, qu'il peint l'un de ses célèbres tableaux "Madeleine au Bois d'Amour" exposé au musée d'Orsayhttp://www.musee-orsay.fr/fr/collections/oeuvres-commentees/recherche/commentaire/commentaire_id/madeleine-au-bois-damour-23.html?no_cache=1En 1889 a lieu une exposition des peintres du groupe de Pont-Aven, au café Volpini à Paris, où Bernard présente 25 œuvres, dont deux sous le pseudonyme de Ludovic Nemo. En 1891, Bernard se brouille avec Gauguin. La rupture sera définitive, Émile Bernard accuse Gauguin de s'attribuer tous les mérites des inventions du groupe de Pont-Aven. En 1893, Antoine de La Rochefoucauld, son mécène, l'aide financièrement à partir en Égypte. Bernard y séjourne dix ans, s'y marie et y produit des tableaux d'inspiration orientaliste. Revenu en France, en 1904, il rencontre Cézanne à Aix-en-Provence, se réinstalle à Paris, et évolue progressivement vers un retour au classicisme inspiré par les maîtres anciens comme les primitifs italiens ou plus tard les peintres vénitiens mais aussi Raphaël, Nicolas Poussin ou Diego Vélasquez qui l'éloigne des expérimentations avant-gardistes de ses débuts.................... Franco de port pour la France métropolitaine, en recommandé, avec assurance.................. NOUVEAU : CATALOGUE de 250 ILLUSTRÉS MODERNES visibles sur notre site www.sisyphe.com

      [Bookseller: Librairie Ancienne Darreau]
 10.   Check availability:     Livre-rare-book     Link/Print  


        [Cabinet Photographs]: Hunting and Hunting Lodge Photos

      [Circa 1915]. 12 gelatin silver cabinet photographs. Images are 3.25" x 5.5", each mounted on 5.25" x 7.5" thick card stock. The images are uncaptioned, but provenance suggests they are from Pennsylvania or New York State. One image has a smear in the emulsion in the bottom left corner else they are near fine. The well-composed photographs depict a group of men either in the field or in or around a hunting lodge. The men are depicted with guns, dogs, carcasses of small animals, or sleeping or eating in groups. A cohesive and subject specific group of unusually nice images. .

      [Bookseller: Between the Covers- Rare Books, Inc. ABA]
 11.   Check availability:     Biblio     Link/Print  


        L'ellisse e la spirale. Film + parole in liberta'

      Edizioni Futuriste di Poesia, 1915. In 16 (cm 12,5 x 19), pp. (18) + 345 + (7) con ritratto fotografico di Buzzi all'antiporta. Bella dedica manoscritta autografa di Buzzi alla prima carta bianca. Brossura editoriale. Edizione originale di questo classico futurista, romanzo fantascientifico arricchito da tavole parolibere. Ottimo esemplare. ITA

      [Bookseller: Libreria Antiquaria Coenobium]
 12.   Check availability:     maremagnum.com     Link/Print  


        The Mellards & their descendants, including the Bibbys of Liverpool, with memoirs of Dinah Maria Mulock & Thomas Mellard Reade / by Aelyn Lyell Reade

      London : Priv. print. for the author at the Arden Press, 1915. 1st edition. SIGNED portrait of the author tipped in. Provenance; bookplate of Charles Hesketh Fleetwood-Hesketh. Limited edition; 1 of only 200 copies. Scattered, marginal foxing. Finely bound in gilt-blocked calf over silk boards. Spine bands and panel edges very slightly dust-toned. Corners sharp with an overall tight, bright and clean impression. Uncommon in such positive condition. Physical description; xii p., 1 l., 227, xxii p : front., plates, ports., 4 fold. geneal. table ; 30 cm. Notes; Contains also accounts of the Jenkinson and Bucknall families. ""List of scientific communications"" of Thomas Mellard Reade: p. 174-180. ""Evidences in proof of pedigrees"": p. [181]-197. Subjects; Mellard family. Bibby family. Craik, Dinah Maria Mulock 1826-1887. Mulock family. Reade, Thomas Mellard 1832-1909. Reed family. Jenkinson family. Bucknall family. Reade, Thomas Mellard.

      [Bookseller: MW Books Ltd.]
 13.   Check availability:     Biblio     Link/Print  


        Paradisiers ou Oiseaux de Paradis - Paradisaeidae - Birds of paradise

      France, s.d. [circa 1915]. in-8 de (2) et 278 pages toile noire rigide de l'époque s.d. [circa 1915], s.d. [circa 1915], , in-8 de (2) et 278 pages, toile noire rigide de l'époque, Recueil manuscrit anonyme de textes allemand et anglais parus entre 1898 et 1916 portant tous sur les paradisiers, oiseaux qui se caractérisent par un plumage très richement coloré. Ce recueil comprend deux traductions françaises inédites : celle des "Paradiseidae" de Walter Rothschild (Leipzig, Friedländer und Sohn, 1898) procurée par Daniel Rouillé ; et une seconde d'un court article de Sir Harry Jonsthon, "Birds of Paradise" paru dans les "Marvels of the Universe" et dans une revue allemande. Suivent deux copies de traductions françaises, d'un texte de Brehm et d'un de Ram Brahma Sanyal. A la page 251, on trouve une liste des "Paradisiers importés à Londres et ayant vécu au jardin zoologique de Regent's Park" d'après les catalogues de 1905, 1910 et 1913. En fin de volume, une très utile table alphabétique et synonymique et une table générale des matières. Bon manuscrit à l'intérieur propre comprenant des versions françaises inédites

      [Bookseller: Librairie Alain Brieux]
 14.   Check availability:     maremagnum.com     Link/Print  


        FRITZ BRONSART VON SCHELLENDORFF (Friedrich Bronsart von Schellendorff, 1864-1950) preußischer Generalleutnant und im Ersten Weltkrieg Chef des Generalstabs des osmanischen Feldheeres, Initiator Völkermord an den Armeniern

      - AFRIKANISCHE TIERWELT II Novellen und Erzählungen E. Haberland Leipzig, 1. Auflage 1915, ERSTAUSGABE, 168 SS. gebunden (Hardcover, Oln. 8° mit auf dem Deckel einmontiertem Titelbild), gut erhalten - mit ganzseitiger Widmung, Empfehlung, Ort, Datum, Unterschrift in Tinte einem Soldaten und dessem Sohn im Felde gewidmet und signiert ".Möge.dieser Band noch vielen Kameraden ein Vergessen des Schrecklichen, das sie durchkämpfen und ein. der Verfasser FRITZ BRONSART VON SCHELLENDORFF Leutnant a.D., früher Kaiserl. Schutz-Truppe für D.O.Afrika. Berlin, 9.7.1917" (vorhanden dito : Die Bände AFRIKANISCHE TIERWELT III Löwen; AFRIKANISCHE TIERWELT IV mit gleichartiger Widmung an dieselben signiert, je Euro 480,- ) [Attributes: First Edition; Signed Copy; Hard Cover]

      [Bookseller: Herbst-Auktionen]
 15.   Check availability:     ZVAB     Link/Print  


        HISTORIA DE LA LENGUA Y LITERATURA CASTELLANA (desde los origenes hasta Carlos V) por D. --- (13 VOLUMENES).

      - Rev. de Archivos, bibliotecas y museos. Madrid. 1915 13 vols. con 400 p. apróx. cada uno. (24 cm) Enc. holandesa, cambia ligeramente en los dos últimos tomos. Sello ant. biblioteca. Abarca hasta 1920. La obra se completa con un volumen 14º que falta. C (Ref.34337) historia literatura ensayo castellano [Attributes: Hard Cover]

      [Bookseller: LIBROS CON HISTORIA]
 16.   Check availability:     AbeBooks     Link/Print  


        DEMOCRACY IN PALESTINE

      [New York: Provisional Executive Committee For General Zionist Affairs] N.D. - 1st edition, Single-fold pamphlet, [4] pages; 16 cm. "Reprinted from the Independent, Nov. 22, 1915." Compares the early Zionists to the American Founding Fathers and the early settlers to the Mayflower Pilgrims, calls on support to help Palestine with funds. Important call to action from the future Supreme Court Justice which puts the Zionist cause squarely hand in had with the American story and American values. SUBJECT (S) : Zionism -- United States. OCLC lists only 1 copy worldwide (Columbia) . Some edgewear, Small Rabbi’s presentation stamp on cover, Good+ Condition. Rare. (KH-3-12) xx

      [Bookseller: Dan Wyman Books, LLC]
 17.   Check availability:     ZVAB     Link/Print  


        Die Samlandische Ode.

      Pechstein. 37 pp. poem by Lautensack conceived during a stay in Palmnicken in Samland (also known as the Sambia Peninsula in eastern Prussia on the shore of the Baltic Sea) as a member of the Imperial German reserve forces in 1915, accompanied by altogether 21 original lithographs by the renowned Expressionist painter and graphic artists Max Pechstein, 10 of which appear in conjunction with the text, the other 11 being full-page plates. Large folio. Original publisher's cloth-backed boards. Berlin (Fritz Gurlitt) n.d. (ca. 1917). One of 130 copies. Signed "H M Pechstein 1917" (Hermann Max Pechstein) in pencil on colophon page.

      [Bookseller: F.A. Bernett Books]
 18.   Check availability:     Biblio     Link/Print  


        [Album of 38 Photographs by New York Pictorialist Photographer Edward R. Dickson, Including His Complete Series of Photographs Illustrating Stephen Phillips's Poem, "Marpessa" - Assembled, Inscribed, and Signed by the Artist for "Marpessa"]

      [New York], 1915. First Edition. Hardcover. Near fine. Folio (17 1/2 x 13 1/4 inches). 38 platinum photographic prints (first 18 numbered), ranging in size from 6 1/2 x 4 1/2 inches to 9 1/2 x 7 1/2 inches. 36 of the photographs mounted to trimmed paper and all lightly mounted to album of 40 leaves. All photographs bear the "ERD" monogram of the artist. Modern three-quarter cloth and marbled paper over boards, gilt leather spine label, endpapers added, all original paper retained. First leaf inscribed by photographer, "To Marpessa, In remembrance of the fields of our endeavor. July 17 1915 Edw R Dickson." One internal leaf in second, unnumbered section with remanants of glue and tissue, evidence of one lost photo. First 18 photographs numbered in pencil on verso of mount, except No. 15, whose mounting paper is of different stock from the others. Numbers 2-18 of the first section accompanied by typescript leaves laid in, numbering each plate and containing a line from Stephen Phillips's poem, "Marpessa." A few instances of minor abrasions, tiny stains, or light toning to photographs, occasional stains on leaves, but generally near fine in a fine binding. An album of original photographs taken and assembled by the American Pictorialist photographer, Edward Robert Dickson (1880-1911), including his series, "Marpessa," based on the poem by Stephen Phillips (1864-1915). One of the photographs from this series was exhibited, with several other pieces by Dickson, in 1915 at the Sixtieth Annual Exhibition of the Roya Photographic Society in London. An issue of PUBLISHERS' WEEKLY from the following year calls the series "one of the best examples" of the "artistic photography executed by such masters as White, Dickson, Coburn and a dozen others" being paired with poetry. The photographs, themselves, feature views of a young woman in diaphonous night-dress and somnambulant poses and expressions. The additional twenty photographs include both men and women subjects (including several from his series, "The Dance," and one of three male nudes climbing rocks) and several unpopulated natural and architectural scenes. Most of all of the photographs appear to have been taken in or near upper Manhattan. Edward Dickson was closely associated with Clarence H. White and a founding member of the Pictorial Photographers of America. His 1922 obituary in AMERICAN PHOTOGRAPHY lamented his untimely death at the age of forty-two and called him "one of the most eager and gifted workers in the group of men and women who devote themselves to pictorial photography." The same article refers to the present series of images: "?The later years of his life were spent in that part of Manhattan, beyond Dyckman Street, known as Inwood. That section of the Island he very much loved, and many of his pictures were taken in or around those wooded heights overlooking Spuyten Duyvil. These pictures include a series of illustrations to Stephen Phillips? poem, ?Marpessa.?" In 1913, Dickson co-founded PLATINUM PRINT : JOURNAL OF PERSONAL EXPRESSION and served as its editor through its final issue in 1917 (its title was changed in the final two issues to PHOTO-GRAPHIC ART). At PLATINUM PRINT, Dickson collaborated closely with printer and designer Frederic W. Goudy, who, during part of that period, worked from a back room of the Little Book-Shop Around the Corner in New York, then managed by Laurence J. Gomme. The present album has remained in Gomme's family since his death in 1974.

      [Bookseller: W. C. Baker Rare Books & Ephemera]
 19.   Check availability:     Biblio     Link/Print  


        L'illustrazione italiana. 1915-1918.

      Milano, Treves, 1915/1918, quattro annate complete per complessivi 208 fascicoli rilegati in otto volumi in-folio mezza tela verde con applicati ai piatti ed ai dorsi le copertine originali (di A. De Karolis). Oltre 4000 pagine, in eccellente stato di conservazione. Cronache della guerra da tutti i fronti, con moltissime belle grandi fotografie e illustrazioni, anche a piena e a doppia pagina e varie cartine. Tutti i fascicoli sono completi delle copertine azzurre.

      [Bookseller: Libreria Piani già Naturalistica]
 20.   Check availability:     Direct From Bookseller     Link/Print  


        La Corte di Lodovico il Moro

      Hoepli, 1915 - 1929. Quattro voll. in 4°, pagg. XVI, 719; XV, 646; XI, 368; 325, con migliaia di illustrazioni e 88 tavole; broch. edit. illustr. 1°: La vita privata e l'arte a Milano nella seconda metà del Quattrocento - 2°: Bramante e Leonardo da Vinci - 3°: Gli artisti Lombardi - 4°: Le arti industriali la letteratura la musica, con un indice generale dei 4 voll. Esaustiva opera sull'arte e la vita Milanese del Quattrocento. Il 1° vol. è la seconda edizione; gli altri sono in edizione originale. Qualche traccia d'uso; 2° volume un po' sciolto. Interno ottimo.

      [Bookseller: Studio Giuseppina Biggio]
 21.   Check availability:     maremagnum.com     Link/Print  


        Ein Volk in Waffen

      Brockhaus, Leipzig 1915 - Diese mit eigenhändiger Unterschrift des Verfassers versehene nummerierte Luxusausgabe wurde in 250 Exemplaren hergestellt und erschien im März 1915.Dies ist das Exemplar No 236. [Attributes: First Edition; Signed Copy; Hard Cover]

      [Bookseller: Udo Bantke]
 22.   Check availability:     IberLibro     Link/Print  


        Autograph note signed

      Saint Léger en Yvelines, 1915. 12х14,5 сm. Thank you note on the Pasteur Institute stationery: «Saint Léger en Yvelines, 22 June 1915. Dear Mr. Chairman, Let me express tremendous gratitude to you as the face of Russian Veterinary Society for electing me as honorary member and for wishes on my 70th birthday. I give to you personally and to Draginsky and Prokofiev my sincere gratitude. With sincere respect your Il. Mechnikov». The note was addressed to Sergei Grintser (1860-1936), chairman of the Russian Veterinary Society. Ilya Ilyich Mechnikov (1845-1916), the celebrated Russian biologist, was the second Russian Nobel Laureate (1908). He was awarded the prize for his work on immunity. Mechnikov discovered and described phagocytosis-the phenomenon that is pivotal for the modern understanding of immunity. In 1887 he moved to Paris where he was given a laboratory in the Pasteur Institute (deputy director since 1905). He lived in France till his death but never lost connection with Russia.

      [Bookseller: Bookvica]
 23.   Check availability:     Biblio     Link/Print  


        Vell i Nou: Revista Quinzenal d'Art. Year I (1915) through Year VII (1921) (all published).

      1915. A complete run of the first and second series of the Catalan art journal under the editorial direction of Santiago Segura i Burguess, bound in 7 volumes, including the two undated supplements "Biblioteca de Arte 'Vell i Nou'" Vol. III and IV, of the variously paginated (altogether over 2000 pp.) periodical on historic and modern Spanish fine and decorative art with an emphasis on recent developments, including essays, articles, reviews, exhibitions and bibliographic notices, numerous illustrations, and hundreds of illustrations in the text and on plates. 4to. Cloth. Barcelona (Editorial y Libreria de Arte M. Bayes) 1915-1921.

      [Bookseller: F.A. Bernett Books]
 24.   Check availability:     Biblio     Link/Print  


        Carl Hauptmann. Porträt. Original-Radierung.

      um1915, Ohne Ort - 19 x 17 cm (Bildgröße), darunter die eigenhändige Signaturen von Carl Hauptmann und Mopp. Auf schwerem unbeschnittenem Bütten der Größe ca. 45 x 32 cm. - Nr. 28 von 50 Exemplaren – selten, wie alle Porträtradierungen Oppenheimers.

      [Bookseller: Antiquariat Winfried Scholl (VDA/ILAB)]
 25.   Check availability:     ZVAB     Link/Print  


        The Irish Justice of the Preace: A Treatise on the Powers and Duties of Justices of the Peace in Ireland. 2 volume set

      E Ponsonby Ltd, Dublin 1915 - lx, 587pp; cvii, 1346pp. Hundreds of interesting cases. G: in Good condition without dust jackets as issued. Covers rubbed with edge-wear. Eps foxed Green hardback cloth covers with black leather spines [Attributes: Hard Cover]

      [Bookseller: Barter Books Ltd]
 26.   Check availability:     AbeBooks     Link/Print  


        The Pothunters

      A C Black 1915 - A nice copy of the 1915 edition which is 1/8 inch higher .Two short closed tears at top and bottom of spine ,the bottom one has been repaired ,the book has all the plates and comes with a facsimile .Its what we think the wrapper looks like as weve never seen one Language: eng [Attributes: Hard Cover]

      [Bookseller: Dick Neal Fine Books]
 27.   Check availability:     AbeBooks     Link/Print  


        Sju Böcker om Konung Carl X Gustafs Bragder. Med Förtraffliga Bilder Sirade och med Nödigt register Försedda. Öfversatta af Adolf Hillman. Teil 1+2.

      Wahlström & Widstrand, Stockholm 1915 - Die Bücher befinden sich in einem guten Zustand. Lediglich jeweils ein Exlibris auf der Innenkante des Buches. Mit zahlreichen aufklappbaren Grafiken und Abbildungen versehen. SIEHE FOTO! 405 + 698 Seiten. ORIGINALhalbledereinband, Goldgeprägt, 5 Bünde.

      [Bookseller: BerlinAntiquariat, Karl-Heinz Than]
 28.   Check availability:     ZVAB     Link/Print  


        Le serpent de la Genèse. - Première septaine : Le temple de Satan

      1915. Hector & Henri Durville, Paris 1915, 14,5x23cm, relié. - Hector & Henri Durville, Paris 1915, 14,5x23cm, relié. - Ripubblicazione postuma di questo volume è originariamente apparso nel 1891.Reliure bradel metà calico bordeaux, liscia indietro con un motivo floreale in oro, parte del titolo di pecora nera, carta marmorizzata piana, angoli urtato, vincolante contemporaneo. La nostra copia è arricchita con una pagina di occhietto della prima edizione con dedica autografa firmata dall'autore Paul Ginisty. Questa pagina collegata al resto della pagina occhietto dell'edizione 1915 ha una piccola marginale di ripristino utilizzando un pezzo illustrato con 23 incisioni adhésive.Ouvrage out-foxing texte.Rares senza gravité.Les spedizioni autografi Stanislas de Guaita firmato sono rari e ricercati. [FRENCH VERSION FOLLOWS] Réédition posthume de ce volume paru initialement en 1891. Reliure à la bradel en demi percaline bordeaux, dos lisse orné d'un motif floral doré, pièce de titre de basane noire, plats de papier marbré, coins émoussés, reliure de l'époque. Notre exemplaire est enrichi d'une page de faux-titre de l'édition originale comportant un envoi autographe signé de Stanislas de Guaïta à Paul Ginisty. Cette page reliée à la suite de la page de faux titre de l'édition de 1915 comporte une petite restauration marginale à l'aide d'une pièce adhésive. Ouvrage illustré de 23 gravures hors-texte. Rares rousseurs sans gravité. Les envois autographes signés de Stanislas de Guaïta sont rares et recherchés.

      [Bookseller: Librairie Le Feu Follet]
 29.   Check availability:     maremagnum.com     Link/Print  


        Japanese Album of Woodblocks Mostly of Abstract Designs, with Some Stylized Zoological and Human Subjects as well

      - Circa 1915. 24 by 16.5 cm. 25 leaves (50 pp.) doubled over, in the Japanese style, of which 37 pages are color plates, and nine pages are of calligraphy or text. Of the illustrations, three are two page spreads. Subject-wise, we count 21 of the illustration pages devoted to abstract designs, ten with animal studies, some of which are also abstract to some degree, whether in the stylization of the animal or in the background, three are predominantly of human subjects, and three are a hybrid. These categories are somewhat abitrary, admittedly. Generally the colors are bright and vivid, and many of the abstract designs, the dragons, and ornate birds are extraordinarily striking. The animal studies, besides dragons, include a monkey and fish. Many of the designs would have had a general applicability but would certainly have been possible kimono styles. Soiling on the wrap covers. [Attributes: Soft Cover]

      [Bookseller: White Fox Rare Books, ABAA/ILAB]
 30.   Check availability:     AbeBooks     Link/Print  


        Perfumes of Araby Silhouettes of Al Yemen

      

      [Bookseller: Maggs Bros. Ltd. ]
 31.   Check availability:     Direct From Bookseller     Link/Print  


        ZHIZN?: POLITICHESKAYA, OBSHCHESTVENNAYA I LITERATURNAYA GAZETA (62 ISSUES)

      Paris And Geneva, [N. S. ], 1915. (FT) Original Newspaper. Folio. Each issue is 2-4 pages. In Russian. Title translates to English as, ?Life: A Politiical, Social and Literature Newspaper. ? Published daily (except Monday) March 12, 1915 ? June 4, 1915 and weekly thereafter until Jan. 2, 1916. ISSUES INCLUDED: 2-26, 28-61, 68 (6) , 69(7) , 72 (10) . CONTENTS INCLUDES: Bessilie Printsipov [The Impotence of Principles] -- Ideaologicheskiy Krizis [Ideological Crisis] -- Natsionalizm v Narodnom Khozyaystve [Nationalism in the People's Economy] -- Militarzatsiya Sotsializma [The Militarization of Socialism] ---Shtyk-Sotsialisty [Bayonet Socialism] -- Sotsialisticheskiy Shovinizm [Socialist Chauvinism] -- Internatsionalizm I Vospitanie Proletariata [Internationalism and the Education of the Proletariat] -- Manifest Levykh [Manifest of the Left] -- Hemetskaya Sotsial-Imperialiistskaya Ideologiya [German Social-Imperialist Ideology] -- Erve Protiv Libknekhta [Hervé Against Liebknecht] -- Eshche o Rossiyskoy Demokratiy [More About Russian Democracy] -- Sotsial?demokratiya I Zashchita Otechestva [Social Democracy and the Protection of the Fatherland] -- Pervaya Treschina v Internatsionalizme [The First Crack in Internationalism] -- V Sotsialisticheskom Mire: Posle Natsional?nago Soveta [In a Socialist Word: After the National Council]. All pages are tanned but not fragile; most with some minor chipping, closed tears at edges but only minor loss of text from some wear through to one issue (No. 7) . Good condition. (RUS-11-13)

      [Bookseller: Dan Wyman Books LLC]
 32.   Check availability:     maremagnum.com     Link/Print  


        L'entre-deux-guerres. Souvenirs des milieux littéraires, politiques, artistiques et médicaux. Troisième série

      Nouvelle librairie nationale 1915 - - Nouvelle librairie nationale, Paris 1915, 12x19cm, broché. - Edition originale sur papier courant. Précieux envoi autographe signé de Léon Daudet : "A Charles Maurras, son admirateur et complice." [AUTOMATIC ENGLISH TRANSLATION FOLLOWS] first edition on the current paper. Precious autograph signed Leon Daudet: "To Charles Maurras, his admirer and accomplice." [Attributes: First Edition; Signed Copy; Soft Cover]

      [Bookseller: Librairie Le Feu Follet]
 33.   Check availability:     AbeBooks     Link/Print  


        Sternensänger zu Hildesheim - Farbige Pastellzeichnung

      - - Oskar Popp war Grafiker und Bühnenbildner in Hildesheim, seit 1915 unterrichtete er an der Kunstgewerbeschule - Gewicht in Gramm: 500 (um 1928). Maße: ca. 42,6 cm x 60 cm, unten recht signiert, (Kanten mit kleineneren Abrieben)

      [Bookseller: Celler Versandantiquariat]
 34.   Check availability:     ZVAB     Link/Print  


        Corpus Nummorum Italicorum Primo tentativo di un catalogo generale delle monete medievali e moderne... Volume VII. Veneto (Venezia p. I. dalle origini a M Grimani). SEGUE: Volume VIII (Venezia. Parte II - Da L. Dona' alla chiusura della Zecca).

      Tip. R. Accademia dei Lincei, 1915 - 17. 2 volumi in 4, cm. 24,5 x 33, pp.  (8) + 584 con 20 tavole fuori testo in fotocalcografia; (4) +  686 con 45 tavole fuori testo in fotocalcografia. Timbro di estinta biblioteca al frontespizio. Mezza pergamena coeva. Il  Corpus Nummorum Italicorum  noto anche come CNI, e' stato scritto da Vittorio Emanuele III di Savoia coadiuvato dai piu' esperti numismatici dell'epoca. Primo tentativo di un catalogo generale delle monete medievali e moderne coniate in Italia o da Italiani in altri Paesi. È ancora oggi fondamentale per lo studio e la classificazione delle emissioni delle diverse Zecche italiane a partire dal Medioevo. ITA

      [Bookseller: Libreria Antiquaria Coenobium]
 35.   Check availability:     maremagnum.com     Link/Print  


        Internationale sozialistische Kommission zu Bern.

      Bulletin Nr. 1. 4°. 8 SS. Bern. I.S.K., (21. September) 1915. - Sprache: Deutsch, Erste Ausgabe. - Folgepublikation der Zimmerwalder Konferenz um Lenin und Vorläufer der Kommunistischen Internationale. Die Nummer enthält den offiziellen Verhandlungsbericht der Zimmerwalder Konferenz, eine separate gemeinsame Erklärung der deutschen und französischen Delegation und das von Trotzki verfaßte Manifest der Konferenz mit den Unterschriften von Lenin, Ledebour, Roland Holst, Robert Grimm, Charles Naine u.a. - Gefaltet und geknickt, letzte Seite gering stockig. - Dazu: Auf Briefpapier der Kommission: Auszug aus dem Kassabuch der ISK. Typoskriptdurchschlag. 4°. 5 Bll. Gezeichnet: R(obert) Grimm. - Neben Konferenz- und Druckkosten hatten regelmäßig Robert Grimm und Angelica Balabanoff Rechnungen an die ISK ausgestellt. - Gefaltet und etwas knittrig, Rostspur durch Büroklammer. Mit hs. ergänzten Zahlen. [Attributes: First Edition; Signed Copy]

      [Bookseller: Antiquariat Frank Albrecht (VDA/ILAB)]
 36.   Check availability:     AbeBooks     Link/Print  


        L'entre - deux - guerres. Souvenirs des milieux littéraires, politiques, artistiques et médicaux. Troisième série

      Nouvelle librairie nationale, 1915. - Nouvelle librairie nationale, Paris 1915, 12x19cm, broché. - Edizione originale sulla carta corrente. autografo prezioso firmato Leon Daudet: "Per Charles Maurras, suo estimatore e complice." - [FRENCH VERSION FOLLOWS] Edition originale sur papier courant. Précieux envoi autographe signé de Léon Daudet : "A Charles Maurras, son admirateur et complice."  

      [Bookseller: Librairie Le Feu Follet]
 37.   Check availability:     maremagnum.com     Link/Print  


        The British Battle Fleet.

      8vo (2 volumes). Newly rebound in half dark blue calf, spine lettered and decorated directly in gilt, top edges gilt; illustrated with full colour plates; a handsome set. Revised and updated edition (published to coincide with the ongoing First World War).

      [Bookseller: Henry Sotheran Ltd.]
 38.   Check availability:     Direct From Bookseller     Link/Print  


        Souvenirs d'Henri Jaworski (né le 26 mars 1887), tombé glorieusement pour la défense de la Patrie le 2 Juin 1915 [ Extraordinaire et émouvant lot de documents originaux, correspondance d'un Poilu, livret militaire, permis de conduire, relatifs à la carrière militaire et à la mort d'Henri Jaworski, dans une coffret brodé à son nom ] Dont une L.A.S. de condoléances du philosophe Lucien Laberthonnière

      1915. Livret Militaire d'Henri Antoine Jaworski, né le 26 mars 1887, classe 1907, titulaire d'un baccalauréat es Sciences, breveté vélocipédiste et chef de section, très bon tireur récompensé du cro de chasse en drap (livret très abîmé avec mq) / Permis de conduire : Certificat de Capacité valable pour la conduite des voitures à pétrole, délivré le 11/09/1912 / Carnet de la 2e 1/2 section rédigé par le Sergent Jaworski : avec les noms, classes, grades, matricules, campements, outils et professions de ses hommes / 6 Sauf - conduits datés de 1914 et 1915 pour déplacements à Lisieux et de Lisieux à Paris / Plus de 80 lettres (la plupart de sa main, quelques - unes en copie) rédigées par Henri Jaworski de septembre 1914 au 2 juin 1915 (dernière lettre en partie rédigée, le jour de son décès) / L.A.S. d'Auguste Pommier (enveloppe jointe), sous - officier de la 11e Cie du 39 Régt d'Infanterie, datée de 5 mai 1915, adressée au parents d'Henri : Il se réjouit d'apprendre la nomination de son ami au grade de Sous - Lieutenant ; il les remercie également d'avoir accepter de prendre son épouse à leur service / Lettre datée de Maroeuil, le 4 juin 1915, du Sergent - Fourrier David, adressée au parents d'Henri pour leur apprendre le tragique décès de leur fils, mort au combat / Demande de Renseignements du Bureau de Renseignement du Ministère de la Guerre : Dde de confirmation de décès d'Henri Jaworski /Emouvante L.A.S. de la maman d'Henri Jaworski, datée du 29 mai 1915 et manifestement récupérée sur le cadavre de son fils... / Série d'une vingtaine de L.A.S. et de copie de lettres des parents d'Henri Jaworski adressées à leur fils, dont de très émouvantes missives rédigées à son attention après le 2 juin 1915, jour de son décès sur le front / L.A.S. et même lettre dactylographiée de David, sergent - fourrier CHR du 319e relatant à la mère d'Henri Jaworski les circonstances de sa mort, lors de la reprise pour la 3ème fois d'une tranchée allemande / L.A.S de Nestor Derroussent, compagnon d'arme d'Henri Jaworski, exposant aux parents de la victime les circonstances de sa mort. / Lot de 38 lettres, télégrammes ou pneumatiques de condoléances adressés aux parents d'Henri Jaworski dont une belle L.A.S. (à en - tête des Annales de Philosophie Chrétienne) du père Lucien Laberthonnière : "Madame, J'ai appris l'affreux malheur qui vous a frappée. Il s'ajoute, hélas ! à des malheurs sans nombre et semblables qui nous frappent tous les uns après les autres. J'ai trop connu votre fils, et je me suis trop intéressé à lui pour n'être pas cruellement ému de savoir que lui aussi est tombé là - bas comme tant d'autres. Je prends très vivement part à votre peine. Mort glorieuse que celle - là et qui sera féconde. Mais en même temps que c'est là une consolation, combien c'est triste de songer à cette jeunesse emportée brutalement en pleine force et en pleine vie. En même temps que je prie de tout mon coeur pour votre jeune enfant, je demande à Dieu de vous donner le courage et la résignation..." / Avec quelques photos des parents, et 2 photos d'Henri et de son frère Georges, diverses lettres et documents relatifs au sergent Henri Jaworski, dont une étonnante lettre dactylographiée adressée, en réponse par le père d'Henri Jaworski à un ancien condisciple d'Henri à l'Ecole Massillon (Quai des Célestins, Paris) : "Il m'est doux d'apprendre qu'il y a tout de même quelqu'un dans votre maison qui dans l'Elève chassé de son Ecole quinze jours avant ses examens, pour avoir lu le Journal l'Auto en étude, avait reconnu qu'il été doué de certaines qualités" Extraordinaire ensemble documentaire qui nous plonge dans le quotidien d'un jeune caporal, puis sergent et enfin sous - lieutenant, fils du maire du Mesnil - Simon (Calvados) et héritier d'une manufacture parisienne de boutons (sise au 83 Faubourg du Temple, à Paris). On y retrouve toute l'abondante correspondance entretenue par le jeune homme avec ses parents, de septembre 1914 à fin avril 1915 ; il y décrit dans le détail la guerre de tranchée, avec les angoisses et les soucis quotidiens du fantassin. Dans une des premières lettres, en octobre 1914, il décrit sa vie dans les tranchées (croquis à l'appui) ; le 23 décembre : "je viens de passer les 5 plus dures et plus tristes journées que j'ai vécues"... "Il y a des chances que les écrivains qui parlent de la guerre assis à leur bureau n'auraient pas les termes d'enthousiasme s'ils voyaient le spectacle de 2 compagnies sortant dans la plaine face aux tranchées boches, et rentrant un quart d'heure après, une trentaine ! Quelles sales blessures !" Le 30 décembre : "Pour se déplacer, on navigue, c'est le cas de le dire, dans des boyaux plein de boue. Ah non, nous ne sommes pas bien traités. Tout ce qu'on raconte, c'est du battage". Le 8 janvier, il décrit et dessine sa "cahutte" ; le 14, vacciné contre la typhoïde, il doit écrire du bras gauche. Le 27 janvier 1915, il donne des conseils pour obtenir une permission : "Demander la permission à l'Etat - Major du général Joffre. L'Etat - Major enverra au Colonel une note de faire revenir le caporal Jaworski à l'arrière". Il évoque encore ce nécessaire "pistonnage" le 1er février, etc. etc. Parmi les autres documents joints, une belle lettre autographe signée de condoléances du grand philosophie chrétien Lucien Laberthonnière adressée aux parents du jeune homme. Français

      [Bookseller: Librairie Du Cardinal]
 39.   Check availability:     maremagnum.com     Link/Print  


        Travels in Alaska

      Houghton Mifflin Company 1915 - First edition, first printing, with 1915 on title page. Near Fine, with slight fading to cloth at top of spine, spine ends a little bruised, in a Very Good dust jacket with chipping at spine ends and corners with loss at crown, edge tears and creasing to rear panel. A spectacular copy in a lovely and rarely-seen dust jacket. [Attributes: First Edition; Hard Cover]

      [Bookseller: Burnside Rare Books]
 40.   Check availability:     AbeBooks     Link/Print  


        Experimenteller Nachweis der Ampèreschen Molekularströme. SS. 152-170. - Und: A. Einstein. Berichtigung. S. 203. - Und: Dieselben. Notiz zu unserer Arbeit. S. 420. In: Verhandlungen der Deutschen Physikalischen Gesellschaft. Band 17, Hefte 8, 10, 22 und 24. Zus. 4 Hefte.

      Braunschweig Vieweg 1915 - (22 x 15 cm). SS. (131)-170/ SS. (189)-204/ SS. (405)-420/ SS. (437)-470. Mit Abbildungen. Rückenbroschuren in moderner Leinwand-Kassette. Erste Ausgabe. "Principal work", von Weil mit einem Stern versehen. - Die beiden Verfasser weisen hier erstmals experimentell nach, dass ein Eisenstab beim Magnetisieren oder Entmagnetisieren ein Drehmoment um die Achse der Magnetisierung ausübt. Dieser makroskopische Effekt kommt dadurch zustande, dass das Elektron gleichzeitig einen Drehimpuls (Spin) und ein magnetisches Moment besitzt. Mit diesem Experiment lässt sich zudem die Existenz der Nullpunktsenergie beweisen. - Wohlerhalten. - Weil 73* - Die Hefte enthalten weiter Beiträge von Laue, Warburg, Siegbahn, Born etc. sowie von Planck: Die Quantenhypothese für Molekeln mit mehreren Freiheitsgraden [Attributes: First Edition; Hard Cover]

      [Bookseller: Antiquariat Gerhard Gruber]
 41.   Check availability:     ZVAB     Link/Print  

______________________________________________________________________________


      Home     Wants Manager     Library Search     562 Years   Links     Contact      Search Help      Terms of Service      Privacy     


Copyright © 2018 viaLibri™ Limited. All rights reserved.