viaLibri Requires Cookies CLICK HERE TO HIDE THIS NOTICE

Recently found by viaLibri....

Corpus juris civilis, in IIII partes distinctum - JUSTINIEN Ier, empereur - 1585. [1199873]
His accesserunt commentarii, quibus inter caetera variae lectiones, leges similes, contrariae, abrogatae, verborum legumque difficilium interpretationes atque compendia... continentur. Praeter Institutionum et Novellarum Justiniani novam epitomen, ad ordinem Edicti perpetui accommodata. Authore Dionysio Gothofredo... Adjecti sunt indices duo rerum et verborum, auctore P.C.B. [Pieter Cornelis Van Brederode]. Lugduni [Lyon], in off. B. Honorati [Barthélémy Honorat], 1585, fort in-4, pièces lim., 2077 pp., veau brun, dos à nerfs ornés de fleurons dorés, tr. mouchetées rouges (reliure du XVIIème siècle). (M.1) Relié à la suite :- JUSTINIEN Ier, empereur. Codicis Dn. Justinian... repetitae praelectionis libri XII, commentariis Dionys. Gothofred i... illustratae. Lugduni [LYON], in- oo. B. Honorati [Barthélémy Honorat], 1585, in-4, pièces limin., 957 col., et l'index.- JUSTINIEN Ier, empereur; LÉON VI, empereur. Authenticae seu Novellae constitutiones Dn. Justiniani... Leonis [Agylaeo interp rete] et quorundam aliorum imperatorum, commentariis Dionys. Gothofredi... illustratae. Lugduni [Lyon], in off. B. Honorati [Barthélémy Honorat], 1585 (colophon : Excudebat Iacobus Stoer, 1583), in-4, pièces limin., 554 pp.- JUSTINIEN Ier, empereur.Feudorum consuetudines, partim ex editione vulgata, partim ex Cujaciana, vulgatae apposita. Constitutiones Friderici II, imp., extravagantes, liber de pace Constantiae. His accesserunt notae Dionysii Gothofredi... [Lyon], in off. B. Honorati [Barthélémy H onorat], 1586, in-44, pièces limin., 64 col.Troisième édition de la traduction de Denis Godefroy du Code de Justinien qui fit autorité jusqu'à la fin du XIXè siècle.Dans le présent exemplaire, le Codex (Codicis) est en édition originale de la version de Godefroy et le Livre des fiefs (Feudorum) est en quatrième édition. Quant aux Nouvelles constitutions (Novellae constitutiones), elles se trouvent en troisième édition. Les tables de ces dernières sont dues à Pieter Cornelis van Brederode , juriste hollandais, ambassadeur des États-généraux à plusieurs cours d'Allemagne. Le Corpus juris civilis (codex Iustinianus ou codex legum), plus communément appelé Code de Justinien, constitue la compilation et la codification du droit romain a ntique la plus importante héritée de l'Antiquité. Oeuvre législative de premier plan, elle joua un rôle fondamental dans l'évolution de l'Occident médiéval qui adopta, dès le XIIè siècle, le droit romain à partir de cette forme transmise par Justinien Ie r. Elle est née de la volonté de Justinien Ier (483-565), empereur de l'Empire romain d'Orient de 527 à 565, de doter son empire d'un nouveau code de droit fidèle à la tradition romaine. Originaire d'une famille grecque romanisée d'Illyrie, ou d'une famil le illyrienne romanisée et hellénisée, cet empereur possédait une vaste culture classique doublée d'une solide formation gréco-latine. La direction de cet ambitieux travail, qui dura quatorze mois, fut confiée en l'an 529 à une commission de dix juristes présidée par Tribonien, fonctionnaire de la cour. Puis, d'une seconde commission, présidée par le même en l'an 534 naquit une seconde version plus restreinte qui donna naissance au Code officiel. [A cette fin, les juristes reprirent et adaptèrent les te xtes classiques de l'époque, notamment la loi dite des Douze tables et les constitutions impériales du Bas-empire (leges)) publiées depuis Hadrien, mettant à jour par-là même le Code de Théodose qui datait de l'an 438]. Maintes fois éditée au XVè sièc le, et tout au long du XVIè siècle, il fallut attendre la traduction exégétique donnée par Denis Godefroy pour fixer durablement une version latine imprimée, manière de Vulgate, qui prévalut jusqu'à la fin du XIXè siècle. En effet, cette version appeléeLittera Gothfrediana, ou Gothofredus, ne fut remaniée significativement qu'avec celle donnée par Théodore Mommsen et Paul Krüger (Berlin, Weidmann, 1870), près de trois cents ans plus tard. La dernière traduction française officielle - notamment faite à partir du texte de Godefroy - fut donnée sous le Premier Empire par Henri Hulot, Jean-François Berthelot, Pascal-Alexandre Tissot et Alphonse Béranger (Metz, Behmer et Lamort & Paris, Rondonneau, 1803-1811, 14 vol. in-4). Si le succès et l'influence de la Littera Gothfrediana ne se démentirent pas, c'est notamment en raison de la qualité des commentaires dus à l'avocat calviniste Denys Godefroy (1549-1621) qui commença à travailler à son édition l'année où il s'installa à Genève, en 1579. Tournés ve rs la réflexion, ses commentaires suivaient une méthode d'analyse visant une approche plus pragmatique des textes. Cet érudit étudia à Louvain, Cologne et Heidelberg. En 1585, il fut nommé professeur de Pandectes à l'université de Genève et, en 1591, pro fesseur de droit à Bâle. La première édition de son travail fut publiée de manière partagée au format in-quarto, en 1583 : à Lyon, chez Barthélémy Honorat et chez Antoine Chuppin à Genève, avec les presses de l'imprimeur genevois Jacob Stoer (1540 ? - 161 0), ancien apprenti de Jean Crespin, d'origine huguenote, et lié familialement avec la ville de Lyon. Concomitamment, une édition parue la même année chez Barthélémy Vincent, à Lyon. Lyon, toujours et encore, se trouva à cette époque aux prises avec les calvinistes pendant plusieurs années, et directement en contact avec la Genève protestante. Le recours d'Honorat aux presses de la capitale du Léman s'explique par les coûts d'impression moins élevés pratiqués hors du royaume - bien que le pouvoir centra l condamnait ces pratiques. Il était, alors, l'un des plus importants libraires lyonnais et son neveu, le libraire Sébastien Honorat d'origine italienne, s'était installé à Genève depuis 1572. De loin en loin, ces éditions de l'école humaniste de droit r omain, appliquant les méthodes philologiques des humanistes italiens, confirmaient non seulement l'abandon progressif des publications imprimées antérieures utilisant la glose ordinaire de François Accurse (1182-1260) - dont la caractéristique avait été de fixer les versions des manuscrits médiévaux en élucidant les difficultés grammaticales du latin médiéval - mais aussi l'abandon de la pratique des postglossateurs de l'École d'Orléans (XIVè siècle), celle des commentateurs introduite par Bartole (1313 -1356), et continuée par ses disciples. Les travaux qui méritent de soutenir la comparaison avec la version de Godefroy sont ceux du juriste toulousain Jacques Cujas (1522-1590): édition du Codex (Lyon, Tournes, 1562); édition des Nouvelles constituti ons (Lyon, [Claude Senneton], 1570); édition du Digeste (Lyon, Rouillé, 1570; édition de l'ensemble de l'oeuvre avec les gloses d'Accurse (Paris, Nivelle, 1576; Venise, Farris, 1583-1584; et Lyon, [Compagnie des libraires], 1589, avec les commentair es de Godefroy). Petit manque de cuir sur le dos. Coiffe sup. rognée. Mors du premier plat fragilisé et fendu sur 4 cm. Nous remercions Nicolas Hacquebart pour cette remarquable note pour un livre qui nous semblait la mériter.
      [Bookseller: Librairie Jean-Etienne HURET]
Last Found On: 2016-09-19           Check availability:      Livre-rare-book    

LINK TO THIS PAGE: www.vialibri.net/item_pg_i/1199873-1585-justinien-ier-empereur-corpus-juris-civilis-iiii-partes-distinctum-justinien.htm

Browse more rare books from the year 1585


      Home     Wants Manager     Library Search     562 Years   Links     Contact      Search Help      Terms of Service     


Copyright © 2016 viaLibri™ Limited. All rights reserved.