viaLibri Requires Cookies CLICK HERE TO HIDE THIS NOTICE

Recently found by viaLibri....

LA SUPERSTITION DU TEMPS, reconnue aux Talismans - PLACET, François - 1672. [1273215]
A Paris, Chez François Clousier le fils, 1672 [i.e. 1668] 1 volume in-12 (15 x 8,5 cm - Hauteur des marges : 14,5 cm) de (24)-226 pages. Page de titre intermĂ©diaire comprise dans la pagination (p. 131) pour La Poudre de Sympathie soupçonnĂ©e de Magie (pp. 131 jusqu'Ă  la fin). Reliure de l'Ă©poque plein veau brun, dos Ă  nerfs. Reliure usagĂ©e avec manque au dos (caissons effacĂ©s et/ou avec manque, petite piĂšce de cuir de rĂ©paration en queue, coins et coiffes usĂ©s), solide. IntĂ©rieur en bon Ă©tat, petites galeries de vers marginales sans atteinte au texte. Complet. ÉDITION ORIGINALE DE 1668 AVEC UN TITRE DE RELAIS A LA DATE DE 1672. La premiĂšre page de titre portant la date de 1668 et l'adresse des libraires Alliot, Ă©tait ainsi composĂ©e : LA // SUPERSTITION // DU TEMPS, // ReconnĂŒe aux Talismans, figures // Astrales, & StatĂŒes fatales. // Contre un Livre Anonyme intitulĂ© // LES TALISMANS // JUSTIFIEZ. // Avec la Poudre // DE SYMPATHIE // SoupçonnĂ©e de Magie. // Par le R. P. F. François Placet, // Religieux de l'Ordre de PrĂ©montrĂ©, // & Prieur de Bellozanne. // [petit croix de Malte] // A PARIS, // Chez la Veuve GERVAIS ALLIOT, & GILLES ALLIOT, Libraire JurĂ©, RĂŒe S. Jacques, Ă  l'Image S. Nortbert, proche S. Yves. // [filet mince] // M. DC. LXVIII. // Avec Approbation & Permission. Une comparaison minutieuse avec l'exemplaire de la Bnf cotĂ© FRBNF31119611 permet d'Ă©tablir avec certitude que notre exemplaire datĂ© 1672 avec l'adresse de François Clousier est du premier tirage datĂ© 1668, avec pour seule diffĂ©rence le remplacement de la page de titre. Il s'agit dont de la mĂȘme Ă©dition, prĂ©sentĂ©e ici avec titre de relais (sans mention du nom de l'auteur). Le nom de l'auteur se trouve pourtant quelques pages plus loin dans l'approbation. Certains catalogues mentionnent une Ă©dition Ă  la mĂȘme adresse mais portant la date de 1667. Nous n'avons pu vĂ©rifier cette Ă©dition sur l'exemplaire mais il semble, avec une collation strictement identique (XXIV-226 pp.), qu'il s'agit du mĂȘme livre. L'approbation Ă©tant datĂ©e du 2 fĂ©vrier 1667 et la permission du 9 mai 1667, il est plus que probable que quelques exemplaires aient Ă©tĂ© imprimĂ©s avec la date de 1667. Ce curieux volume s'ouvre sur une Ă©pĂźtre Ă  Monseigneur Charles d'OrlĂ©ans, comte de S. Pol. L'auteur se propose de dĂ©truire l'erreur et la superstition, de faire triompher la vĂ©ritĂ©, en luttant contre les idĂ©es du Livres anonyme intitulĂ© Les Talismans. Dans un deuxiĂšme ouvrage il se charge de dĂ©truire les idĂ©ologies vĂ©hiculĂ©es dans un autre ouvrage intitulĂ© La Poudre de Sympathie victorieuse. "[...] La vertu des talismans et des amulettes a Ă©tĂ© soutenue par Alexandre d'AphrodisĂ©e, Porphyre, Marcile-Ficin et la plupart des philosophes de l'Ă©cole de Platon. Gaffarel a fait un traitĂ© exprĂšs pour en prouver l'efficacitĂ©, et les dĂ©fendre de l'imputation qu'on leur faisait de tenir Ă  la magie. D'autres Ă©crivains les attaquĂšrent avec vĂ©hĂ©mence. Il faut lire Ă  ce sujet un ouvrage du R. P. Placet, intitulĂ© : la Superstition du temps reconnue aux talismans, figures astrales et statues fatales avec la poudre de sympathie soupçonnĂ©s de magie. C'est plaisir que de le voir s'Ă©vertuer contre les magiciens, suppĂŽts du dĂ©mon, messagers d'enfer, qui infectent et contaminent le monde par leurs inventions diaboliques. [...]" (Salgues, Des erreurs et des prĂ©jugĂ©s, tome II, Ă©d. 1815, p. 413) "Ceux qui deffendent les Talismans & la Poudre de Sympathie, leur attribuent de merveilleux effets. Ils disent que par le moyen d'un Talisman,c'est Ă  dire, d'une Figure qui reprĂ©sente quelque Astre sur un Metal qui luy corresponde, un GĂ©nĂ©ral d'ArmĂ©e, par exemple, avec la figure de Mars, mettra tous ses ennemis en dĂ©route. Un Courtisan avec l'image du Soleil se conciliera les bonnes grĂąces du Prince, & obtiendra toutes les faveurs qu'il pourra souhaitter. Les joueurs gagneront au jeu tout ce qu'ils voudront avec une MĂ©daille de Mercure. Les Marchands s'enrichiront en moins de rien ; & il n'y a pas jusqu'aux coupeurs de bourses qui ne puissent voler subtilement avec le mĂȘme CaractĂšre. Les Dames avec l'image de Venus augmenteront leurs beautez, & leurs attraits feront si puissans, que les Hommes n'y pourront rĂ©sister. Les Malades seront guĂ©ris de tous maux ; & les Goutteux verront leurs douleurs appaisĂ©es par le pouvoir merveilleux de ces Talismans. Pour ce qui est de la Poudre de Sympathie, ils disent qu'elle est capable de guĂ©rir toutes sortes de blessĂ»res, sans qu'il soit nĂ©cessaire de l'appliquer sur la playe. Par exemple, si un homme a estĂ© blessĂ© Ă  Paris, il suffit de ramasser avec un linge quelques goutes du sang qui sort de sa playe ; & pourvĂ» qu'on envoye ce linge Ă  celuy qui sçait le secret de la Poudre, Ă  quelque distance qu'il soit, il jettera sa Poudre sur ce linge, & les bons effets qu'elle y produira dans l'instant, se communiqueront tout aussi-tost par sympathie Ă  la playe ; & ainsi le blessĂ© guĂ©rira en peu de temps fans le secours d'aucun onguent. L'Auteur de cet Ouvrage prĂ©tend qu'il y a de la superstition d'ajoĂ»ter foy Ă  toutes ces promesses, & que si l'on a veu quelques fois des effets surprenans qu'on attribuoit aux Talismans & Ă  la Poudre de Sympathie, il y avoit un Pacte secret avec le Diable, & que toutes ces Figures extĂ©rieures ne servoient qu'Ă  mieux couvrir la Magie. Il combat ces erreurs par l'autoritĂ© de l'Écriture, & par les PĂšres de l'Eglise. II vient ensuite aux raisons naturelles ; & il tĂąche de faire voir la foiblesse & la contradiction de leurs principes. Mais il n'y a point de meilleur moyen, pour dĂ©monter tous ces faiseurs de Talismans, que de leur dire qu'ils en devroient faire pour eux-mĂȘmes, afin de s'attirer l'estime des Sçavans, de gagner la faveur des Grands, & se retirer de l'extrĂ©me nĂ©cessitĂ© oĂč ils sont rĂ©duits pour l'ordinaire" (Journal des Savants, 1672, pp. 146-147). L'histoire scientifique a retenu de François Placet qu'il figure parmi les prĂ©curseurs de la thĂ©orie de la dĂ©rive des plaques continentales. C'est dans son ouvrage Ă©galement publiĂ© en 1668 intitulĂ© "la corruption du grand et du petit monde", qu'il Ă©crit qu'avant le dĂ©luge l'AmĂ©rique n'Ă©tait pas sĂ©parĂ© et que tous les continents Ă©taient rĂ©unis en un seul bloc. L'effondrement du continent nord-atlantique donna naissance Ă  l'atlantique nord et sĂ©para l'AmĂ©rique de l'Europe. C'est ce texte qui est Ă  l'origine de la thĂ©orie des ponts continentaux. Aucun exemplaire actuellement en vente sur les diffĂ©rents catalogues en ligne (24 novembre 2016). RĂ©fĂ©rences : Journal des Savants, 1672 ; Caillet, Manuel bibliographique des sciences psychiques ou occultes, 8.715 (qui se trompe sur la date en donnant 1667 au lieu de 1668) "TraitĂ© singulier contre les pratiques cabalistiques et contre les charlatans qui en font usage" ; GuaĂŻta et sa bibliothĂšque occulte, n°842 "TrĂšs rare" (Ă©dition donnĂ©e Ă  la date de 1667) ; Dorbon, 3.678 ; BibliothĂšque Leber, n°1.218. BON EXEMPLAIRE DE CE LIVRE TRÈS RARE, EN CONDITION DE L'ÉPOQUE.
      [Bookseller: Librairie L'amour qui bouquine]
Last Found On: 2016-11-25           Check availability:      Livre-rare-book    

LINK TO THIS PAGE: www.vialibri.net/item_pg_i/1273215-1672-placet-fran-ois-superstition-temps-reconnue-aux-talismans-placet-fran.htm

Browse more rare books from the year 1672


      Home     Wants Manager     Library Search     562 Years   Links     Contact      Search Help      Terms of Service     


Copyright © 2016 viaLibri™ Limited. All rights reserved.