viaLibri Requires Cookies CLICK HERE TO HIDE THIS NOTICE

Recently found by viaLibri....

Procès-verbaux de la Commission des Quinze - [Commune de Paris 1871] Manuscrit - 1871. [1198902]
Registre in-folio, demi fleur de peau vert fonc√© (Maison Lemestre, Charles Broquet successeur, Versailles) et coins de velin vert ; 139 ff. manuscrits, recto seul, le surplus est blanc. Copie de l'√©poque, des travaux de la Commission dite "des quinze", nomm√©e le 20 mars 1871, "au sujet des mesures √† proposer en raison des √©v√®nements de Paris". Elle √©tait compos√©e de M.M. Audiffret-Pasquier, le duc de Cazes, Cordier, B√©renger, Ancel, de Lasteyrie, Jaur√© Guiberry, Ducrot, La Ronci√®re le Nourry, Gauthier de Rumilly, Rameau, Vitet, Martin des Palli√®res, Delille, qui repr√©sentaient chacun un bureau de l'Assembl√©e r√©unie √† Versailles. Cette Commission, consultative mais tr√®s active, joua un r√īle important aupr√®s de Thiers qui d√®s la fin du si√®ge de Paris par les Prussiens, entama des n√©gociations avec Bismarck afin que celui-ci lib√®re des prisonniers militaires en masse pour organiser une arm√©e qui assurerait la reprise et la r√©pression de la Commune de Paris. La Commune de Paris fut provoqu√©e par la conjonction de la d√©ception des parisiens, qui avaient vaillamment r√©sist√© au si√®ge des Prussiens qui ne purent jamais p√©n√©trer dans la ville, lorsque le gouvernement capitula et fit ouvrir les portes de Paris aux troupes prussiennes qui d√©fil√®rent √† la grande honte de la population, d√©ception √† laquelle vint s'ajouter la masse des opposants √† Napol√©on III qui avait abdiqu√©, au peuple qui commen√ßait √† √™tre sensible aux id√©es de l'Internationale socialiste, aux anarchistes fort nombreux √† l'√©poque, etc. Si la classe politico-militaire de l'√©poque n'avait pas trahi le pays, le parlement √©lu √† la h√Ęte √† cette √©poque auraient pu g√©rer cette crise mais une partie de cette classe franchement r√©actionnaire voyait l√† l'occasion, de liquider des mouvements politiques nouveaux souvent r√©publicains qui les inqui√©taient et, l√† o√Ļ nous n'avions pas r√©uni une arm√©e suffisante pour d√©livrer Paris, Thiers et son gouvernement vont pactiser avec les Prussiens qui vont lib√©rer plus de 100 000 prisonniers et les acheminer √† la fronti√®re fran√ßaise pour √™tre ensuite remobilis√©s contre Paris, en coordination avec l'arm√©e Prussienne qui occupe toujours l'autre rive de la Seine, √† Choisy-le-Roi et qui participe, avec les "Versaillais", √† l'encerclement de Paris.La lecture de ce document dont le texte reste assez difficile √† se procurer, permet de bien comprendre que la classe politique fran√ßaise n'a rien fait pour n√©gocier, pour apaiser, pour respecter, pour comprendre les mutins et que sa d√©termination a √©t√© toujours totale de d√©truire par le fer et le feu et dans le sang cette r√©volte des Parisiens. Le bilan sera particuli√®rement lourd : selon les historiens, le chiffre des communards tu√©s dans les combats ou ex√©cut√©s sournoisement se situe entre 6 000 et 20 000 et presqu'un si√®cle et demi apr√®s, aucun travail "public" n'a √©t√© entrepris pour faire l'histoire de cette p√©riode dramatique ; plusieurs dizaine de milliers de prisonniers furent fait dont plus de 10 000 seront condamn√©s par les tribunaux, un peu plus de 4 500 d√©port√©s, surtout en Nouvelle-Cal√©donie.Document fort rare. Parmi les sujets trait√©s par cette Commission, au f.112, du 30 avril, on y apprend que la veille, "M. Thiers a re√ßu une d√©l√©gation de Francs-Ma√ßons, en assez grand nombre, portant leurs insignes et se pr√©sentant "au nom de la fraternit√© et de l'humanit√©, pour la cessation de la guerre"". f. 71 "quant √† traiter avec l'insurrection, que les cinq √† six cents coupables √©taient d'abord livr√©s". (ces quelques centaines de coupables se transformeront en 15 000 morts, fusill√©s, d√©port√©s)coordination avec les Prussiens qui occupent l'autre rive de la Seine √† Choisy-le-Roi et qui participent √† l'encerclement de Paris. pr√®s de 100 000 prisonniers lib√©r√©s par les Prussiens.Duplicit√© de Thiers : il a re√ßu une lettre de Mgr Darboy archev√™que de Paris qui a √©t√© menac√© par les communards, de repr√©sailles en raison des atrocit√©s commises sur des insurg√©s arr√™t√©s ou bless√©s. Thiers indique que tous les soins sont donn√©s aux insurg√©s captur√©s, la suite prouvera le contraire (le cas Flourens est "lumineux" √† cet √©gard).f. 102 : il est signal√© que Thiers parle sans cesse de l'enti√®re bonne foi de Bismarck.Cette copie, probablement ex√©cut√©e pour un des membres de la Commission, a √©t√© auto-censur√©e, certains passages sont rest√©s en blanc !
      [Bookseller: Librairie Ancienne Clagah√©]
Last Found On: 2016-09-18           Check availability:      Livre-rare-book    

LINK TO THIS PAGE: www.vialibri.net/item_pg_i/1198902-1871-commune-paris-manuscrit-proc-verbaux-commission-des-quinze-commune-paris.htm

Browse more rare books from the year 1871


      Home     Wants Manager     Library Search     562 Years   Links     Contact      Search Help      Terms of Service     


Copyright © 2016 viaLibri™ Limited. All rights reserved.