The viaLibri website requires cookies to work properly. You can find more information in our Terms of Service and Privacy Policy.

Displayed below are some selected recent viaLibri matches for books published in 1915

        Eigenh. Brief mit U.

      Wohl Wien, um 1915. - ½ S. Gr.-4to. Wohl an die Kinder-Schutz- und Rettungsgesellschaft: "Ersuche dringendst, diese so ungerechte stupide feige grausame, angeblich christliche Welt zu korrigieren, indem sie das gefolterte Kind seiner Megäre, seinem Vieh von Mutter entreissen! [.]". - Auf Briefpapier mit gedr. Briefkopf des Graben-Hotels, in dem Altenberg von 1913 an bis zu seinem Tod lebte, und mit Altenbergs rotem Absenderstempel; rechts oben mit blauem Farbstift numeriert "3"; verso ein ganzseitiger eh. Briefentwurf des Adressaten; Faltspuren.

      [Bookseller: Antiquariat INLIBRIS Gilhofer Nfg. GmbH]
 1.   Check availability:     AbeBooks     Link/Print  


        Organisation Politique et Administrative et Legislation de L'Alsace - Lorraine

      Imprimerie Nationale Paris, 1915 - Ledereinband,mit 885 S.Einband etwas berieben,sonst gut erhalten. Auf Wunsch sende ich ihnen gerne das Inhaltsverzeichnis zu. Sprache: Deutsch Gewicht in Gramm: 550 [Attributes: Hard Cover]

      [Bookseller: Herr Klaus Boettcher]
 2.   Check availability:     ZVAB     Link/Print  


        Jeanne d'Arc et l'Allemagne

      Edition, a numbered on tinted vellum.Binding half morocco chocolate brown with corners, back with five nerves, gilded tail date boards, guards and contreplats paper moiré, wrappers and back preserved and bound in, gilded head.Signed autograph of the poet François Léon Bloy Corelli.Nice copy pleasantly established. Georges Crès Paris 1915 11,5x19cm relié

      [Bookseller: Librairie Le Feu Follet]
 3.   Check availability:     Direct From Bookseller     Link/Print  


        L'EROICA. Rassegna italiana di Ettore Cozzani. Anno V. Fasc. VI - VII. 1915

      L'Eroica editrice, 1915. In 4, pp. 96 - 186 + (8) di pubbl. editoriale ornata splendide xilografie, con 5 grandi xil. e decine di testatine finalini sempre xil. tutti opera di Emilio Mantelli, celebre xilografo legato all'Eroica sin dai suoi esordi, mori' nel 1918 per cause di guerra. Questo numero contiene l'opera teatrale d'annunziana La crociata degli innocenti., qui in edizione preoriginale. Br. ed. Comanducci, III, p. 1082. L'Eroica, 1983, p. 91 ITA

      [Bookseller: Libreria Antiquaria Coenobium]
 4.   Check availability:     maremagnum.com     Link/Print  


        [The Metamorphosis] Die Verwandlung

      Leipzig: Kurt Wolff Verlag, 1915. First Edition. Softcover. Very Good. First edition, first printing. Wrappered issue in beige printed dust jacket with cover illustrated by Ottomar Starke. Very Good. Spine reinforced, wraps lightly edge worn and rear cover lightly soiled. A landmark of 20th century literature, and a scarce copy of Kafka's most enduring work.

      [Bookseller: Burnside Rare Books]
 5.   Check availability:     IOBABooks     Link/Print  


        Of Human Bondage.

      London: William Heinemann,, 1915. A Novel. Octavo (182 x 120 mm). Finely bound in recent blue crushed full morocco, raised bands to spine forming compartments ruled in gilt, second and fourth gilt-lettered direct, twin rules to covers gilt, all edges gilt, broad turn-ins decoratively gilt with scallop and fillet rolls and attractive floral cornerpieces, marbled endpapers. Original cloth covers and spine bound in at rear; 16 pp. of publisher's advertisements as issued. Spine sunned to green, front board a little faded towards top edge, superficial cracking to hinge between half-title and first page. A very good copy in a handsome binding. First UK edition, first impression, printed from the first-issue American plates with "help" for "helped" at p. 257, line 4; "some copies contain 16 pp. inserted advertisements, with no significance for issue" (Stott). "The novel was coolly received in Britain and America and became a best-seller only after an effusive review by the influential American critic and distinguished novelist Theodore Dreiser in the New Republic (25 December 1915), in which he described the book as of 'the utmost importance' and its author as a 'great artist'" (ODNB). Originally published in the US the day before, on 12 August 1915.

      [Bookseller: Peter Harrington]
 6.   Check availability:     Biblio     Link/Print  


        Of Human Bondage. A Novel.

      London: William Heinemann, 1915 - Octavo (182 x 120 mm). Finely bound in recent blue crushed full morocco, raised bands to spine forming compartments ruled in gilt, second and fourth gilt-lettered direct, twin rules to covers gilt, all edges gilt, broad turn-ins decoratively gilt with scallop and fillet rolls and attractive floral cornerpieces, marbled endpapers. Original cloth covers and spine bound in at rear; 16 pp. of publisher's advertisements as issued. Spine sunned to green, front board a little faded towards top edge, superficial cracking to hinge between half-title and first page. A very good copy in a handsome binding. First UK edition, first impression, printed from the first-issue American plates with "help" for "helped" at p. 257, line 4; "some copies contain 16 pp. inserted advertisements, with no significance for issue" (Stott). "The novel was coolly received in Britain and America and became a best-seller only after an effusive review by the influential American critic and distinguished novelist Theodore Dreiser in the New Republic (25 December 1915), in which he described the book as of 'the utmost importance' and its author as a 'great artist'" (ODNB). Originally published in the US the day before, on 12 August 1915. Rothschild Maugham Collection 85; Stott A21b.

      [Bookseller: Peter Harrington. ABA member]
 7.   Check availability:     AbeBooks     Link/Print  


        Old Time Rhymes

      Blackie & Son: Limited, London 1915 - (Adams, Frank) illustrator. OLD TIME RHYMES. London: Blackie & Son: Limited, 1915. First edition. 4to - 9-1/16" x 11-5/8". Green backed gray cloth with goose vignette and gilt and green lettering on upper board and gilt lettering and vignette on spine with light rubbing and soil. Color pictorial endpapers. Unpaginated. Thirty-six tissue-guarded color plates mounted on green art paper are all in lovely condition. The text pages with line drawings within text with scattered foxing and four short margin tears. This copy of the book contains the text page and corresponding illustration portraying a negative Jewish stereotype, i.e. that of the swindling Jew, that are often found missing from this title. This is a great picture book rarely found in such nice condition. The condition of the book is VERY GOOD +. [Attributes: First Edition; Hard Cover]

      [Bookseller: Wallace & Clark, Booksellers]
 8.   Check availability:     AbeBooks     Link/Print  


        Negerplastik. Mit 119 Abbildungen.

      Leipzig, Verlag der Weissen Bücher, 1915. XXVII + 3 n.n. + 111 S. OHpgm. EA. - Ebd. berieben, tlw. fingerfleckig, rückw. V. m. Klebstoffresten (Leim), Gbrsp. - Umfangreiche Darstellung afrikanischer Kunst \"... die Maske hat nur Sinn, wenn sie unmenschlich, unpersönlich ist, das heißt konstruktiv, frei von der Erfahrung des Individuums ...\" (Zitat S. 26). Versand D: 7,00 EUR Kunst

      [Bookseller: Antiquariat Weinek]
 9.   Check availability:     buchfreund.de     Link/Print  


        HOUSE OF POMEGRANATES

      KING, JESSIE. (KING,JESSIE)illus. A HOUSE OF POMEGRANATES by Oscar Wilde. London & NY: Methuen & Brentanos [1915]. 4to, (8 x 10"), red pictorial cloth with Brentanos on spine, top edge gilt, owner inscription, a clean Near Fine copy free from the heavy foxing that often plagues this book. First edition with King's illustrations including pictorial endpapers, color pictorial title page, 16 tipped-in color plates, plus beautiful black and white decorative initials. A particularly bright copy of a very beautiful book.

      [Bookseller: Aleph-Bet Books, Inc.]
 10.   Check availability:     Biblio     Link/Print  


        DEMOCRACY IN PALESTINE

      [New York: Provisional Executive Committee For General Zionist Affairs], N.D.. 1st edition, Single-fold pamphlet, [4] pages; 16 cm. "Reprinted from the Independent, Nov. 22, 1915." Compares the early Zionists to the American Founding Fathers and the early settlers to the Mayflower Pilgrims, calls on support to help Palestine with funds. Important call to action from the future Supreme Court Justice which puts the Zionist cause squarely hand in had with the American story and American values. SUBJECT (S) : Zionism -- United States. OCLC lists only 1 copy worldwide (Columbia) . Some edgewear, Small Rabbi?s presentation stamp on cover, Good+ Condition. Rare. (KH-3-12) xx

      [Bookseller: Dan Wyman Books LLC]
 11.   Check availability:     maremagnum.com     Link/Print  


        Strelets: sbornik pervyi. With contributions by Burliuk, Mayakovsky and others in the Hylea group. Russian Futurist journal: The Archer First Collection.

      Petrograd: Strelets. Very Good+. 1915. First Edition. Hardback. Important anthology with contributions from the radical Cubo-Futurists Hylea and early Symbolists. Complete and in excellent condition. Bound in later cloth-backed boards with original wrappers designed by Kulbin neatly bound in. Publisher's mark (an archer) by David Burliuk. 26.5x20cm. [iv]+216pp., 12 original lithos on blue or red paper by Lentulov, Rozanova, Kulbin, Wyndham Lewis, Siniakova, Vrubel, Kulbin and Vladimir Burliuk, 3 headpieces by D Burliuk and others. Title page very neatly repaired at lower edge. ; Hellyer 493. With contributions by Blok, D and V Burliuk, Evreinov, Kamensky, Khlebnikov, Kulbin, Kruchenykh, Mayakovsky, Remizov, Rozanova, Wyndham Lewis, et al ; [iv]+216pp. pages .

      [Bookseller: Marijana Dworski Books]
 12.   Check availability:     Biblio     Link/Print  


        Guerra sola igiene del mondo.

      Edizioni futuriste di "Poesia", Milano (Tipo-Litografia Ripalta), 1915 ; in-8 carré, broché (193 x 170 mm) ; 157, [1 bl.], [1, Indice], [2] Edizioni futuriste di "Poesia", [3 bl.], couverture gris bleu passé, titre en long au dos. Edition originale collective avec mention "4° migliaio" et "2 lire" en quatrième de couverture ; envoi autographe signé "à Albert Gleizes son ami. F.T Marinetti".Ouvrage de synthèse du Futurisme depuis sa création officielle avec la publication du "Manifeste du Futurisme" dans le Figaro du 20 février 1909 : Prime battaglie futuriste ; Battaglie di Trieste ; "Mafarka il Futurista" ; La "Divina Commedia" è un verminaio di glossatori ; Contro Roma passatista ; Trieste, la nostra bella polveriera ; La guerra, sola igiene del mondo ; Contro l'amore e il parlamentarismo ; L'Uomo moltiplicato e il Regno della Macchina ; Noi rinneghiamo i nostri maestri simbolisti ultimi amanti della luna ; La guerra elettrica ; etc. et "Aggiunte" : In quest'anno futurista ; Movimento politico futurista. Albert Gleizes a fait la connaissance de Marinetti à l'abbaye de Créteil et l'initie au cubisme avant même la publication de son manifeste dans le Figaro car il faisait partie d'un groupe d'artistes et de poètes ou écrivains que Marinetti fréquentait : P.J. Jouve, Vildrac, Duhamel, Apollinaire, Jules Romains et puis les futurs adeptes Severini, Boccioni et Carrà qui viendront à Paris en 1910 et 1912. D'ailleurs, plusieurs manifestes futuristes font référence à Gleizes avec bienveillance. Couverture un peu défraichie. Exceptionnel document.

      [Bookseller: Librairie Ancienne Clagahé]
 13.   Check availability:     Livre-rare-book     Link/Print  


        Doorway to the DogeÕs Palace, Venice

      1915. 555 x 352mm. Sheet size 770 x 560mm. Good impression. Dickins 25, 1915. Etching and aquatint, SIGNED BY ARTIST IN PENCIL, good margins, laid down, corners of sheet damaged, a little foxing in margins, This is a rare large plate of an atmospheric

      [Bookseller: R.G. Watkins Books and Prints]
 14.   Check availability:     Bookzangle     Link/Print  


        Ampio ed interessante carteggio costituito da diciassette lettere della primogenita di Giuseppe Garibaldi e Francesca Armosino di cui otto autografe firmate, le altre dattiloscritte con firma autografa, di cui una diretta all'Avvocato Giuseppe Leti, le rimanenti ai figli dello stesso. Datate tra il 1915 e il 1955 sono scritte da Ardenza e Caprera. Di particolare interesse la nota scritta al verso di una cart. postale fotografica, che recita: "Sono nata a Caprera il 16 febbraio 1867. Questa istantanea mi è stata fatta qui, nel mio giardino il 22 settembre 1946. Mi dispiace che non si possano vedere i pochissimi fili bianchi che ho fra i capelli che - dato la mia età - avrei voluto tutti candidi". Di seguito alcuni tra i passi più significativi dell'intero insieme, nel quale si tratta prevalentemente della collaborazione di Clelia ad alcuni scritti in onore dell'Avvocato Leti. "Ho ricevuto tempo fa il bellissimo volume di Suo Padre per il quale tanto, tanto la ringrazio. Era un'opera che ancora non conoscevo...Oggi ho ricevuto le bozze della sua monografia e mi impegno a mandarle quanto prima le bozze a cui Leti tanto tiene. E' una gioia per me poter parlare di Suo padre al quale ero legata da sentimenti di sincera e profonda amicizia. Alla nota biografica che mi riguarda leverei la parte politica, ma sarò più precisa in una prossima mia..." (Caprera 10/6/1951). Accluse quattro buste affr. con ind. autografi. Unite due lettere datt. con firma autografa su biglietti da visita completi di buste affr. Clelia Garibaldi fu scrittrice italiana che dedicò tutta la vita alla memoria del padre, curando la casa museo di Caprera, accogliendo ospiti e visitatori e scrivendo le sue memorie.

      1915.

      [Bookseller: Studio Bibliografico Lim Antiqua s.a.s.]
 15.   Check availability:     maremagnum.com     Link/Print  


        Julia Ward Howe: 1819-1910

      Boston: Houghton, Mifflin, 1915 - First Edition; large paper issue, limited to 450 copies. Two volumes; a fine set in the original publisherÕs slipcase ( a little soiled). Tipped into volume I is a 90 word page of suffrage-related manuscript. [Attributes: First Edition]

      [Bookseller: Peter L. Stern & Co., Inc., A.B.A.A.]
 16.   Check availability:     AbeBooks     Link/Print  


        [Manuscrit autographe inédit] "La rime"

      en feuilles 44 pp. in-4 ou in-8, souvent découpées, montées sur papier et annotées. Impressionnant exemple du travail à quatre mains d'Edouard Pichon avec son oncle Jacques Damourette. Il s'agit d'un "rapport préliminaire" de Pichon datant de 1915, remis en forme et annoté vers 1940-1943 par son oncle Jacques Damourette. "Le plan de l'EGLF [Essai de Grammaire de la langue française] comprenait une partie sur l'utilisation artistique de la langue française, partie qui, à la suite du développement des travaux, n'a pas été exécutée. L'article sur la rime que l'on va lire est un rapport préliminaire écrit par Pichon en vue de cette partie de l'ouvrage. Il m'a paru intéressant de le mettre sous les yeux du lecteur, sans changer le texte de Pichon, tout en faisant observer que ce rapport est une oeuvre de jeunesse (il a été écrit aux armées le 1er janvier 1915, l'auteur avait donc 24 ans). C'est ce qui explique l'absolutisme de certaines idées." Il semble que Damourette soit mort sans avoir pu totalement finir le travail de mise en forme. A notre connaissance cet article est inédit.Personnage d'une grande richesse, d'une infinie curiosité et très complexe, Edouard Pichon est un contemporain et - par son intérêt pour le langage - un précurseur de Lacan, qui lui reprendra - entre autres - le concept de forclusion. Il est l'un des membres fondateurs du groupe de L'Evolution psychiatrique et de la Société Psychanalytique de Paris (dont il fut président de 1935 à 1937). Avec son oncle Jacques Damourette, il est l'auteur d'un monumental Essai de Grammaire française dont la publication s'étala sur près de 30 ans. Il fut également fervent maurrassien tout en étant dreyfusard, et le gendre de Pierre Janet sans être janetien. (Voir à son sujet, E. Roudinesco, Histoire de la psychanalyse en France, t. 1, pp. 297-320). Nota : ce document ne pourra être exporté en dehors de l'Union Européenne sans autorisation préalable du ministère de la Culture, formalité pouvant prendre plusieurs jours. Bon

      [Bookseller: Julien Mannoni livres anciens]
 17.   Check availability:     Livre-rare-book     Link/Print  


        Il Sedile e la nobiltà di Tropea con genealogie, documenti e tavole

      Buongiovanni & Coccia, 1915. in-8° Volume sciolto e con qualche mancanza alla copertina. Vecchia nota d\'appartenenza al piatto anteriore

      [Bookseller: Libreria Antiquaria Giulio Cesare]
 18.   Check availability:     maremagnum.com     Link/Print  


        TRAVELS IN ALASKA LARGE PAPER ISSUE NUMBER 37 OF 450

      Boston & New York: Houghton Mifflin, 1915. First Limited Edition. Very Good Plus/No Jacket. Boston & New York: Houghton Mifflin, 1915 Boston & N.Y.,1915. First Edition. Lovely and Historic book. Large paper issue limited to 450 numbered copies of which this is number 37. Choice and seldom offerred. Illustrated with a lovely coloured flontis and 16 plates. 327pp. Orig. green buckram backed boards with leather spine label. Spine label slightly rubbed. Book is internally fine . Muir's last published work. His love for glaciers, wilderness and Aurora Borealis and his travels on the Harriman Expedition give Alaska a special cachet in Muir's opus. "I am hopelessly and forever a mountaineer. . . . Civilization and fever, and all the morbidness that has been hooted at me, have not dimmed my glacial eyes, and I care to live only to entice people to look at Nature's loveliness." Scans on request, questions cheerfully answered and customer satisfaction quaranteed. Find out why 75 % of our business is from repeat customers. Extra shipping and insurance at cost to many destinations. s . First Limited Edition. Very Good Plus/No Jacket.

      [Bookseller: Finefinds Collection Management]
 19.   Check availability:     Biblio     Link/Print  


        Les Amours de Pierre de Ronsard.

      1915Paris, Ambroise Vollard, imprimé par les soins de l'illustrateur sur les presses à bras de Fequet, 1915, grand in-4, en feuilles sous chemise rempliée illustrée. Second projet de livres entre le marchand d'Art Ambroise Vollard et Émile BERNARD. Tirage limité à 250 exemplaires, celui-ci un des 200 exemplaires sur Hollande filigrané au titre de l'ouvrage (N°212). Seize eaux-fortes -in et hors texte, tirées en brun et 106 gravures sur bois sont dessinés et gravés par Émile Bernard." Belle publication cotée" (Carteret, 347). Déchirures au dos, très légères usures à la couverture, pli en quatrième de couverture.(Monod 9893,

      [Bookseller: Librairie Chrétien]
 20.   Check availability:     Livre-rare-book     Link/Print  


        Scenes in Peking - Series 1

      Peking, Published by the Camera Craft Co., no date (1915). 1 volume, quarto oblong (28,5*23 cm), photo album of Peking, China, illustrated with 12 photographic reproductions total, each 19 by 14 cm on 6 individual pages. Photos include scenes from the Summer Palace to the Great Wall. Covers are creased around edges and show some tears. All photos are in fine condition, no stains tears or creases. All photos are tipped in at tops only and have onionskin paper between pages, overall a good copy of this scarce album

      [Bookseller: Librairie Ancienne Indosiam]
 21.   Check availability:     Livre-rare-book     Link/Print  


        HOUSE OF POMEGRANATES

      - (KING,JESSIE)illus. A HOUSE OF POMEGRANATES by Oscar Wilde. London & NY: Methuen & Brentanos [1915]. 4to, (8 x 10"), red pictorial cloth with Brentanos on spine, top edge gilt, owner inscription, a clean Near Fine copy free from the heavy foxing that often plagues this book. First edition with King's illustrations including pictorial endpapers, color pictorial title page, 16 tipped-in color plates, plus beautiful black and white decorative initials. A particularly bright copy of a very beautiful book. [Attributes: First Edition; Hard Cover]

      [Bookseller: Aleph-Bet Books, Inc. - ABAA]
 22.   Check availability:     AbeBooks     Link/Print  


        A Boy's Will

      New York: Henry Holt And Company, 1915. First Edition, First Printing. Near fine in blue linen covered boards with gilt text stamping on the spine and gilt text within double borders on the front board. A small octavo measuring 7 5/8 by 5 1/8 inches with the cloth at the head and heel of the spine slightly rubbed and with faint deprivations due to silverfish having consumed small bits of starch from the cloth at the forward 1 1/2" of the front board. One of only 750 copies printed. This is the very uncommon first American printing of Frost's first book. It has the issue point of the word "Aind" on the last line of page 14 which was corrected to "And" in the second printing of the title. The other typo in both this printing and in the British printing, which was not corrected until 1923, is located on page 62 line 16 where "witch-hazel" is appears as "wich-hazel". A tight, clean and handsome copy with strong joints and hinges and absolutely no prior ownership markings.(Crane, A2.1)

      [Bookseller: Town's End Books]
 23.   Check availability:     Biblio     Link/Print  


        Le Crapouillot. Gazette poilu.

      Paris Imp. C. Maubert 1915-1919 37 livraisons in-4 en feuilles de 4 à 8 pp., sous chemise étui. Collection quasi-complète du Crapouillot de la Grande guerre, du n°1 (août 1915) au n° 10 et dernier (janvier 1919). Trois livraisons manquent : IV et VI de la première année et I de la deuxième année. Le Crapouillot est sous-titré Gazette poilu (n° I-VIII), Gazette des Bon'hommes (n°IX), puis à partir du n°X, Feuille de guerre. Rappelons que le crapouillot est le non donné par les poilus au nouveau mortier mis au point par les Français. Premier journal des tranchées créé un an après le début de la guerre par le caporal Jean Galtier-Boissière (1891-1966). Son but était le soutien moral des troupes engagés sur le front, mais aussi de ceux de « l'arrière », tout en les informant des avancées des combats. La publication était en décalage des autres publications des tranchées ; son ton était certes humoristique, mais aussi critique et volontiers ironique et satirique. Le premier numéro porte en bandeau : « Tout collaborateur mis hors de combat sera aussitôt remplacé par son suivant de garde ». Plusieurs numéros furent caviardés par la censure. Au bas de la dernière page de chaque livraison, on peut lire : « Le Crapouillot n'a pas d'offciers supérieurs comme critiques militaires, ainsi que ses confrères parisiens ; la Gazette du front se contente de poilus, mais tous ses reporters sont en première ligne ». Illustrations par Galtier-Boissière, mais aussi R. Poughéon, Guy Arnoux, A. D. de Segonzac, Jean-Louis Forain, Dulac. Le siège social était localisé dans une tranchée de l'Artois et pendant toute la durée de la guerre, copies et dessins furent confiés au vaguemestre qui les adressait au père de Galtier-Boissière, médecin à l'arrière, lequel se chargeait de l'impression. Très bon exemplaire en feuilles de cette revue de toute rareté ; Le bas de la page de la livraison numérotée 8 de la troisième année a été découpé.

      [Bookseller: Bonnefoi Livres Anciens]
 24.   Check availability:     Livre-rare-book     Link/Print  


        "Nous aussi, on va jouer- Classe 17".

      1915 1Encre de Chine signée du cachet d'atelier en haut à droite, 1915, 26 x 21 cm. Georges LEPAPE (Paris 1887- Bonneval 1971), l'un des maîtres de l'Art-déco, l'un des premiers artistes collaborateurs de Paul POIRET et pilier de la Gazette du Bon Ton, ainsi que Vogue, France et U.S.A, dont il réalise de nombreuses couvertures. Ce dessin original représente un fantassin de la guerre 1914-18 au milieu d'un no man's land et brandissant deux masques personnifiant les Arts du Théâtre ... aux Armées. Annotations manuscrites, petites taches et plis.

      [Bookseller: Librairie Chrétien]
 25.   Check availability:     Livre-rare-book     Link/Print  


        The Mellards & their descendants, including the Bibbys of Liverpool, with memoirs of Dinah Maria Mulock & Thomas Mellard Reade / by Aelyn Lyell Reade

      London : Priv. print. for the author at the Arden Press 1915 - SIGNED portrait of the author tipped in. Provenance; bookplate of Charles Hesketh Fleetwood-Hesketh. Limited edition; 1 of only 200 copies. Scattered, marginal foxing. Finely bound in gilt-blocked calf over silk boards. Spine bands and panel edges very slightly dust-toned. Corners sharp with an overall tight, bright and clean impression. Uncommon in such positive condition. Physical description; xii p., 1 l., 227, xxii p : front., plates, ports., 4 fold. geneal. table ; 30 cm.Notes; Contains also accounts of the Jenkinson and Bucknall families."List of scientific communications" of Thomas Mellard Reade: p. 174-180. "Evidences in proof of pedigrees": p. [181]-197. Subjects; Mellard family. Bibby family. Craik, Dinah Maria Mulock 1826-1887. Mulock family.Reade, Thomas Mellard 1832-1909. Reed family.Jenkinson family. Bucknall family. Reade, Thomas Mellard. 3 Kg. 227 pp. [Attributes: First Edition; Signed Copy; Soft Cover]

      [Bookseller: MW Books Ltd.]
 26.   Check availability:     AbeBooks     Link/Print  


        1915 Original Hardback Wisden

      Hi, This lot is a 1915 Original Hardback Wisden in Good+ Condition, This Wisden is a very nice book, the hinges have been repaired which goes into the pastedown some what but the front board is nice with great gilt , a kncok to the bottom right corner, the spine looks like it has had a tocuh up but looks pretty decent, the rear board is great. Repaird front hinge but rear hinge may be original, some darkness but intenrally pretty nice with great photoplate. Very cheap due to the hinge repair.

      [Bookseller: Wisdenshop.com]
 27.   Check availability:     Biblio     Link/Print  


        Of Human Bondage

      New York: George H. Doran Company, 1915. First Edition. Hardcover. Very Good. 648 pp. First edition, first printing, first issue lacking the publisher's monogram on the copyright page and with "help" on page 257, line 4. Very Good. Lean to spine with wear to spine ends, cloth rubbed at extremities, end pages toned and with a paperclip impression to first several leaves, pages show an occasional spot or smudge and several small marginal tears; rear hinge exposed leaving text block a bit sunken. A nice copy of what is widely considered to be the author's best work.

      [Bookseller: Burnside Rare Books]
 28.   Check availability:     IOBABooks     Link/Print  


        CHRISTMAS CAROL

      London and Philadelphia: William Heinemann and J. B. Lippincott Co., 1915. First edition of the holiday classic with Arthur Rackham's illustrations, First Issue with the frontispiece tipped-in as called for and Heinemann on the spine panel. With 12 haunting colour plates, illustrated endpapers, 18 black and white illustrations and line drawings by Arthur Rackham. The colourplates with tissue-guards captioned in dark red/brown. 8vo, publisher’s original green cloth lettered and pictorially decorated in black on the upper cover with a ringing Christmas bell motif and on the spine in black in a holly and berry motif. xi, 147 pp. A very nice copy indeed, the cloth is bright and unfaded with strong decoration and lettering, the edges are crisp with tight corners, the text very clean and fresh with the spotting to which the book is highly prone being only occasional and very mild, the plates in wonderful condition. SCARCE FIRST EDITION IN VERY PLEASING CONDITION. A shining example of what you get when a true masterpiece of literature is complemented by one of the world’s greatest book illustrators. An inspiring combination. Dickens writes of A Christmas Carol in his preface: “I have endeavoured in this Ghostly little book to raise the Ghost of an Idea which shall not put my readers out of humour with themselves, with each other, with the season, or with me. May it haunt their house pleasantly, and no one wish to lay it.” Surely, the author would be pleased with the perennial delight his little Christmas tale has stirred in the hearts and imaginations of generations of readers. Originally, Rackham’s illustrated edition of Dickens’ classic was published during the war years (1915) and was quite well received. The artist successfully incorporated the ‘Phiz’ and Cruikshank styles into his own to create striking renditions of Victorian London with ample room to uniquely evoke ghostly fantasy images as well. His almost characterized depiction of Scrooge, features chiseled and grotesque, are as bone-chilling as his fantastic entourages of moaning ghouls. The muted, shadowed atmospheric tones so characteristically Rackham, support Dickens’ eerie tale wonderfully. Some examples of Rackham’s emerging special talent for silhouette are also included.

      [Bookseller: Buddenbrooks, Inc.]
 29.   Check availability:     Biblio     Link/Print  


        RUBAIYAT OF OMAR KHAYYAM. Rendered into English verse by Edward Fitzgerald With Illustrations by Edmund Dulac.

      London: Hodder and Stoughton, n.d., circa 1915. 20 beautiful full page color plates by Edmund Dulac. 4to, publisher’s original full red cloth lettered and elaborately decorated in pictorial designs in gilt on the spine and upper cover. A very bright, clean and handsome copy with exceptional color plates. FIRST EDITION IN THE BRIGHT RED CLOTH. Announced in June 1909, Edward Fitzgerald’s translation of the 12th century Persian RUBAIYAT OF OMAR KHAYYAM, newly illustrated by Edmund Dulac, became the Gift Book of the year. Each page of verses or quatrains was printed on heavy paper surrounded by delicate borders and was frequently interspersed with Dulac’s evocative paintings. After the RUBAIYAT’S publication in America, its US publisher wrote of the book.”In point of excellence of art, popularity, distinction and profit the crowning achievement...was the publication of the Fitzgerald version of the Rubaiyat of Omar Khayyam illustrated by Edmund Dulac. The book was a joy and a treasure, Its public acceptance was immediate and great.” -A.Hughey. One can see why the book received such immediate and unalloyed admiration. For on these twenty exquisitely detailed pages, one finds unsurpassed artistic expression. The viewer is irresistibly drawn into the Persian poetical world of starry nights, labrythine bazaars, dusty streets, flower perfumed bowers, and sultry royal palaces. We can almost smell the pungent incense and feel the hot air move as the fan stirs a tiny breeze. We are palpably drawn into Dulac’s hypnotic images of Middle Eastern sensation and emotion. The artist used intense but subtle tones of color to create a rich tapestry of visual contrasts, page after page. Pale flesh is swathed in delicate patterned silks and set to pose on hillsides of velvet grass. Figures emerge from opalescent nights and drink thirstily from silver goblets. Dulac vividly captures the temptations of the senses as Omar himself succumbed to them. The RUBAIYAT OF OMAR KHAYYAM illustrations portray a humanity, poignant and complex, as perhaps nowhere else in Dulac’s repertoire. The modern reader can partake of Fitzgerald’s spell-binding translation of one of the finest poems ever written, while sipping the spiced wine of Dulac’s sensuous illustrations.

      [Bookseller: Buddenbrooks, Inc.]
 30.   Check availability:     Biblio     Link/Print  


        L'ame Française et La Guerre - Complet Des 10 Volumes - Édtion Originale Sur Hollande

      Paris Émile Paul Frères 1915 In8 Complet en 10 volumes - Tout les exemplaires sont numérotés 6 sur 110 sur papier de hollande sauf le tome 5 qui est un exemplaire d'auteur et le tome 8 qui est le n.8 des 25 exemplaires sur japon - Débuté en 1915 Barres finit cette monumentale oeuvre en 1919 - Tome1: l'union sacrée / Tome 2 : les saints de la france / tome 3 : la croix de guerre / Tome 4 : l'amitié des tranchées / Tome 5 : les voyages de Lorraine et d'Artois : tome 6 : Pour les mutilés : tome 7: Sur les chemins de l'asie : tome 8 : le suffrage des morts / tome 9 : pendant la bataille de Verdun : tome 10 : Voyage en Angleterre - Ensemble en bon état - 7 des volumes ne sont pas ébarbés - Le dos du Tome 1 est fendu - Le volume 10 a le 1er plat recollé sur 5 cm. BonEd. originale

      [Bookseller: L'Encrivore]
 31.   Check availability:     Livre-rare-book     Link/Print  


        INTORNO AL CASTELLO DI BRENO. Storia di Valle Camonica, Lago d'Iseo e vicinanze da Federico Barbarossa a S. Carlo Borromeo. Studio critico - su 1400 nuove fonti documentarie - giudicato dalla R. Accademia dei Lincei pel Concorso al Premio Reale.

      Associazione "Pro Valle Camonica", 1915. gr. vol. in - 8, pp. XIV, (2), 624, leg. m. tela edit. con cop. fig. Con molte tavv. raffiguranti antichi documenti e vedute della Val Camonica. Belliss. esempl. su carta forte.

      [Bookseller: Studio Bibliografico Scriptorium]
 32.   Check availability:     maremagnum.com     Link/Print  


        Herbst am Schmalsee. Ölgemälde.

       1915 Bildmaß: 65 x 50 cm ( Höhe x Breite ), alt gerahmt. Unten rechts mit *H. Steen* signiert und 1915 datiert. Verso mit altem Klebezettel *Am Schmalsee - H. Steen, Fisssau bei Eutin*. Öl auf Leinwand, alt gerahmt ( Rahmenmaß: 77 x 62 cm. Der Rahmen etwas berieben, das Bild gering fleckig - insgesamt aber gut erhalten. ( Bitte beachten: Hierfür ist kein Versand möglich - hier bitte nur Selbstabholung in meinem Ladengeschäft ). ( Pic erhältlich // webimage available )( Please notice: No shipment possible ) Versandkostenfreie Lieferung Schmalsee, Mölln, Eutin, Fissau, Steen, Heinrich Steen, Ölgemälde, Holsteinische Schweiz, Google

      [Bookseller: Antiquariat Friederichsen]
 33.   Check availability:     buchfreund.de     Link/Print  


        IL DIARIO DELLA NOSTRA GUERRA - Bollettini ufficiali dell'Esercito e della Marina.

      Ravà & C. Editori, 1915 - 1919. (Codice MG/5555) In 16º 42 fascicoli 30-50 pp. ognuno circa. Raccolta completa, tutto il pubblicato, dal n. 1 (1 luglio 1918) al n. 42 (1 gennaio 1919). Con una o più cartine in ogni numero. Tutti in brossura originale, copertina illustrata da Aroldo Bonzagni. In buono stato, qualche lieve strappetto, brunitura fisiologica della carta. Collezione estremamente rara, non presente in nessuna biblioteca italiana. Cfr. ICCU. Euro 470.00 ~~~ SPEDIZIONE IN ITALIA SEMPRE TRACCIATA

      [Bookseller: Bergoglio Libri d'Epoca]
 34.   Check availability:     maremagnum.com     Link/Print  


        "Arlequin-La dernière fête".

      1915Gouache et mine de plomb sur carton, cachet au verso de la succession Erté, 1915, 24 x 15.5cm. Romain de TIRTOFF, (Saint-Pétersbourg 1892-1990 Paris) dit ERTE (ses deux initiales R. et T.) arriva à Paris en 1912 et se consacra, dès lors et ce pendant plus de 75 ans, à l'illustration de costumes pour la mode et le spectacle, à la création de bijoux et d'accessoires, à la conception de meubles et de décors. "Erté, inventeur de la femme moderne (...). La femme d'Erté transfère dans son costume ses sentiments et sa morale : sa pudeur dans ses voiles, sa sensualité dans ses perles, son sexe dans ses plumes (...)". (Roland Barthes "Erté", Franco Maria Ricci, 1973). William Randolph Hearst, cherche à concurrencer Vogue en insoufflant à son magazine Harper's Bazar une marque de fabrique. C'est grâce à sa longue collaboration avec ERTÉ, un ancien assistant de Paul Poiret, que le style si caractéristique d'Harper's Bazar est trouvé. Magnifique costume de théâtre, dans la veine Art-Déco, mêlant la fantaisie, la grâce et la légèreté. Le costume essentiellement composé de noir et de blanc, irradie grâce au large col doré et est illuminé par la touche de corail. Le costume aide à l'integration du caractère du personnage. "[Le costume] au service du rôle, devient l'ornement de la situation. Mais Erté combine toujours à l'obsession du drame et de l'irréel, l'amour du faste, du luxe et de l'élégance. cette préciosité est omniprésenste dans son oeuvre". (in Erté, 75 ans de création 1911-1986, catalogue du Centre Culturel de Boulogne-Billancourt, 1986). Titre du costume, du spectacle et de la date annotés au verso. Traces de papier collant et très léger manque de papier au verso, infimes salissures et usures.

      [Bookseller: Librairie Chrétien]
 35.   Check availability:     Livre-rare-book     Link/Print  


        The Thirty-Nine Steps (First UK Edition, bound in blue calf leather)

      William Blackwood and Sons, Edinburgh and London 1915 - First UK Edition, and correct first. Bound in recent polished blue calf, with gilt titles and rule, marbled endpapers, and original front board and backstrip cloth bound in at the rear. Fine condition. One of the cornerstone espionage novels of the twentieth century, immortalized on film by Alfred Hitchcock in 1935, and basis for a recent (and very successful) Broadway play. [Attributes: First Edition; Hard Cover]

      [Bookseller: Royal Books, Inc., ABAA]
 36.   Check availability:     AbeBooks     Link/Print  


        [Manuscrit] Le Régiment de Hussards N° 2, deuxième "du Corps" dans la Guerre de 1870-71, contre la France. Document pour servir à lhistoire de ce Régiment auquel il est dédié par MACKENSEN Lieutenant autrefois au 2ème, maintenant au 1er Régiment de Hussards "du Corps". Adjudant à la 1ère Brigade de Cavalerie.

      In-4, 310 ff., demi chagrin rouge à coins, dos à nerfs orné. Traduction manuscrite inédite du "Journal" du lieutenant Mackensen, futur maréchal en 1915, qui devait être de lentourage de Guillaume II et considéré par Adolphe Hitler. En 1870, le lieutenant Mackensen est jeune officier au Régiment de Hussards N° 2, deuxième du "Corps" depuis moins dun an (on désigne par "du corps" les troupes qui forment la Garde des Souverains des divers États de lEmpire). Ce journal débute le 16 juillet 1870 date de la mobilisation du régiment dans le 10ème Brigade de Cavalerie, sous le commandement du colonel VON KROSIGK. Cette 10ème Brigade formait avec les 8ème et 9ème Brigades (généraux-majors VON HONTHEIM et VON BERNHARDI) la 4ème Division de Cavalerie sous les ordres de Son Altesse le Prince Albert de Prusse (élément de la IIIème Armée). De par la forme même du "Journal", les événements sont détaillés, souvent heure par heure, dans un espace topographique précis. Ils sont envisagés dun point de vue militaire et tactique. Des alentours de Wissembourg à Woerth, la marche sur la Moselle, puis la Marne, la capitulation de Sedan, les combats de Dannemois, Toury, Artenay, la prise dOrléans, la victoire du Mans, lentrée dans Alençon, etc... Larmistice intervient lorsque le régiment est à Fresnay-sur-Sarthe mais le journal se poursuit jusquau 24 juin 1871, de nouveau à Posen et Lissa "lorsque le train train journalier peut être repris". Nombreux détails sur les déplacements, les stratégies, les personnages en présence. Parmi ceux-ci : le général Von Bernhardi, les colonels Von Schanroth et Winterfeld, les capitaines Blummenthal, Poncet et Ludendorff, les lieutenants Bermann, Molard et Pressentin, etc... Ne sont oubliés ni les descriptions de paysages ni les conditions climatiques. Cette vision intrinsèque est dautant plus intéressante que le point de vue est prussien et témoigne de lunification du nouvel Empire dans un sentiment patriotique "allemand". Le récit est complété de 5 annexes : Ordre de bataille de la 4ème Division de Cavalerie ; Liste des Officiers du Régiment immédiatement avant, pendant et immédiatement après la mobilisation ; Tués du Régiment et décorés du Régiment ; Essai de catalogue des faits et gestes du Régiment pendant les 6 mois de guerre (tableau) ; Données sur leffectif en chevaux du Régiment.Cette traduction de ce journal, rédigée dune écriture très lisible, ne fut jamais publiée, ni aucune autre traduction semble-t-il. Les mémoires de Mackensen furent publiés à Berlin, en 1892, sous le titre : "Schwarze Husaren, Geschichte des 1. Leib-Husaren-Regiments Nr 1 und des 2. Leib-Husaren-Regiments Kaiserin Nr 2."

      [Bookseller: Jacques Chaminade]
 37.   Check availability:     Livre-rare-book     Link/Print  


        [Photographies de la Grande Guerre].

      1915-1917 Album in-4 (38 x 27 cm) de 42 photographies contrecollées. 42 photographies de la Grande Guerre rares aux formats 21 x 28 cm et 16 x 22 cm, prises entre 1915 et 1917 (Verdun), légendées à la main sauf les huit dernières : Juin 1915 Canon contre avion près de Machemont dans l'Oise ; La Chapelle de Tilloloy ; Intérieur de Tilloloy ; L'Eglise de Marquivillers (Somme Avril 1915) ; Les Tranchées de la Rue des Boucaudes devant Lassigny (Août 1915) ; Le village de Marquivillers Cavaliers du 25eme Dragons, aux Tranchées devant Lassigny (Avril 1915) ; L'Echelle St Auvin ; Avion boche descendu dans nos lignes près de Cambronne (Oise Août 1915) ; Le Château de l'Echelle St Auvin ; A Guerbigny (Mars 1915) ; 25e Dragons, 7e escadron Braisnes (21 juillet 1915) ; Le Christ de l'Eglise de Marquivillers ; En Argonne le 1er janvier 1916, « à l'ouvrage Rocq » ; Au ravin de la Houyette (Dans le Boyour Beaumanoir Argonne, Janvier 1916) ; Compiègne (Août 1915) ; Un minier non éclaté à la Houyette ; Poste de commandement en Argonne ; PC qui vient de recevoir un minen (5 janvier 1916) Verdun (27 février 1916) ; Le PC de la 5e. Dans le bois de Récicourt ; La vallée de la Biesme (Argonne) ; Construction d'abris (25 février 1916) ; Le colonel de Barbe et le docteur Montagne ; Verières (22 février 1916) ; Verdun. Pendant l'attaque du 6 mars ; Verdun. A la côte 675 ; Au Nord du bois bourru. 5 mars 1916 ; Le village de Marre ; Le Fort de la belle epine, 7 mars 1916 ; La soupe dans les bois ; On construit l'abri des téléphonistes ; Paul de Villeneuve devant son PC ; En reconnaissance au Bois-Bourru 1er mars 1916. Les 8 dernières ne sont pas légendées.

      [Bookseller: Bonnefoi Livres Anciens]
 38.   Check availability:     Livre-rare-book     Link/Print  


        The Mill: Plans and Construction by C. G. B.

      Westfield, NY, 1915. Photograph album, (18 x 27 cm), with ninety-seven black-&-white photographs (6 x 10 cm) pasted on rectos and versos of the first seventeen leaves. The pre-published blank album has neatly handwritten captions, and the photographs capture the landscape, surveyal, excavation, machinery, and building of a basket manufactory near Cassadaga Lake, in the center of the Chautauqua-Erie grape belt. Long before the Welch's Grape Juice Company relocated to Chautauqua County and incorporated in Westfield in 1893, the landscape between Lake Erie and the escarpment of the Allegheny Plateau had been transformed by cultivation of grape vines, most especially the cultivar of the North American fox grape known as Concord. An ancillary economical development in the region was the proliferation of basket factories. A manufactory begun by the Stoddard family of Busti may have been established before the Civil War. By the late 1870s basket factories were operating in Gerry (George Noble), Forestville (W.F. Miller), Portland (W.E. Dudley), Ripley (W.B. Rickenbrode), and Stockton (Frederickson & Bussing), in addition to Westfield itself (Andrew Burns; Dexter Morse), a locality known as a specialist in fruit and vegetable transport baskets as much as for its production of grape juice. In 1897 the Grape Union reported to the New York State Agricultural Society that it had shipped more than twelve and one-half million baskets of grapes from Chautauqua County. A principal mode of export was the Dunkirk, Allegheny Valley and Pittsburgh Railroad (D.A.V.& P.R.R.), a snow-covered line of which is identified in the present album (in a photograph of scrub timber near Cassadaga Lake). Much clearer is a stretch of track running alongside the completed mill, in a photograph dated July 15, 1915, evidently the same track holding train cars pictured in two more photographs showing the loading and unloading of basket stock. The appreciation for landscape aside, the majority of the photographs track the stages of construction in some considerable detail, from the excavation of the boiler room to the laying of concrete masonry blocks, from the installation of the peeling lathe to the raising of the ventilation stack with a gin pole. For the moment, The Westfield Factory and its builders have a bifurcated existence, vividly represented in these carefully arranged images yet lost among the mislaid pages of history. The conceivers and executors of the project are provisionally known to us as W.A.B. and C.G.B., as the captions of two of the photographs have it. The second of the two sets of initials corresponds to that credited on the title page, and it is tempting to suppose that he may be the Charles standing in front of the mill in another photograph near the end, where the completed buildings of the enterprise are shown off. A detailed photographic record of the transition of an industry to mechanized production, and also of the dreams of an American businessman coming to fruition. The original commercial binder is a bit age toned, otherwise very near fine condition.

      [Bookseller: Rabelais - Fine Books on Food & Drink]
 39.   Check availability:     Biblio     Link/Print  


        CHRISTMAS CAROL

      London and Philadelphia: William Heinemann and J. B. Lippincott Co., 1915. LIMITED DE LUXE EDITION SIGNED BY ARTHUR RACKHAM, one of only 525 hand-numbered copies. This limited edition is printed on significantly larger paper then the trade issue. With 12 tipped-in haunting colour plates, 18 black and white illustrations and line drawings by Arthur Rackham, endpapers designed and illustrated by the artist. 4to, publisher’s de luxe full vellum, beautifully decorated and lettered in gilt on on both the spine and the upper cover in Christmas motif, t.e.g. xv, 147 pp. A very bright, fine and desirable copy of this limited edition, the text very fine indeed without spot or flaw, the plates all pristine with tissue-guards intact, the vellum fresh and bright, without ties as often, some spotting to the end-leaves as often. The elusive limited signed edition of an extraordinary piece of literature, surely one of both Charles Dickens' and Arthur Rackham’s best books. ONE OF THE GREATEST COMBINATIONS OF AUTHOR AND ILLUSTRATOR YET PUBLISHED. The artist successfully incorporated the ‘Phiz’ and Cruikshank styles into his own to create striking renditions of Victorian London with ample room to uniquely evoke ghostly fantasy images as well. His almost characterized depictions of Scrooge, features chiseled and grotesque, are as bone-chilling as his fantastic entourages of moaning ghouls. The muted, shadowed atmospheric tones so characteristically Rackham, support Dickens’ eerie tale wonderfully. Some examples of Rackham’s emerging special talent for silhouette are also included.

      [Bookseller: Buddenbrooks, Inc.]
 40.   Check availability:     Biblio     Link/Print  


        Carnet de notes manuscrit relatant les souvenirs de Michel Vladimirovitch des Aubrys, Officier russe de la 3ème Brigade (5eme Régime Spécial) du corps expéditionnaire Russe en France. [Notes manuscrites rédigées par son gendre Charles Pelletier Doisy du 15 février 1968 au 29 janvier 1981 ] Membre du 16e Régiment de tirailleur européen sous les ordres du général Denikine, 2 janvier 1915 à juin 1916, sous les ordres du premier colonel Von Bode (officier en retraite provenant de la garde et rappelé à l'activité, tué dans les Carpates), le régiment a été pris par un lieutenant-colonel du régiment (qui sera tué dans la retraite qui a commencé le 20 avril 1915). La retraite a duré jusqu'à la fin du mois de septembre 1915. Blessé début mars 1915 sérieusement en fin mars 1915 mon beau-père a rejoint à nouveau son régiment en août 1915 . Son 6e Colonel est Birioukoff, ancien de l'Ecole Pavlovsky (poitrinaires en traitement d'Allemagne en août 1914 ; les Allemands l'avaient laissé retourner en Russie, le considérant comme inapte à tout service militaire - il avait commandé la Compagnie de Sa Majesté à l'école Pavlowsky). Lors de l'offensive Broussilov en juin 1916, chaque compagnie était disposée en deux lignes, chaque bataillon en deux lignes de compagnie, ainsi jusqu'à la division. La division fournissait 16 vague d'assaut. Derrière il y avait une division de tirailleurs finlandais. Mon beau-père commandait la 14e compagnie du quatrième bataillon. Le général avait mis en première ligne deux mauvais bataillons qui devaient profiter de l'effet de surprise. Le bombardement a duré de 4 heures de l'après-midi jusqu'au lendemain à cinq heures du matin. La 14e compagnie était derrière la 16e, qui était munie de planches pour sauter la tranchée ennemie qui devait être nettoyée par ce qui venait derrière. Avant le pont de Loutzk les attaquants étaient devenus une cohue où toutes les unités étaient mélangées. À cheval, brandissant son sabre, le lieutenant-colonel Simonoff, d'origine grecque, criait "en avant". Mon beau-père l'a rejoint et a rallié ses hommes. Au pas de course ils ont traversé le pont qui franchit la Styr et ont pris Loutzk (7 juin 1916 nouveau style). Par la suite Simonoff a commandé le sixième régiment de la division russe en France. Le 21 juin 1916, mon beau-père quittait la quatrième division pour rejoindre le cinquième spécial en formation à Ekaterinburg. Le grand état-major avait envoyé dans les régiments l'ordre de lui faire parvenir le nom des gradés et hommes de telle compagnie. Pour le 16e cet ordre a touché la sixième compagnie qui était commandée par le lieutenant Pravosoudovitch. Mon beau-père était son second mais avait été détaché de la 14e compagnie. Il était alors lieutenant titulaire du sixième régiment de tirailleurs, épaulettes grenat avec deux étoiles et le chiffre d'Alexandre III brodé. La moitié des soldats de la sixième compagnie était titulaire d'une décoration de Saint-Georges. Lorsque le colonel Narbouth a vu arriver cette compagnie à Ekaterinburg il dit "ce sera ma première compagnie". Narbouth était un officier de tirailleurs finlandais et commandait le cinquième spécial. Embarquement à Arkhangelsk sur le Earl of Forther [Forfare]. C'était un charbonnier qui avant la guerre de 1914 avait fait la navette entre l'Afrique du Sud et Sainte-Hélène. Équipage de nègre, chinoise et lascars encadrés par des Anglais. Dans le cinquième spécial mon beau-père commandait la quatrième compagnie. Mon beau-père occupait 600 m de front à gauche de la route d'Auberive. À sa droite il y avait la compagnie de Tchernia, Pratchik, Parvosoudovitch. ... Le chef d'état-major de la brigade était le lieutenant-colonel prince Mourouzi (aviateur) qui a pris mon beau-père comme aide de camp. 10 jours après est arrivé le titulaire du poste d'aide de camp du chef d'état-major Romanoff descendant des Stroganoff âgé de 30 ans, lieutenant de réserve de cavalerie. Il est arrivé d'un régiment de cosaque du Kouban avec leur splendide uniforme. Était propriétaire de la maison Ipatieff. Très riche. Propriétaire d'une mine d'or filonienne située à 20 km d'Ekaterinebourg. A invité ses camarades un pique-nique et les a conduits à la mine dans des calèches. L'ours a été acheté à ce moment par Pratchik et a été marqué sur le rôle de la compagnie comme soldat. Le commandant de la brigade est arrivé ; c'était un ancien tirailleur de Finlande Marouchevsky. Il avait une très jolie femme et une belle-soeur laide mais charmante qui était infirmière dans la partie du lycée Michelet réservée aux blessés russes. Le drapeau du régiment a été confectionné dans le quartier chinois de Moscou. Suivant l'usage ce drapeau portait l'icône du patron du premier colonel : Saint Vladimir (Wladimir Narbouth était lithuanien). ... En automne 1917 aux alentours de la révolution d'octobre mon beau-père était à l'hôtel Albany dans le restaurant. Installé à une table à quatre places avec deux officiers des tirailleurs de la famille impériale (quatrième). Le maître d'hôtel est venu leur demander d'accepter à leur table un officier seul. Il s'agissait de Toukhatchevsky. En parfait état physique, très réfléchi, ne faisant pas de phrases inutiles. « Il n'y a rien à faire ici, je rentre en Russie pour soulever le pays et rétablir les Romanoff ». « On ne peut pas soulever les soldats. Il n'y a pas de cadres sans officiers ». Toukhatchevsky est retourné en Russie avec des idées contre-révolutionnaires. La suite été racontée à mon beau-père par le prince Dolgoroukoff. Arrivée en Russie à Petrograd, Toukhatchevsky, est allé voir le colonel de son régiment (il avait grade de général) ce dernier est hébergé par un ancien adjudant du régiment Siniavski demeurant dans un quartier ouvrier de Petrograd. Toukhatchevsky est venu voir son chef de corps à plusieurs reprises. « Actuellement c'est la vague de foncer trop tôt pour réagir » disait le général. « Excellence me considérait comme totalement libre ». « Oui ». « Eh bien excellence je m'engage chez Trotski ». Par la suite ce général a émigré à Bruxelles et c'est là qu'il a rencontré le prince Dolgoroukov. ... [Formation : mon beau-père] était le plus petit de la première compagnie. On était affecté dans une compagnie en fonction de sa taille. Camarades : Oger de Rancourt, voisin de lit un poméranien baron Von Krause dont le père commandait une division de tirailleurs sibériens.. ... La plupart des élèves sortaient d'école de cadets. Mon beau-père sortait du lycée et lorsqu'on lui demandait d'où venez-vous il répondait « de la gare ». Trois officiers par compagnie. Le lieutenant Boris Junger lieutenant ancien. Est devenu chef de l'école militaire sous les bolcheviques. ... [ suivent de très nombreuses notes éparses ] Mon beau-père a vu la division sauvage pendant deux semaines pendant que la brigade a été attachée au groupement Keller. Les meilleurs régiments de la division sauvage étaient ceux de l'Azerbaïdjan. Noël 1915 sur le front stabilisé. 1916 a assisté à la fraternisation. Un aspirant autrichien est venu manger avec mon beau-père. L'aspirant était habillé en velours côtelé. ... mon beau-père a eu la Dragonne de Sainte-Anne au début de 1915 lorsqu'il a pris plus de prisonniers autrichiens que sa compagnie ne comportait d'hommes. ... après la révolution de février 1917 mon beau-père a rejoint le troisième bataillon de volontaires russes. Ce bataillon avait la valeur d'une compagnie ait été rattaché au 174e régiment d'infanterie. Commandé par Ieskie. Petit à petit les effectifs ont fondu. Depuis quelques mois les officiers ne touchaient plus de solde. Finalement lorsqu'il ne restait plus que la moitié des effectifs, les hommes et les officiers ont été envoyés en renfort à la Légion russe. Les officiers étaient en surnombre et la légion russe n'en avait pas besoin. C'est alors que mon beau-père s'est engagé à la légion. Durant la courte période comprise entre ce moment où le troisième bataillon de volontaires russes a été dissout le moment où il s'est engagé à la légion étrangère, il a commandé une section de mitrailleuses au 174e RI. Un jour il avait été passé en revue par un général qui lui a demandé ce qu'il allait faire. Mon beau-père a répondu qu'il allait s'engager à la légion étrangère. Le général n'a rien répondu mais mon beau-père était depuis huit jours au camp de Valbonne lorsqu'une lettre est venue d'en haut précisant qu'il devait être engagé comme sous-lieutenant à titre étranger. En 1918 Bordeaux avec des légionnaires. 11 novembre 1918 Casablanca puis Dakar avec des permissionnaires sénégalais. Rencontre le futur général Groussard qui le détacha dans la coloniale et il est envoyé dans une compagnie de méharistes. Le piano d'oncle Boris à Moscou était un Zimmermann fabriqué à Moscou dans un immeuble à trois étages où l'on donnait des concerts une fois par semaine. Certains de ces concerts étaient gratuits. Les Cosaques jouaient le rôle des CRS. Ils portaient secours aux juifs à la fin des pogroms. Les juifs n'étaient pas des voleurs et lorsqu'on désirait faire une affaire sûre et honnête l'on s'adressait à un juif. ... Châtiments corporels dans l'armée impériale russe : Dans un ordre du jour de 1916, le grand-duc Nicolas ordonne et rappelle l'emploi des châtiments corporels. En juin 1916 lors de la constitution du cinquième régiment spécial russe à Ekaterinburg, un soldat s'est absenté irrégulièrement la nuit pour aller voir sa famille. Le colonel Narbouth a donné l'ordre que ce soldat soit fouetté et à chargé le lieutenant Des Aubrys à veiller à l'exécution de cet ordre. ... Capitaine Lastovietsky commandant le second bataillon du 16e tirailleur. Il avait perdu sa jambe au début de la guerre de 1914. Ensuite il s'était échappé de l'hôpital pour rejoindre son régiment. Il était décoré de la croix de saint Georges et portait les aiguillettes de Fliguel Adjutant (aides de camp de l'empereur). ... Au début de 1915 il s'est trouvé avec sa compagnie de 250 hommes devant une montagne tenue par les Autrichiens. Il faisait froid et la neige couvrait le sol. Ayant reçu l'ordre d'attaquer mon beau-père n'a pas exécuter cet ordre. Le lieutenant-colonel Lastovietsky est venu le trouver et lui a dit " tu es bien jeune pour commencer à ne pas exécuter les ordres que tu reçois ». Les hommes étaient à bout et mon père représentait à lui seul tout l'encadrement de la compagnie. « Mes hommes ont peur » a-t-il dit mais Lastovietsky lui a rétorqué qu'en face l'ennemi avait aussi peur. Pour le couvrir Lastovietsky a dit à ses chefs que mon père avait conservé sa compagnie intacte malgré les difficultés qu'il avait eues à surmonter. ... Mon beau-père est né dans la garde de marchandises de Riazan. La maison où logeait son grand-père M. Lermontoff comportait deux niveaux. Au rez-de-chaussée vivait un ingénieur des ponts et chaussées d'origine polonaise. Il se chamaillait toujours avec la fille lorsqu'il la croisait dans l'escalier. Il paraît qu'elle avait toujours une goutte qui lui pendait du nez. Pendant la guerre il l'a retrouvée dans le train de Kiev à Moscou. Elle était devenue une jolie jeune fille qui revenait de Paris où elle faisait des études pour devenir professeur de français. .. Pour quitter Kharbin vers 1902 Baba Liola a fait des centaines de kilomètres en traîneau pour atteindre Tchita d'où partait le transsibérien. Un billet de deuxième classe coûtait 300 roubles. C'était le même prix que pour aller d'Odessa à Vladivostock en bateau. Baba Liola a fait une traversée. Elle a vécu peu de temps au Japon. Le Prince Khilkoff était ingénieur en chef des ponts et chaussées et ami de M. Lermontov. il était le directeur général de la section orientale du transsibérien en Sibérie et en Chine. ... Dimitri de Watazzi était de petite taille. Ancien officier de la division de cavalerie du Caucase. Le général Youdenitch passant son régiment en revue aurait dit devant lui « ce ne sont pas des officiers que l'on m'envoie mais des enfants ». ... J'ai parlé aujourd'hui avec mon beau-père de la famille Goutchkoff. Son parâtre était Fedor Ivanovitch Goutchkoff, frère jumeau de Nicolas Ivanovitch (le maire de Moscou). Ils étaient de quelques années plus âgés que Alexandre Ivanovitch qui sera ministre de la guerre dans le gouvernement Kerenski. Fedor et Alexandre ont fait la guerre des Boers. Alexandre boitait parce qu'il avait été blessé à la jambe et était resté longtemps prisonnier en Angleterre. Fedor avait fait l'académie militaire. Alexandre de Moscou et était sorti dans un régiment du corps des grenadiers de Moscou. Ensuite il s'était fait admettre, moyennant finances, dans les cosaques du Kouban. Les trois frères étaient membres du parti octobriste c'est-à-dire qu'ils étaient des monarchistes partisans d'un régime parlementaire à l'anglaise. Les Goutchkoff appartenaient à la classe des marchands. Sous quel règne ? Peut-être sous celui de Catherine la Grande. Un serf du nom de Goutchkoff avait acheté son émancipation et était parti à Moscou travailler dans un atelier de tissage. À force d'économiser il a pu racheter l'émancipation d'autres serfs de son village et monter son propre atelier de tissage où il a fait fortune. Nicolas avait épousé une demoiselle Botkine. Les Botkine étaient une autre famille de la classe des marchands qui avaient fait fortune dans le commerce du thé. ... Pendant la bataille de la San et après le début de la retraite mon beau-père était blessé au poumon. La balle autrichienne qui était entrée sous le bras gauche est restée bloquée dans l'omoplate. Sous le choc il a perdu conscience et ne se souvient pas de son évacuation en cacolet. A repris conscience à Stangy Sambor. Il s'est retrouvé dans la salle d'une maison où il y avait huit lits. Les brancardiers étaient très efficaces et appartenaient à une secte les "Malakan" qui ne devaient pas porter d'armes. Le médecin de cet hôpital était polonais. Il lui a désigné un blessé inconscient et lui a dit que c'était un officier juif descendant des rois de Judée et qu'il appartenait à un régiment de cavalerie de la garde. Le temps que mon père est resté dans cet hôpital, Rozok-Kviat a repris conscience. Mon beau-père ne lui a pas parlé. Il m'a dit qu'il était plein de morgue sans doute parce qu'il avait eu à se défendre. Le docteur a fait transporter mon beau-père dans sa chambre." ...

      1 carnet de notes format in-12, avec environ 43 ff. manuscrits (certains autre feuillets coupés): Voici le détail d'une partie de ces notes : Membre du 16e Régiment de tirailleur européen sous les ordres du général Denikine, 2 janvier 1915 à juin 1916, sous les ordres du premier colonel Von Bode (officier en retraite provenant de la garde et rappelé à l'activité, tué dans les Carpates), le régiment a été pris par un lieutenant-colonel du régiment (qui sera tué dans la retraite qui a commencé le 20 avril 1915). La retraite a duré jusqu'à la fin du mois de septembre 1915. Blessé début mars 1915 sérieusement en fin mars 1915 mon beau-père a rejoint à nouveau son régiment en août 1915 . Son 6e Colonel est Birioukoff, ancien de l'Ecole Pavlovsky (poitrinaires en traitement d'Allemagne en août 1914 ; les Allemands l'avaient laissé retourner en Russie, le considérant comme inapte à tout service militaire - il avait commandé la Compagnie de Sa Majesté à l'école Pavlowsky). Lors de l'offensive Broussilov en juin 1916, chaque compagnie était disposée en deux lignes, chaque bataillon en deux lignes de compagnie, ainsi jusqu'à la division. La division fournissait 16 vague d'assaut. Derrière il y avait une division de tirailleurs finlandais. Mon beau-père commandait la 14e compagnie du quatrième bataillon. Le général avait mis en première ligne deux mauvais bataillons qui devaient profiter de l'effet de surprise. Le bombardement a duré de 4 heures de l'après-midi jusqu'au lendemain à cinq heures du matin. La 14e compagnie était derrière la 16e, qui était munie de planches pour sauter la tranchée ennemie qui devait être nettoyée par ce qui venait derrière. Avant le pont de Loutzk les attaquants étaient devenus une cohue où toutes les unités étaient mélangées. À cheval, brandissant son sabre, le lieutenant-colonel Simonoff, d'origine grecque, criait "en avant". Mon beau-père l'a rejoint et a rallié ses hommes. Au pas de course ils ont traversé le pont qui franchit la Styr et ont pris Loutzk (7 juin 1916 nouveau style). Par la suite Simonoff a commandé le sixième régiment de la division russe en France. Le 21 juin 1916, mon beau-père quittait la quatrième division pour rejoindre le cinquième spécial en formation à Ekaterinburg. Le grand état-major avait envoyé dans les régiments l'ordre de lui faire parvenir le nom des gradés et hommes de telle compagnie. Pour le 16e cet ordre a touché la sixième compagnie qui était commandée par le lieutenant Pravosoudovitch. Mon beau-père était son second mais avait été détaché de la 14e compagnie. Il était alors lieutenant titulaire du sixième régiment de tirailleurs, épaulettes grenat avec deux étoiles et le chiffre d'Alexandre III brodé. La moitié des soldats de la sixième compagnie était titulaire d'une décoration de Saint-Georges. Lorsque le colonel Narbouth a vu arriver cette compagnie à Ekaterinburg il dit "ce sera ma première compagnie". Narbouth était un officier de tirailleurs finlandais et commandait le cinquième spécial. Embarquement à Arkhangelsk sur le Earl of Forther [Forfare]. C'était un charbonnier qui avant la guerre de 1914 avait fait la navette entre l'Afrique du Sud et Sainte-Hélène. Équipage de nègre, chinoise et lascars encadrés par des Anglais. Dans le cinquième spécial mon beau-père commandait la quatrième compagnie. Mon beau-père occupait 600 m de front à gauche de la route d'Auberive. À sa droite il y avait la compagnie de Tchernia, Pratchik, Parvosoudovitch. ... Le chef d'état-major de la brigade était le lieutenant-colonel prince Mourouzi (aviateur) qui a pris mon beau-père comme aide de camp. 10 jours après est arrivé le titulaire du poste d'aide de camp du chef d'état-major Romanoff descendant des Stroganoff âgé de 30 ans, lieutenant de réserve de cavalerie. Il est arrivé d'un régiment de cosaque du Kouban avec leur splendide uniforme. Était propriétaire de la maison Ipatieff. Très riche. Propriétaire d'une mine d'or filonienne située à 20 km d'Ekaterinebourg. A invité ses camarades un pique-nique et les a conduits à la mine dans des calèches. L'ours a été acheté à ce moment par Pratchik et a été marqué sur le rôle de la compagnie comme soldat. Le commandant de la brigade est arrivé ; c'était un ancien tirailleur de Finlande Marouchevsky. Il avait une très jolie femme et une belle-soeur laide mais charmante qui était infirmière dans la partie du lycée Michelet réservée aux blessés russes. Le drapeau du régiment a été confectionné dans le quartier chinois de Moscou. Suivant l'usage ce drapeau portait l'icône du patron du premier colonel : Saint Vladimir (Wladimir Narbouth était lithuanien). ... En automne 1917 aux alentours de la révolution d'octobre mon beau-père était à l'hôtel Albany dans le restaurant. Installé à une table à quatre places avec deux officiers des tirailleurs de la famille impériale (quatrième). Le maître d'hôtel est venu leur demander d'accepter à leur table un officier seul. Il s'agissait de Toukhatchevsky. En parfait état physique, très réfléchi, ne faisant pas de phrases inutiles. « Il n'y a rien à faire ici, je rentre en Russie pour soulever le pays et rétablir les Romanoff ». « On ne peut pas soulever les soldats. Il n'y a pas de cadres sans officiers ». Toukhatchevsky est retourné en Russie avec des idées contre-révolutionnaires. La suite été racontée à mon beau-père par le prince Dolgoroukoff. Arrivée en Russie à Petrograd, Toukhatchevsky, est allé voir le colonel de son régiment (il avait grade de général) ce dernier est hébergé par un ancien adjudant du régiment Siniavski demeurant dans un quartier ouvrier de Petrograd. Toukhatchevsky est venu voir son chef de corps à plusieurs reprises. « Actuellement c'est la vague de foncer trop tôt pour réagir » disait le général. « Excellence me considérait comme totalement libre ». « Oui ». « Eh bien excellence je m'engage chez Trotski ». Par la suite ce général a émigré à Bruxelles et c'est là qu'il a rencontré le prince Dolgoroukov. ... [Formation : mon beau-père] était le plus petit de la première compagnie. On était affecté dans une compagnie en fonction de sa taille. Camarades : Oger de Rancourt, voisin de lit un poméranien baron Von Krause dont le père commandait une division de tirailleurs sibériens.. ... La plupart des élèves sortaient d'école de cadets. Mon beau-père sortait du lycée et lorsqu'on lui demandait d'où venez-vous il répondait « de la gare ». Trois officiers par compagnie. Le lieutenant Boris Junger lieutenant ancien. Est devenu chef de l'école militaire sous les bolcheviques. ... [ suivent de très nombreuses notes éparses ] Mon beau-père a vu la division sauvage pendant deux semaines pendant que la brigade a été attachée au groupement Keller. Les meilleurs régiments de la division sauvage étaient ceux de l'Azerbaïdjan. Noël 1915 sur le front stabilisé. 1916 a assisté à la fraternisation. Un aspirant autrichien est venu manger avec mon beau-père. L'aspirant était habillé en velours côtelé. ... mon beau-père a eu la Dragonne de Sainte-Anne au début de 1915 lorsqu'il a pris plus de prisonniers autrichiens que sa compagnie ne comportait d'hommes. ... après la révolution de février 1917 mon beau-père a rejoint le troisième bataillon de volontaires russes. Ce bataillon avait la valeur d'une compagnie ait été rattaché au 174e régiment d'infanterie. Commandé par Ieskie. Petit à petit les effectifs ont fondu. Depuis quelques mois les officiers ne touchaient plus de solde. Finalement lorsqu'il ne restait plus que la moitié des effectifs, les hommes et les officiers ont été envoyés en renfort à la Légion russe. Les officiers étaient en surnombre et la légion russe n'en avait pas besoin. C'est alors que mon beau-père s'est engagé à la légion. Durant la courte période comprise entre ce moment où le troisième bataillon de volontaires russes a été dissout le moment où il s'est engagé à la légion étrangère, il a commandé une section de mitrailleuses au 174e RI. Un jour il avait été passé en revue par un général qui lui a demandé ce qu'il allait faire. Mon beau-père a répondu qu'il allait s'engager à la légion étrangère. Le général n'a rien répondu mais mon beau-père était depuis huit jours au camp de Valbonne lorsqu'une lettre est venue d'en haut précisant qu'il devait être engagé comme sous-lieutenant à titre étranger. En 1918 Bordeaux avec des légionnaires. 11 novembre 1918 Casablanca puis Dakar avec des permissionnaires sénégalais. Rencontre le futur général Groussard qui le détacha dans la coloniale et il est envoyé dans une compagnie de méharistes. Le piano d'oncle Boris à Moscou était un Zimmermann fabriqué à Moscou dans un immeuble à trois étages où l'on donnait des concerts une fois par semaine. Certains de ces concerts étaient gratuits. Les Cosaques jouaient le rôle des CRS. Ils portaient secours aux juifs à la fin des pogroms. Les juifs n'étaient pas des voleurs et lorsqu'on désirait faire une affaire sûre et honnête l'on s'adressait à un juif. ... Châtiments corporels dans l'armée impériale russe : Dans un ordre du jour de 1916, le grand-duc Nicolas ordonne et rappelle l'emploi des châtiments corporels. En juin 1916 lors de la constitution du cinquième régiment spécial russe à Ekaterinburg, un soldat s'est absenté irrégulièrement la nuit pour aller voir sa famille. Le colonel Narbouth a donné l'ordre que ce soldat soit fouetté et à chargé le lieutenant Des Aubrys à veiller à l'exécution de cet ordre. ... Capitaine Lastovietsky commandant le second bataillon du 16e tirailleur. Il avait perdu sa jambe au début de la guerre de 1914. Ensuite il s'était échappé de l'hôpital pour rejoindre son régiment. Il était décoré de la croix de saint Georges et portait les aiguillettes de Fliguel Adjutant (aides de camp de l'empereur). ... Au début de 1915 il s'est trouvé avec sa compagnie de 250 hommes devant une montagne tenue par les Autrichiens. Il faisait froid et la neige couvrait le sol. Ayant reçu l'ordre d'attaquer mon beau-père n'a pas exécuter cet ordre. Le lieutenant-colonel Lastovietsky est venu le trouver et lui a dit " tu es bien jeune pour commencer à ne pas exécuter les ordres que tu reçois ». Les hommes étaient à bout et mon père représentait à lui seul tout l'encadrement de la compagnie. « Mes hommes ont peur » a-t-il dit mais Lastovietsky lui a rétorqué qu'en face l'ennemi avait aussi peur. Pour le couvrir Lastovietsky a dit à ses chefs que mon père avait conservé sa compagnie intacte malgré les difficultés qu'il avait eues à surmonter. ... Mon beau-père est né dans la garde de marchandises de Riazan. La maison où logeait son grand-père M. Lermontoff comportait deux niveaux. Au rez-de-chaussée vivait un ingénieur des ponts et chaussées d'origine polonaise. Il se chamaillait toujours avec la fille lorsqu'il la croisait dans l'escalier. Il paraît qu'elle avait toujours une goutte qui lui pendait du nez. Pendant la guerre il l'a retrouvée dans le train de Kiev à Moscou. Elle était devenue une jolie jeune fille qui revenait de Paris où elle faisait des études pour devenir professeur de français. .. Pour quitter Kharbin vers 1902 Baba Liola a fait des centaines de kilomètres en traîneau pour atteindre Tchita d'où partait le transsibérien. Un billet de deuxième classe coûtait 300 roubles. C'était le même prix que pour aller d'Odessa à Vladivostock en bateau. Baba Liola a fait une traversée. Elle a vécu peu de temps au Japon. Le Prince Khilkoff était ingénieur en chef des ponts et chaussées et ami de M. Lermontov. il était le directeur général de la section orientale du transsibérien en Sibérie et en Chine. ... Dimitri de Watazzi était de petite taille. Ancien officier de la division de cavalerie du Caucase. Le général Youdenitch passant son régiment en revue aurait dit devant lui « ce ne sont pas des officiers que l'on m'envoie mais des enfants ». ... J'ai parlé aujourd'hui avec mon beau-père de la famille Goutchkoff. Son parâtre était Fedor Ivanovitch Goutchkoff, frère jumeau de Nicolas Ivanovitch (le maire de Moscou). Ils étaient de quelques années plus âgés que Alexandre Ivanovitch qui sera ministre de la guerre dans le gouvernement Kerenski. Fedor et Alexandre ont fait la guerre des Boers. Alexandre boitait parce qu'il avait été blessé à la jambe et était resté longtemps prisonnier en Angleterre. Fedor avait fait l'académie militaire. Alexandre de Moscou et était sorti dans un régiment du corps des grenadiers de Moscou. Ensuite il s'était fait admettre, moyennant finances, dans les cosaques du Kouban. Les trois frères étaient membres du parti octobriste c'est-à-dire qu'ils étaient des monarchistes partisans d'un régime parlementaire à l'anglaise. Les Goutchkoff appartenaient à la classe des marchands. Sous quel règne ? Peut-être sous celui de Catherine la Grande. Un serf du nom de Goutchkoff avait acheté son émancipation et était parti à Moscou travailler dans un atelier de tissage. À force d'économiser il a pu racheter l'émancipation d'autres serfs de son village et monter son propre atelier de tissage où il a fait fortune. Nicolas avait épousé une demoiselle Botkine. Les Botkine étaient une autre famille de la classe des marchands qui avaient fait fortune dans le commerce du thé. ... Pendant la bataille de la San et après le début de la retraite mon beau-père était blessé au poumon. La balle autrichienne qui était entrée sous le bras gauche est restée bloquée dans l'omoplate. Sous le choc il a perdu conscience et ne se souvient pas de son évacuation en cacolet. A repris conscience à Stangy Sambor. Il s'est retrouvé dans la salle d'une maison où il y avait huit lits. Les brancardiers étaient très efficaces et appartenaient à une secte les "Malakan" qui ne devaient pas porter d'armes. Le médecin de cet hôpital était polonais. Il lui a désigné un blessé inconscient et lui a dit que c'était un officier juif descendant des rois de Judée et qu'il appartenait à un régiment de cavalerie de la garde. Le temps que mon père est resté dans cet hôpital, Rozok-Kviat a repris conscience. Mon beau-père ne lui a pas parlé. Il m'a dit qu'il était plein de morgue sans doute parce qu'il avait eu à se défendre. Le docteur a fait transporter mon beau-père dans sa chambre." ... Passionnant carnet de notes relatant les souvenirs d'un témoin de l'émigration russe en France (carnet de présentation modeste, avec traces de colles au premier plat). Une partie des notes du présent carnet a fait l'objet d'une communication dans le bulletin intérieur de l'union de la noblesse russe (n°118), mais même pour les faits que l'on y retrouvera, la saveur de la transcription des réponses de Michel des Aubris demeure entière.

      [Bookseller: SARL Librairie du Cardinal]
 41.   Check availability:     Livre-rare-book     Link/Print  


        Les Amours. Bois (156) et cuivres (16) dessinés et gravés par Émile BERNARD Lillois. Cinquante Sonnets de Pierre de Ronsard Vandomois.

      P, Ambroise Vollard 1915, in-4 en feuilles (33,4 x 25 cm) de (228) pp. non foliotées, couverture rempilée avec une eau-forte sur le haut du plat supérieur (en sus des 16 à pleines pages); à l'origine : chemise + étui, ici absents - rousseurs sur tête et témoins - deux, trois piqûres ou rousseurs au premier sonnet sur 4 pages et au sonnet IX sur 2 pages. Tirage à 250 exemplaires, un des 25 sur beau papier Hollande (N°38) à la forme, filigrané au titre de l'ouvrage, avec les seize eaux-fortes tirées sur papier Japon et en sanguine (sauf "L'Amour" tiré en noir sur fond teinté), après 25 exemplaire de tête sur Japon et avant 200 sur Hollande (les eaux-fortes étant tirées sur le même papier que les textes). Les textes et les 156 bois sont tirés en ocre brune. Émile BERNARD - Peintre post-impressionniste associé à l'école de Pont-Aven et écrivain (sous le pseudonyme de Jean Dorsal) Lille 1868 - Paris 1941. A 16 ans, en 1884, entre à l'atelier de Fernand Cormon, où il se lie d'amitié avec Louis Anquetin et Henri de Toulouse-Lautrec; pendant l'hiver 1886-87, rencontre avec Vincent Van Gogh à Paris; il traverse alors une période pointilliste. En août 1888, a lieu la véritable rencontre avec Gauguin. Bernard est à Pont-Aven avec sa sœur Madeleine, c'est cette année, à 20 ans, qu'il peint l'un de ses célèbres tableaux "Madeleine au Bois d'Amour" exposé au musée d'Orsayhttp://www.musee-orsay.fr/fr/collections/oeuvres-commentees/recherche/commentaire/commentaire_id/madeleine-au-bois-damour-23.html?no_cache=1En 1889 a lieu une exposition des peintres du groupe de Pont-Aven, au café Volpini à Paris, où Bernard présente 25 œuvres, dont deux sous le pseudonyme de Ludovic Nemo. En 1891, Bernard se brouille avec Gauguin. La rupture sera définitive, Émile Bernard accuse Gauguin de s'attribuer tous les mérites des inventions du groupe de Pont-Aven. En 1893, Antoine de La Rochefoucauld, son mécène, l'aide financièrement à partir en Égypte. Bernard y séjourne dix ans, s'y marie et y produit des tableaux d'inspiration orientaliste. Revenu en France, en 1904, il rencontre Cézanne à Aix-en-Provence, se réinstalle à Paris, et évolue progressivement vers un retour au classicisme inspiré par les maîtres anciens comme les primitifs italiens ou plus tard les peintres vénitiens mais aussi Raphaël, Nicolas Poussin ou Diego Vélasquez qui l'éloigne des expérimentations avant-gardistes de ses débuts.................... Franco de port pour la France métropolitaine, en recommandé, avec assurance.................. NOUVEAU : CATALOGUE de 250 ILLUSTRÉS MODERNES visibles sur notre site www.sisyphe.com

      [Bookseller: Librairie Ancienne Darreau]
 42.   Check availability:     Livre-rare-book     Link/Print  

______________________________________________________________________________


      Home     Wants Manager     Library Search     562 Years   Links     Contact      Search Help      Terms of Service      Privacy     


Copyright © 2018 viaLibri™ Limited. All rights reserved.