viaLibri Requires Cookies CLICK HERE TO HIDE THIS NOTICE

Recently found by viaLibri....

Pièces originales et procédures du procès, fait à Robert-François Damiens, tant en la Prévôté de l'Hôtel, qu'en la Cour de Parlement.
Chez Pierre-Guillaume Simon 1757 - - Chez Pierre-Guillaume Simon, à Paris 1757, 4 tomes en 4 vols. in-12 (10x16,5cm), (1f. tit) lxxxiv 283pp. 84pp. et (1f. tit) 528pp. et (1f. tit) 451pp. et 552pp., relié. - Première édition in-12, parue la même année que l'originale in-4, bien complète de sa table des matières qui était vendue séparément. Exemplaire aux armes frappées sur les plats du Comte de Broc (Bretagne), seigneur des Moulin et de la Jumelière, d'azur, au chevron, accompagné de trois croissants, le tout d'or. Plein veau moucheté blond de l'époque. Dos lisses ornés de pièces de titre et de tomaison de maroquin rouge et havane, ainsi que de caissons et fleurons dorés. Plats aux armes. Coupes et coiffes soulignées de filets dorés. Toutes tranches marbrées. Une coiffe de queue élimée, une de queue légèrement accidentée. Quelques très infimes travaux de vers sur les mors. Bel exemplaire. Rare édition en quatre volumes de cet ouvrage retraçant le retentissant procès de Robert-François Damiens, dernier écartelé de France, condamné pour sa tentative d'assassinat sur Louis XV. Une fois la peine prononcée, Damiens aurait eu cette phrase laconique restée célèbre : « la journée sera rude». L'histoire veut que la sentence ait été exécutée dans des conditions particulièrement atroces : plus de deux heures et quart de supplice durant lesquelles les bourreaux ont du s'y prendre à quelques soixante reprises car on leur avait interdit de sectionner les jointures, ainsi qu'il était coutume. Cette véritable scène de torture est décrite par Voltaire dans son Histoire du Parlement de Paris, mais aussi par Casanova dans ses célèbres Mémoires : "Nous eûmes la constance de rester quatre heures entières à cet horrible spectacle. Je n'en dirai rien, car je serais trop long, et d'ailleurs il est connu de tout le monde. On ne sait si Damiens était un fanatique qui avait tenté de tuer Louis XV, ou un père voulant punir le roi d'avoir abuser sa fille et croyant accomplir une bonne oeuvre. On pense qu'Il ne chercha pas à le tuer mais à le blesser avec un canif, mais le roi saigna beaucoup et se crut à sa dernière heure. Le peuple présent à son supplice l'appelait monstre que l'enfer avait vomi pour faire assassiner le meilleur des rois qu'il croyait d'adorer, et qu'il avait appelé le Bien-Aimé.[.] Le peuple de France, dit M. de Voltaire même, est le plus abominable de tous les peuples. Caméléon qui prend toutes les couleurs, et susceptible de tout ce qu'un chef veut lui faire faire de bon ou de mauvais." L'ouvrage, une succession de questions interro-négatives et de preuves de culpabilité témoigne des procédures judiciaires de l'époque la culpabilité étant avérée, on cherchait à extorquer l'aveu par tous les moyens rhétoriques le procès conduisit le plus naturellement à l'exécution que l'on connait, démontrant qu'une fois la machine judiciaire lancée, on ne peut l'arrêter, alors que Louis XV lui-même était désireux d'épargner sa vie. (1f. tit) lxxxiv 283pp. 84pp. et (1f. tit) 528pp. et (1f. tit) 451pp. et 552pp. [Attributes: First Edition; Hard Cover]
      [Bookseller: Librairie Le Feu Follet]
Last Found On: 2014-07-29           Check availability:      AbeBooks    

LINK TO THIS PAGE: www.vialibri.net/years/items/628189/1757-le-breton-alexandre-andrac-piaces-originales-et-procacdures-du-procas

Browse more rare books from the year 1757


      Home     Wants Manager     Library Search     562 Years   Links     Contact      Search Help      Terms of Service     


Copyright © 2018 viaLibri™ Limited. All rights reserved.