viaLibri Requires Cookies CLICK HERE TO HIDE THIS NOTICE

Recently found by viaLibri....

L'Exil dans l'Enfer. Le camp de la transportation - BERRYER (Henri-Marie-Pierre) - 1931. [1204882]
1931 ca Manuscrit in-4 en feuilles (17 x 22 cm) de (4)-235 pp. sur papier quadrillé à l'encre noire, avec 23 vignettes contrecollées et plans légendés à la plume ou au lavis de gris, premier plat de couverture illustré en couleurs, boîte plein chagrin rouge. Manuscrit inédit sur le bagne de Guyane : c'est le deuxième titre révélé du surveillant Henri Berryer (1894- ?), après la découverte du manuscrit Sept mois au bagne (collection privée), « à ce jour le seul témoignage de personnel pénitentiaire rédigé dans l'Entre deux-guerres » (Marc Renneville). « Engagé en 1919 dans l'armée coloniale, Berryer a été affecté l'année suivante en Indochine au 2e régiment d'infanterie. Employé comme dessinateur au service géographique, il effectue plusieurs missions à Hanoï, Haiphong et au Cambodge. Ces affectations sont marquées par des hospitalisations pour dysenterie. En 1923, il sollicite un congé sans solde d'un an et se marie avec une métisse indochinoise. Libéré du service actif en août 1924, Berryer est un temps infirmier-major au service de la population locale et travaille ensuite comme civil dans divers emplois, notamment comme géomètre opérateur pour la prospection de gisements de charbons, dans la baie d'Ha-Long. Atteint de paludisme, Berryer souffre également d'une consommation d'opium, dont il est difficile de dire si elle est épisodique ou chronique. Alors qu'il envisage un retour en France pour se soigner, il est nommé surveillant militaire en Guyane. Après un séjour escale de moins d'un mois en France, Berryer débarque en Guyane le 22 juillet 1929 pour rejoindre son poste. Il n'y fera qu'un bref séjour. Sept mois exactement. « Sept mois au bagne » qu'il semble bien avoir vécu comme « sept mois de bagne ». Les relations de Berryer avec la hiérarchie pénitentiaire ne sont pas bonnes. Son surveillant principal le considère comme un élément « antimilitariste et très indiscipliné ». Surtout, Berryer est malade. Il présente des symptômes de « neurasthénie » - suivant la nosologie de l'époque - qui le rendent incapable d'accomplir normalement son service. Ses antécédents de paludisme et de toxicomanie provoquent son admission, le 8 décembre 1929, à l'hôpital des îles du Salut (île Royale). Le 30 janvier 1930, il est transféré à l'hôpital de Saint-Laurent-du-Maroni. Fin février 1930, Berryer obtient un congé de convalescence de trois mois. Le 8 mars 1930, il quitte Saint-Laurent avec sa femme sur le courrier Biskra. Il embarque peu après sur le paquebot Macoris pour atteindre Le Havre, le 28 mars 1930. En juin, son congé de convalescence est prolongé de trois mois. A la fin de l'année 1930, Berryer est licencié de l'administration pénitentiaire pour inaptitude au service colonial. » (Marc Renneville) Il relata dès son retour son expérience de gardien dans un "rapport" extrêment critique (Sept mois au bagne, localisé et daté Nevers, 1931) qui décrit « très exactement ce qu'est le bagne sans prose superflue. C'est tout simplement la vie du surveillant et du condamné telle qu'elle est sous le climat débilitant de la Guyane française » précise-t-il dans son avant-propos.L'Exil dans l'Enfer développe son réquisitoire contre les conditions de vie au bagne à travers l'histoire tragique de « Bernard » un mécanicien ajusteur « condamné à l'issue d'une affaire obscure », son « transport » depuis l'île de Ré, son long séjour à l'infirmerie de l''île Royale, l'espoir de la révision de son procès et sa mort en captivité. Fort de son expérience, Berryer décide d'embarquer ses contemporains pour le bagne où la métropole envoyait et oubliait ses condamnés. Surveillant « qui reste fort critique envers les pratiques de ses collègues », sa compassion va au détenu, et il nous montre les aspects géographiques (les différents lieux et leur emploi), journaliers (Bernard affecté à la corvée chargée du ramassage des noix etc.) et psychologiques de la détention souvent tragique des bagnards. Après le rapport des sept mois au bagne, Berryer enfonce le clou avec une terrible mise en situation éloignée des récits amateurs d'écrivains venus en curieux. Le récit est précédé d'une description minutieuse de St Laurent du Maroni et son camp de transportation. Le manuscrit est extrêment soigné et jumeau dans sa facture -illustrations et graphie - à Sept mois au bagne (cf. Criminocorpus). « Les illustrations accompagnant le récit ont été exécutées dans un style « Lagrange », célèbre artiste faussaire contemporain de Berryer. Le bagnard Lagrange ayant régulièrement proposé ses services d'artiste à qui voulait bien les acheter, on a pu douter un moment de l'authenticité de ces illustrations. Deux indices nous incitent toutefois à en maintenir l'attribution à Berryer, au-delà de sa seule signature : d'une part, Francis Lagrange ne fut envoyé au bagne qu'en 1931, date à laquelle Berryer n'y est plus ; d'autre part, Berryer conjuguait très certainement la maîtrise du croquis technique et un talent pour le dessin d'expression libre, par son expérience de géomètre prospecteur mais aussi parce qu'il avait suivi avant la Première guerre mondiale une formation de trois années à l'école Germain Pilon (qui devint en 1922 l'école des arts appliqués à l'industrie) » (Renneville) Pièce autographe signée exceptionnelle, à ce jour la deuxième connue de son auteur Henri Berryer.Criminocorpus, Marc Renneville, Les bagnes coloniaux : de l'utopie au risque du non-lieu, (Centre A. Koyré UMR 8560, CNRS-EHESS-MNHN). Annexe : « Sept mois au bagne » : daté de 1931, un témoignage inédit de la vie quotidienne dans les bagnes de Guyane. L'une des pièces manuscrites à découvrir dans le dossier « Bagnes coloniaux ». Source : Collection Philippe Zoummeroff.
      [Bookseller: Bonnefoi Livres Anciens]
Last Found On: 2016-09-22           Check availability:      Livre-rare-book    

LINK TO THIS PAGE: www.vialibri.net/item_pg_i/1204882-1931-berryer-henri-marie-pierre-exil-dans-enfer-camp-transportation-berryer.htm

Browse more rare books from the year 1931


      Home     Wants Manager     Library Search     562 Years   Links     Contact      Search Help      Terms of Service     


Copyright © 2016 viaLibri™ Limited. All rights reserved.